Israël légalise un avant-poste après le meurtre d’un rabbin
Rechercher

Israël légalise un avant-poste après le meurtre d’un rabbin

La décision, décriée par Tzipi Livni, a été saluée par des députés de droite

Zeev Elkin arrive à la réunion hebdomadaire du cabinet, au bureau du Premier ministre à Jérusalem, le 14 février 2016. (Crédit : Olivier Fitoussi/Pool)
Zeev Elkin arrive à la réunion hebdomadaire du cabinet, au bureau du Premier ministre à Jérusalem, le 14 février 2016. (Crédit : Olivier Fitoussi/Pool)

« Le gouvernement va régulariser aujourd’hui (dimanche, ndlr) le statut de Havat Gilad pour y permettre la poursuite d’une vie normale », a déclaré le Premier ministre Benjamin Netanyahu en ouverture du conseil des ministres.

« Notre politique sera de sanctifier la vie face à ceux qui sanctifient la mort », a ensuite commenté M. Netanyahu, dans une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux.

La désignation de la colonie fondée en 2002 comme une « nouvelle communauté » dotée des permis de construction nécessaires et d’un budget public a été votée à l’unanimité, selon une source officielle qui a requis l’anonymat.

Le rabbin Raziel Shevah, 35 ans, père de six enfants, a été tué par balles le 9 janvier alors qu’il circulait dans sa voiture près de Havat Gilad, où il vivait. Cet avant-poste abrite une quarantaine de familles.

L’armée mène depuis une traque intensive pour retrouver le meurtrier présumé, Ahmed Jarrar, 22 ans. Ce dernier est le fils de Nasser Jarrar, un commandant du Hamas islamiste tué par les forces israéliennes pendant la seconde intifada ou soulèvement populaire palestinien (2000-2005).

Une semaine après sa mort, l’armée israélienne a tué un suspect palestinien à Jénine, dans le nord de la Cisjordanie occupée, à environ 35 km au nord de Havat Gilad. La chasse s’est poursuivie samedi dans le village de Burqin, dans le nord de la Cisjordanie, où un autre Palestinien a été tué par les soldats israéliens.

Une photo non-datée de Raziel Shevah, tué dans un attentat terroriste en Cisjordanie, le 9 janvier 2018 (Crédit :Yeshivat Roeh Yisrael)

Le beau-père du rabbin Shevah, Roger Koubi, a affirmé à l’AFP que cette décision « était une petite consolation mais un geste important ».

L’organisation israélienne anti-implantations la Paix maintenant avait condamné une « cynique exploitation » du meurtre du rabbin.

Des députés de droite ont salué dimanche la décision prise par le cabinet de faire avancer la légalisation de l’avant-poste d’implantation de Havat Gilad suite au meurtre de l’un de ses habitants, le rabbin Raziel Shevach.

« Ceux qui tentent de nuire aux implantations et à leurs habitants doivent savoir que nous n’abandonnerons pas et que nous ne nous céderons pas devant le meurtre », a tweeté Zeev Elkin, un ministre du Likud.

« Des implantations et des constructions continues à travers la Judée et Samarie [Cisjordanie] sont les réponses sionistes à cet assassinat criminel ».

« Le gouvernement remplit son obligation de régulariser l’implantation comme nous l’avons promis à la famille du rabbin Raziel après l’attaque », a indiqué la vice-ministre des Affaires étrangères Tzipi Hotovely dans un tweet.

« Tous ceux qui utilisent un terrorisme abominable doivent comprendre aujourd’hui que ces actions ne feront que renforcer notre prise sur la terre de notre pays ».

Le président de la Knesset Yuli Edelstein salue la décision du gouvernement de légaliser l’avant-poste de l’implantation de Havat Gilad en réponse au meurtre du rabbin Raziel Shevah.

Le président de la Knesset Yuli Edelstein dans le tribunal de Moscou où il a été condamné à tort en 1984, le 28 juin 2017. (Crédit : Ambassade israélienne en Russie)

« Reconnaître Havat Gilad est une victoire sur la terreur. Au fur et à mesure qu’ils nous attaquerons, nous nous développerons et nous nous agrandirons», a-t-il déclaré, en paraphrasant un passage du livre de l’Exode.

Edelstein a déclaré que cette décision fera en sorte que la mort de Shevah « n’aura pas été vaine. »

« Nous continuerons à agir pour répondre aux besoins d’infrastructure, d’éclairage et de sécurité en Judée et en Samarie afin d’offrir aux citoyens un maximum de sécurité », a-t-il dit-il en parlant de la Cisjordanie.

Pour sa part, la législatrice issue de l’Union sioniste, Tzipi Livni, a condamné cette décision du cabinet.

« La réponse au terrorisme est une poigne militaire ferme, c’est esquisser une frontière et ce n’est certainement pas la reddition du gouvernement à une minorité qui nous mène à l’annexion, à un état arabe et, en chemin, au message qu’on est gagnant à violer la loi israélienne », a indiqué Livni sur Twitter.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...