Israël en guerre - Jour 288

Rechercher

Israël déplore la présence de Steffen Seibert à l’audience sur la loi de « raisonnabilité »

Jérusalem déclare que le comportement de l'ambassadeur est inacceptable, mais Berlin rétorque que les actions de son envoyé en Israël sont conformes à son rôle diplomatique

Lazar Berman est le correspondant diplomatique du Times of Israël

L'ambassadeur d'Allemagne en Israël, Steffen Seibert, lors de l'audience de la Haute Cour de justice sur la loi du "caractère raisonnable" de la coalition, le 12 septembre 2023. (Crédit : Capture d'écran Twitter ; utilisée conformément à l'article 27a de la loi sur le droit d'auteur)
L'ambassadeur d'Allemagne en Israël, Steffen Seibert, lors de l'audience de la Haute Cour de justice sur la loi du "caractère raisonnable" de la coalition, le 12 septembre 2023. (Crédit : Capture d'écran Twitter ; utilisée conformément à l'article 27a de la loi sur le droit d'auteur)

L’Allemagne a soutenu son ambassadeur en Israël après que Jérusalem se soit plainte de sa présence lors de l’audience historique de la Haute Cour de justice sur la loi du « caractère raisonnable » de la coalition, la semaine dernière.

L’ambassadeur d’Allemagne en Israël, Steffen Seibert, a publié une vidéo de lui lors de l’audience de 13 heures, en déclarant : « Je pense qu’il se passe quelque chose d’important pour la démocratie israélienne, et nous, en tant qu’amis d’Israël, regardons avec beaucoup d’intérêt la Cour suprême, et je voulais le voir de mes propres yeux. »

« Sur instruction du ministre des Affaires étrangères Eli Cohen, un haut fonctionnaire du ministère des Affaires étrangères s’est entretenu avec l’ambassadeur [allemand] Seibert et lui a fait part de notre protestation à ce sujet. Des messages similaires ont été envoyés de l’ambassade à Berlin au ministère allemand des affaires étrangères », a déclaré un diplomate israélien au Times of Israel lundi.

En réponse, le ministère allemand des Affaires étrangères a approuvé la démarche de Seibert, tout en déclarant qu’il ne pouvait pas confirmer si une plainte officielle avait été déposée.

« L’observation des développements politiques importants, y compris au niveau national, dans leurs pays d’accueil respectifs est une responsabilité centrale des diplomates. La visite d’une audience publique de la Cour suprême d’un État partenaire, comme celle de l’ambassadeur Seibert, est un excellent exemple de cette pratique courante.

« Le ministère fédéral des Affaires étrangères est en contact permanent avec ses partenaires israéliens », ont-ils ajouté.

Le chancelier allemand Olaf Scholz a déclaré aux journalistes à New York que l’ambassadeur « est un homme très engagé avec des principes très clairs ». « Et je crois que tout le monde le sait, y compris en Israël. »

La ministre allemande des Affaires étrangères, Annalena Baerbock, a ajouté que c’était le « travail quotidien des diplomates » de suivre les développements dans les pays étrangers. « Il est également normal d’assister à des audiences publiques ou à des procès publics – cela fait partie de son travail. »

Baerbock, comme de nombreux alliés occidentaux d’Israël, s’inquiète de cette refonte du système judiciaire largement controversée.

« À l’étranger, nous sommes préoccupés par certains projets législatifs israéliens », avait déclaré Baerbock en février lors d’une conférence de presse conjointe avec Cohen. « Parmi les valeurs qui nous lient, il y a la protection des principes de l’Etat de droit comme l’indépendance de la justice. Cela a toujours été une caractéristique d’Israël. »

Cohen avait répondu que les nombreuses manifestations anti-gouvernement contre la législation étaient la preuve qu’Israël encourageait la liberté d’expression, et a déclaré que la refonte  permettrait, selon lui, de « renforcer la démocratie israélienne ».

Lors de l’audience du 12 septembre, la Cour a entendu les recours déposés contre la première grande mesure du paquet de réformes radicales de la coalition visant à remanier en profondeur le système judiciaire – une loi qui interdit aux tribunaux d’invalider les décisions du cabinet et des ministres sur la base de la notion juridique du « caractère raisonnable ».

Un arrêt sera rendu ultérieurement.

Les détracteurs des projets de la coalition affirment que la refonte modifiera fondamentalement le système démocratique israélien en privant le pouvoir judiciaire de sa capacité à contrôler la coalition au pouvoir. Les partisans de la coalition affirment qu’il est nécessaire de contrôler ce qu’ils considèrent comme une Cour trop activiste.

L’équipe du Times of Israel a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.