Israël ferme à nouveau une station de radio en Cisjordanie
Rechercher

Israël ferme à nouveau une station de radio en Cisjordanie

Al-Hourriya a été fermée “en raison de ses diffusions incitant à la violence et encourageant le terrorisme” ; l'armée a également saisi des armes dans plusieurs opérations en Cisjordanie

Cette image a été publiée par des utilisateurs de réseaux sociaux palestiniens. Elle montrerait des soldats israéliens devant les bureaux d'une radio de Hébron en novembre 2015. (Crédit : Facebook)
Cette image a été publiée par des utilisateurs de réseaux sociaux palestiniens. Elle montrerait des soldats israéliens devant les bureaux d'une radio de Hébron en novembre 2015. (Crédit : Facebook)

L’armée israélienne a de nouveau fermé jeudi une station de radio palestinienne à Hébron, en Cisjordanie, pour une période de six mois, ont annoncé à l’AFP des responsables de la station.

Les soldats israéliens ont saisi des équipements lors d’une perquisition aux locaux de la radio Al-Hourriya (Liberté), ont-ils ajouté.

La radio a été fermée « en raison de ses diffusions incitant à la violence et encourageant le terrorisme » anti-israélien, a indiqué de son côté une porte-parole de l’armée israélienne, sans donner plus de détail.

Al-Hourriya avait déjà été fermée pour les mêmes raisons en novembre 2015, en pleine vague d’attaques palestiniennes contre des civils et des soldats israéliens.

Les forces israéliennes ont fermé depuis l’automne 2015 plusieurs stations de radio et télévision en Cisjordanie, notamment à Hébron.

Al-Hourriya a été créée en 2002 dans la bande de Gaza par le Fatah, mouvement dirigé par le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas. Son siège a ensuite été transféré à Hébron après la prise de pouvoir du Hamas dans la bande de Gaza en 2007.

La station avait déjà été fermée en 2002, en 2008 et en 2015.

Armes retrouvées par l'armée israélienne pendant une opération dans le village d'al-Arush, en Cisjordanie, le 31 août 2017. (Crédit : armée israélienne)
Armes retrouvées par l’armée israélienne pendant une opération dans le village d’al-Arush, en Cisjordanie, le 31 août 2017. (Crédit : armée israélienne)

Pendant leurs opérations nocturnes en Cisjordanie, les forces de sécurité ont également saisi 11 armes et arrêté 15 suspects, a annoncé l’armée.

Dans le camp de réfugiés d’al-Amari, près de Ramallah, les soldats israéliens ont affronté environ 200 habitants, qui brûlaient des pneus et jetaient des pierres sur les soldats, a précisé l’armée.

Selon les médias palestiniens, l’émeute a commencé quand l’armée a fait entrer un bulldozer dans le camp pour démolir un garage.

En réponse aux jets de pierres, les soldats ont utilisé des armes non létales pour disperser la foule, a indiqué l’armée.

Les médias palestiniens ont indiqué que plusieurs habitants avaient été blessés.

Les forces de sécurité ont aussi mené une série d’opérations visant à réprimer le marché noir d’armes à feu en Cisjordanie, a précisé l’armée.

L’armée israélienne a retrouvé neuf armes artisanales dans le village de Bayt Ur al-Fauqa, à l’est de Modiin.

La police a pour sa part découvert huit armes dans le village d’al-Arush, au sud de Hébron. La plupart d’entre elles étaient des modèles artisanaux de mauvaise qualité, mais la police a également trouvé un fusil de chasse et une arme à air comprimé qui avaient été améliorés.

Les policiers ont également retrouvé des couteaux, des lunettes de visées et des vêtements militaires.

Pistolet retrouvé par l'armée israélienne pendant une opération en Cisjordanie, le 31 août 2017. (Crédit : armée israélienne)
Pistolet retrouvé par l’armée israélienne pendant une opération en Cisjordanie, le 31 août 2017. (Crédit : armée israélienne)

A Hébron, les soldats israéliens ont trouvé un pistolet, et dans le village d’a-Ram, près de Jérusalem, les troupes ont trouvé une autre arme artisanale.

En Cisjordanie, l’armée a arrêté 15 suspects palestiniens. Onze d’entre eux auraient jeté des pierres ou participé à de violentes manifestations contre des troupes israéliennes. Les quatre autres appartiendraient au groupe terroriste du Hamas, a indiqué l’armée.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...