Israël frappe des cibles du Hamas à Gaza après une attaque à la bombe
Rechercher

Israël frappe des cibles du Hamas à Gaza après une attaque à la bombe

Le dispositif explosif n’a causé aucune blessure ou dégât ; la contre-attaque israélienne a ciblé des positions du Hamas dans la bande de Gaza

Un bulldozer israélien D9 le long de la frontière sud d'Israël avec la bande de Gaza, après des frappes aériennes israéliennes sur la bande de Gaza, le 10 juillet 2014 (Crédit : Jack Guez/AFP)
Un bulldozer israélien D9 le long de la frontière sud d'Israël avec la bande de Gaza, après des frappes aériennes israéliennes sur la bande de Gaza, le 10 juillet 2014 (Crédit : Jack Guez/AFP)

Les Palestiniens ont fait exploser une bombe à proximité d’un véhicule de construction israélien situé au niveau de la barrière de sécurité dans le nord de la bande de Gaza ce mercredi, ne causant ni blessés ni dégâts, selon l’armée.

En représailles, les Forces de défense israéliennes ont visé un certain nombre de positions appartenant au groupe terroriste du Hamas, qui contrôle la bande de Gaza, a indiqué l’armée.

Les médias palestiniens ont rapporté que les chars israéliens avaient tiré des obus sur leurs cibles.

L’armée a déclaré que le bulldozer se trouvait du côté gazaoui de la barrière de sécurité, mais à l’intérieur de la zone tampon qu’Israël considère toujours comme faisant officiellement partie de son territoire.

Les médias palestiniens ont déclaré que l’explosion s’était produite à l’est de la ville de Gaza, dans la partie nord de la bande de Gaza. Les sites du Hamas qui ont été ciblés se situeraient à proximité.

Selon l’armée israélienne, l’engin explosif improvisé a été installé dans la zone lors d’une des manifestations organisées le long de la barrière de sécurité au cours des dernières semaines.

Bien qu’aucun groupe terroriste palestinien n’ait immédiatement porté la responsabilité de l’attaque contre le bulldozer israélien, l’armée a pris pour cible le Hamas en représailles étant donné qu’il contrôle l’enclave côtière.

« L’armée israélienne considère le Hamas comme responsable de tout événement qui se produit dans la zone. Ainsi, elle ne permettra pas au groupe terroriste de transformer la zone frontalière en zone de combat », a déclaré l’armée dans un communiqué.

Israël envoie régulièrement des bulldozers dans la zone tampon au-delà de la clôture de sécurité afin de la débarrasser de broussailles et de débris.

Ces derniers mois, le nombre d’attaques par EEI le long de la frontière de Gaza a été en hausse.

En février, quatre soldats ont été blessés, dont deux grièvement, lorsqu’un groupe terroriste palestinien a fait exploser une bombe dissimulée dans un mât pour drapeau installé sur la barrière de sécurité.

L’armée a précisé que la bombe avait été plantée lors des manifestations organisées par les Palestiniens le long de la frontière entre Gaza et Israël depuis le 30 mars.

Les Gazaouis ont mené une série de manifestations à la frontière israélienne au cours des dernières semaines. Elles se sont à plusieurs reprises transformées en violence et une trentaine de manifestants palestiniens ont été abattus après s’être approchés de la barrière israélienne.

Les Palestiniens ont insisté sur le fait que les manifestations étaient dirigées par des civils et non-violentes, tandis qu’Israël a déclaré qu’elles avaient servi de couverture à des tentatives de violence contre les troupes israéliennes et à des tentatives de violation de territoire.

Selon les analystes de la défense, ces « marches du retour » sont une nouvelle tactique du Hamas afin de mener des opérations terroristes, profitant de la confusion causée par les manifestations. Des roquettes tirées par le groupe ont récemment été interceptées par le Dôme de fer israélien et les tunnels construits autour de Gaza ont été détruits à l’aide d’une nouvelle barrière souterraine actuellement en construction.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...