Israël plus chaud et aride, à moins de réduire les gaz à effet de serre – étude
Rechercher

Israël plus chaud et aride, à moins de réduire les gaz à effet de serre – étude

Le changement climatique a augmenté la température moyenne de 1,4° Celsius ces 65 dernières années, et causera un réchauffement, moins de pluie, selon le service météorologique

Stuart Winer est journaliste au Times of Israël

Vue des montagnes d'Eilat, le 29 juillet 2019. (Mendy Hechtman/Flash90)
Vue des montagnes d'Eilat, le 29 juillet 2019. (Mendy Hechtman/Flash90)

Le changement climatique a eu un impact notable sur les conditions météorologiques en Israël au cours des cinquante dernières années et devrait entraîner une augmentation du nombre de jours et de nuits chauds, ainsi qu’une baisse des précipitations, selon le Service météorologique israélien dans un rapport publié mardi.

Le service a déclaré que pour la première fois, le rapport « présente une analyse à grande échelle des tendances de la température et des précipitations basée sur des données passées de tout le pays et une analyse des modèles climatiques régionaux pour les décennies à venir ».

La température moyenne du pays a augmenté de 1,4 degré Celsius de 1950 à 2017 et la fréquence des nuits froides a diminué au cours des 30 dernières années.

« Contrairement à la diminution du nombre de nuits froides, on s’attend à une augmentation significative de la fréquence des nuits chaudes où la température minimale est supérieure à 20 degrés Celsius », selon le rapport.

Des enfants jouent dans une fontaine d’eau par une chaude journée d’été près de la Tour de David à Jérusalem, le 30 juillet 2013. (Yonatan Sindel/Flash90)

D’ici 2050, la température devrait augmenter d’un autre degré Celsius ou, dans le pire des cas, de 1,2 degré Celsius, à moins qu’il n’y ait une réduction spectaculaire des gaz à effet de serre dans le monde, prévient le rapport.

Si aucune mesure n’est prise, les tendances devraient se poursuivre au cours du XXIe siècle, d’ici la fin de cette période, il y aura en moyenne 40 « nuits chaudes » de plus par an et une baisse des précipitations de 15 % à 25 % par rapport à la moyenne pour la période 1961-1990.

Le mois dernier, le professeur James (Jim) Salinger, climatologue de renommée internationale, a déclaré que les Israéliens devraient se préparer à des températures estivales de 46 degrés Celsius d’ici 2050 et jusqu’à 50°C d’ici 2100, sauf si les gouvernements du monde entier relèvent le défi de réduire les gaz à effet de serre pour ralentir le réchauffement climatique.

Mais Salinger a fait remarquer au Times of Israel que l’utilisation généralisée des climatiseurs et la capacité du pays à dessaler de grandes quantités d’eau aideront à atténuer les effets quotidiens de la chaleur brûlante et du déclin des sources naturelles d’eau.

Le rapport du service météorologique est intervenu alors que la Conférence des Nations Unies sur le changement climatique qui se tient à Madrid a vu la publication d’un nouveau rapport scientifique indiquant qu’il y a de plus en plus de preuves que le monde devient de plus en plus chaud.

Des gens profitent de la plage à Tel Aviv, par une chaude journée d’été, le 29 août 2018. (Miriam Alster/FLASH90)

Le rapport de l’agence météorologique de l’ONU a constaté que la décennie actuelle est susceptible d’établir un nouveau record de température sur dix ans.

Les mesures préliminaires de la température montrent que les années de 2015 à 2019 et de 2010 à 2019 « sont, respectivement, presque certainement la période de cinq ans et la décennie les plus chaudes jamais enregistrées », a déclaré l’Organisation météorologique mondiale.

« Depuis les années 1980, chaque décennie successive a été plus chaude que la précédente.

Bien que les chiffres pour l’ensemble de l’année ne seront publiés qu’en mars prochain, 2019 devrait également être la deuxième ou la troisième année la plus chaude depuis le début des mesures, 2016 affichant toujours le record historique de température, selon les prévisions.

Cette année a été plus chaude que la moyenne dans la plupart des régions du monde, y compris dans l’Arctique. « En revanche, une grande partie de l’Amérique du Nord a été plus froide que la moyenne récente », a déclaré l’ONU.

Le rapport annuel de l’Organisation météorologique mondiale, qui rassemble des données provenant de nombreux organismes nationaux de météorologie et de recherche, a également mis en lumière les effets du changement climatique, notamment la fonte des glaces de mer et l’élévation du niveau de la mer, qui ont atteint leur plus haut niveau cette année depuis le début des mesures de haute précision en 1993.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...