Rechercher

Israël prolonge la fermeture des points de passage avec la Cisjordanie et Gaza

La poursuite des terroristes d'Elad se poursuit ; Tsahal donne l'ordre de raser les maisons des deux terroristes qui ont tué un agent de sécurité à Ariel

Forces de l'ordre israéliennes en faction tandis que des Palestiniens franchissent un poste de contrôle israélien près de la ville de Bethléem en Cisjordanie, le 22 avril 2022 (Crédit : Wisam Hashlamoun/Flash90)
Forces de l'ordre israéliennes en faction tandis que des Palestiniens franchissent un poste de contrôle israélien près de la ville de Bethléem en Cisjordanie, le 22 avril 2022 (Crédit : Wisam Hashlamoun/Flash90)

Israël a prolongé la fermeture des points de passage avec la Cisjordanie et la bande de Gaza jusqu’à lundi, alors que les forces de sécurité continuent de rechercher deux suspects palestiniens qui ont commis l’attaque terroriste meurtrière dans la ville d’Elad, dans le centre d’Israël, de jeudi, a déclaré le ministère de la Défense.

Israël a fermé les points de passage des Palestiniens vers Israël mardi et mercredi pour Yom Hazikaron et Yom HaAtsmaout. Les autorités ont ensuite prolongé cette fermeture jusqu’à samedi soir, à la suite de l’attaque d’Elad, au cours de laquelle deux suspects palestiniens ont tué trois Israéliens et en ont blessé plusieurs autres dans une attaque à la hache et au couteau.

Des exceptions sont faites en cas d’urgence médicale et humanitaire, a déclaré le COGAT, la liaison militaire d’Israël avec les Palestiniens. Selon le COGAT, les responsables de la sécurité se réuniront à nouveau dimanche soir pour évaluer s’il faut maintenir ou mettre fin à la fermeture.

La fermeture ne s’applique qu’aux Palestiniens. Les points de contrôle utilisés par les Israéliens et les ressortissants étrangers pour entrer et sortir de Cisjordanie resteront ouverts.

La plupart des Palestiniens concernés détiennent un permis de travail en Israël. Environ 140 000 Palestiniens de Cisjordanie travaillent en Israël et dans les implantations israéliennes. Vingt mille autres Palestiniens de Gaza détiennent un permis de travail en Israël.

Jeudi, deux Palestiniens ont tué trois Israéliens à coups de hache à Elad, une ville majoritairement ultra-orthodoxe du centre d’Israël. La police recherche toujours les deux hommes – de jeunes Palestiniens originaires d’une ville proche de Jénine en Cisjordanie.

Les tensions sont montées en flèche entre Israël et les Palestiniens ces derniers mois, sur fond d’attaques terroristes répétées en Israël et en Cisjordanie, qui ont fait 19 morts.

Des policiers et des ambulanciers sur les lieux d’une attaque terroriste meurtrière dans la ville centrale d’Elad, le 5 mai 2022. (Crédit: Jack Guez/AFP)

L’armée israélienne a intensifié ses activités en Cisjordanie pour tenter de réprimer la spirale de la violence. Les raids qui ont suivi ont déclenché des affrontements qui ont fait au moins 27 morts parmi les Palestiniens depuis la mi-mars, parmi lesquels quelques civils.

Par ailleurs, Tsahal a déclaré samedi que les familles de deux autres terroristes palestiniens présumés ont été informées que leurs maisons dans la ville de Qarawat Bani Hassan, en Cisjordanie, seraient démolies.

Yousef Assi, 21 ans, et Yahya Marei, 20 ans, sont accusés d’avoir conduit jusqu’à l’entrée de l’implantation d’Ariel, en Cisjordanie, le 29 avril, et d’avoir ouvert le feu sur un poste de garde, tuant Vyacheslav Golev, 23 ans. Les deux hommes ont été arrêtés un jour plus tard dans leur ville natale.

La branche militaire du groupe terroriste Hamas, basé à Gaza, a revendiqué l’attaque, identifiant les deux hommes comme des membres des Brigades Izz al-Din al-Qassam, la branche militaire du groupe.

Les familles d’Assi et de Marei ont la possibilité de faire appel de l’ordre de démolition. Les appels aboutissent rarement, mais dans certains cas, les tribunaux limitent la démolition aux parties de la maison habitées par les terroristes.

En guise de politique punitive, Israël démolit fréquemment les maisons des Palestiniens accusés d’avoir mené des attentats terroristes meurtrières.

Israël considère que raser la maison des terroristes est un bon moyen de dissuasion, et les responsables ajoutent qu’il convient d’agir avec rapidité, car le pouvoir de dissuasion se dégrade avec le temps.

Depuis quelques années, des responsables israéliens de la défense remettent en question l’efficacité de cette mesure dont les militants des droits de l’homme dénoncent le caractère injuste, car il s’agit d’une punition collective.

Du personnel de sécurité et de secours sur les lieux d’une fusillade à l’entrée d’Ariel, en Cisjordanie, le 30 avril 2022 (Crédit : Flash90) En haut à droite : Vyacheslav Golev.

Plus tôt dans la journée de samedi, Tsahal a rasé la maison d’un quatrième Palestinien inculpé dans une fusillade survenue en décembre près de l’avant-poste de Homesh, en Cisjordanie, au cours de laquelle un Israélien a été tué.

Vendredi, Tsahal a émis un ordre de démolition de l’appartement d’un terroriste palestinien qui a ouvert le feu dans un bar de Tel Aviv le mois dernier, tuant trois personnes.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...