Israéliens et Palestiniens s’accusent à tour de rôle à la COP 22 au Maroc
Rechercher

Israéliens et Palestiniens s’accusent à tour de rôle à la COP 22 au Maroc

Le Premier ministre de l’AP reproche à Israël de méthodiquement “piller les ressources” ; Elkin affirme que ces accusations sont “totalement fausses”

Arrivée des déléguées à la conférence climatique COP22 des Nations unies, à Marrakech, au Maroc, le 16 novembre 2016. (Crédit : AFP/Pool/Mark Ralston)
Arrivée des déléguées à la conférence climatique COP22 des Nations unies, à Marrakech, au Maroc, le 16 novembre 2016. (Crédit : AFP/Pool/Mark Ralston)

Le ministre de l’Environnement Zeev Elkin et le Premier ministre de l’Autorité palestinienne (AP) Rami Hamdallah se sont mutuellement accusés de polluer mercredi, pendant la session de la Conférence sur le climat des Nations unies organisée à Marrakech, au Maroc.

Pendant la plénière de la réunion climatique, Hamdallah a accusé Israël de nuire délibérément à l’environnement et à la qualité de l’eau des Palestiniens.

Il a affirmé que les usines israéliennes des implantations de Cisjordanie entraînaient des dommages environnementaux via leurs émissions.

« L’Etat de Palestine souffre de l’occupation israélienne et de la pollution causée par les usines placées sur notre terre, a-t-il déclaré. L’occupation militaire d’Israël nuit à l’environnement palestinien de manière méthodique afin de piller nos ressources naturelles, de confisquer nos terres et de construire des murs de séparation. »

Le Premier ministre de l'Autorité palestinienne Rami Hamdallah lors d'une conférence de presse le 3 juin 2014 (Crédit : Abbas Monami/AFP)
Le Premier ministre de l’Autorité palestinienne Rami Hamdallah lors d’une conférence de presse le 3 juin 2014 (Crédit : Abbas Monami/AFP)

Faisant référence au vandalisme des habitants israéliens des implantations contre les agriculteurs palestiniens, il a ajouté que l’occupation de la Cisjordanie entraînait le déracinement d’oliviers.

Répondant à ce qu’il a appelé « des affirmations totalement fausses », Elkin (Likud) a déclaré que les Palestiniens exploitaient leur temps de parole à la conférence pour lancer des accusations contre Israël alors que l’Autorité palestinienne avance un projet d’usine de ciment dans une réserve naturelle pour servir les intérêts économiques des fils de son président, Mahmoud Abbas.

Le projet a été révélé quand les Palestiniens ont demandé de l’aide à Israël, a-t-il déclaré.

Zeev Elkin arrive à la réunion hebdomadaire du cabinet, au bureau du Premier ministre à Jérusalem, le 14 février 2016. (Crédit : Olivier Fitoussi/Pool)
Zeev Elkin arrive à la réunion hebdomadaire du cabinet, au bureau du Premier ministre à Jérusalem, le 14 février 2016. (Crédit : Olivier Fitoussi/Pool)

Présenté par un représentant de l’Arabie saoudite, Elkin a proposé une coopération régionale pour les technologies et la conservation de l’eau.

Pendant la conférence, le secrétaire d’Etat américain John Kerry a critiqué la promesse électorale du président élu Donald Trump, qui a juré de supprimer le nom des Etats-Unis de l’accord sur le changement climatique signé en décembre 2015 à Paris, qui est entré en effet le 4 novembre.

L’accord, signé par Jérusalem et Ramallah, cherche à maintenir la hausse de la température moyenne mondiale pendant le 21e siècle en dessous de 2°C, par rapport à la température préindustrielle, et si possible en dessous de 1,5°C.

Le secrétaire d'Etat américain John Kerry pendant la conférence climatique COP22 des Nations unies, à Marrakech, au Maroc, le 16 novembre 2016. (Crédit : AFP/STR)
Le secrétaire d’Etat américain John Kerry pendant la conférence climatique COP22 des Nations unies, à Marrakech, au Maroc, le 16 novembre 2016. (Crédit : AFP/STR)

Il n’est pas possible de revenir sur la signature de l’accord, a déclaré Kerry, et aucun individu, pas même un président américain, ne peut revenir sur une décision qui affecterait des milliards de personnes.

La conférence de Marrakech a pour objectif de préconiser comment l’accord de Paris peut être mis en place.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...