Khamenei : Les pays musulmans rejettent « l’humiliation » d’un accord avec Israël
Rechercher

Khamenei : Les pays musulmans rejettent « l’humiliation » d’un accord avec Israël

Le dirigeant iranien attaque l'idée d'une normalisation d'autres nations musulmanes avec Israël et lance un avertissement de mauvais augure à tous ceux qui envisagent de le faire

Le Guide suprême iranien, l'Ayatollah Ali Khamenei, s'adresse à un groupe d'habitants de la ville de Qom, à Téhéran, en Iran, le 8 janvier 2020. (Bureau du Guide suprême iranien via AP)
Le Guide suprême iranien, l'Ayatollah Ali Khamenei, s'adresse à un groupe d'habitants de la ville de Qom, à Téhéran, en Iran, le 8 janvier 2020. (Bureau du Guide suprême iranien via AP)

Le guide suprême iranien, l’ayatollah Ali Khamenei, a fustigé l’idée que les nations musulmanes fassent des compromis avec Israël, qualifiant cela « d’humiliation », et a lancé un sinistre avertissement à ceux cherchant à établir des relations diplomatiques avec l’État juif.

« Les nations musulmanes n’accepteront jamais l’humiliation d’un compromis avec le régime sioniste », a tweeté l’ayatollah Khamenei mardi.

Ces derniers mois, les Émirats arabes unis et le Bahreïn sont devenus les premiers pays arabes à établir des relations avec Israël depuis l’Égypte en 1979 et la Jordanie en 1994. Les responsables israéliens et américains ont exprimé l’espoir que d’autres pays arabes du Golfe suivront bientôt, avec des relations basées sur des intérêts commerciaux et sécuritaires mutuels et une inimitié partagée envers l’Iran.

Dans son tweet, Khamenei a ciblé les tentatives de la politique étrangère américaine de combler le fossé entre les nations musulmanes et Israël en l’absence d’un accord formel entre Israël et les Palestiniens. « Si les États-Unis pensent pouvoir résoudre le problème de la région de cette manière, ils se trompent », a-t-il déclaré.

Dans un avertissement apparent aux autres nations musulmanes qui pourraient normaliser leurs liens avec Israël, le guide suprême a menacé : « Tout régime qui négocie avec le régime sioniste usurpateur perdra de sa stature auprès de sa nation. »

L’allusion de Khamenei aux pays qui négocient avec Israël survient après de nombreuses spéculations sur le fait que le Soudan serait le prochain pays musulman à imiter les Émirats et Bahreïn.

Au début de ce mois, le chef d’État adjoint soudanais, le général Mohammad Hamdan Daglo, a déclaré que son pays allait probablement bientôt établir des liens de quelque nature que ce soit avec Jérusalem, affirmant que Khartoum avait besoin d’Israël et bénéficierait de ces relations.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, à gauche, le président américain Donald Trump, le ministre des Affaires étrangères du Bahreïn Khalid bin Ahmed Al Khalifa et le ministre des Affaires étrangères des Émirats arabes unis Abdullah bin Zayed al-Nahyan posent pour une photo sur le balcon de la salle bleue après avoir signé les accords d’Abraham lors d’une cérémonie sur la pelouse sud de la Maison Blanche à Washington, le 15 septembre 2020. (AP Photo/Alex Brandon)

Il ne s’agissait pas de la première fois que le guide suprême iranien dénonce publiquement l’idée de normalisation avec Israël.

En septembre, il avait accusé les Émirats arabes unis de trahir le monde musulman en acceptant d’établir des relations avec l’État juif, affirmant que cette « trahison » « entachait » le pays.

« Les Émirats arabes unis ont trahi le monde de l’islam, les nations arabes, les pays de la région et la Palestine », avait-il commenté. « La trahison ne durera pas longtemps. »

« Les Émirats seront déshonorés à jamais », a-t-il déclaré dans sa première réaction à l’accord entre les EAU et Israël. « J’espère qu’ils se réveilleront et qu’ils compenseront ce qu’ils ont fait. »

Aaron Boxerman a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...