Israël en guerre - Jour 258

Rechercher

La BBC s’excuse d’avoir accusé Tsahal « d’exécutions sommaires » à Gaza

La station de radio britannique a indiqué "ne pas avoir déployé les efforts nécessaires pour trouver des preuves permettant de corroborer cette information"

Les troupes de Tsahal opèrent à Gaza, une photo publiée le 8 janvier 2024. (Crédit : Armée israélienne)
Les troupes de Tsahal opèrent à Gaza, une photo publiée le 8 janvier 2024. (Crédit : Armée israélienne)

La station de radio de la BBC a présenté ses excuses, ce week-end, pour un reportage diffusé à la fin du mois dernier où elle avait accusé l’armée israélienne d’exécuter des Palestiniens dans la bande de Gaza.

Dans un reportage diffusé dans la nuit du 24 décembre, a fait savoir la BBC, elle avait expliqué que le Hamas accusait Israël « de commettre des exécutions sommaires dans la bande de Gaza ».

Un communiqué de la BBC, qui a été émis vendredi – soit presque deux semaines après le reportage initial – a indiqué que « même si les accusations ont été attribuées à leur auteur et même si notre reportage mentionnait la réponse de l’armée israélienne, qui avait indiqué ne pas avoir connaissance de ce type d’incident et que le Hamas était une organisation terroriste qui ne s’attache guère à la vérité, nous n’avons pas déployé les efforts nécessaires pour trouver une preuve corroborant cette information de manière à justifier cette affirmation faite par le Hamas. Nous présentons nos excuses pour cette erreur. »

Selon Deadline, le reportage diffusé par la BBC semble s’être basé sur une dépêche du 23 décembre de l’AFP, qui établissait que le Hamas avait dit avoir rassemblé des témoignages montrant « que l’armée israélienne a procédé à l’exécution sommaire de 137 civils palestiniens » dans le nord de Gaza et notamment à Gaza City depuis le lancement de l’offensive terrestre de Tsahal, le 7 octobre.

La dépêche faisait remarquer que ces accusations ne pouvaient pas être vérifiées de manière indépendante et que l’armée israélienne « n’a pas eu connaissance » de ce type d’incident, déclarant qu’Israël était « en guerre contre l’organisation terroriste du Hamas qui a prouvé n’accorder aucune valeur à la vérité ou à l’exactitude des faits ».

Les militaires ont indiqué, la semaine dernière, qu’ils ont ouvert une enquête sur la mort d’un détenu palestinien qui a été abattu par le soldat qui devait le garder, mais il n’y a aucun élément venant soutenir les affirmations du Hamas s’agissant d’exécutions massives de la part des troupes terrestres.

Des manifestants brandissant des pancartes et drapeaux israéliens à un rassemblement devant le siège de la BBC (British Broadcasting Corporation) à Londres, le 16 octobre 2023, pour tenter de la convaincre de qualifier le Hamas de « terroriste ». (Crédit : Daniel Leal / AFP)

La BBC, le radiodiffuseur public britannique, a dû présenter à plusieurs reprises des excuses concernant sa couverture de la guerre opposant Israël et le Hamas depuis le tout début de la campagne militaire.

A la mi-novembre, elle s’était excusée après que l’une de ses présentatrices ait dit et répété que les soldats de l’armée qui étaient entrés dans l’hôpital Shifa, à Gaza, « s’en prennent à toutes les personnes présentes dans l’hôpital, notamment aux équipes médicales et aux arabophones ».

A LIRE : La BBC critiquée pour sa couverture de la guerre entre Israël et le Hamas – à juste titre

En fait, la dépêche originale de l’agence Reuters avait cité une déclaration de l’armée qui avait fait savoir qu’à son entrée dans le plus grand hôpital de la bande de Gaza – qui, selon Israël, accueillait un centre de commandement du Hamas – les forces spéciales avaient été accompagnées « par des équipes médicales et par des soldats arabophones qui sont sur le terrain pour s’assurer que les approvisionnements médicaux seront bien distribués à ceux qui en ont besoin ».

La BBC avait aussi été âprement critiquée pour avoir relayé l’information non-vérifiée – et qui a été réfutée depuis – que cela avait été une frappe israélienne qui avait été à l’origine d’une explosion meurtrière à l’hôpital Al-Ahli, à Gaza, le 17 octobre. La BBC avait ensuite présenté ses excuses pour cette affirmation également, disant qu’elle avait été trop prompte à attribuer la responsabilité de l’attaque à Israël.

La BBC a aussi été très critiquée, notamment par le gouvernement britannique, pour son refus de qualifier le Hamas de « groupe terroriste » et ses hommes armés de « terroristes » – une politique qui a été adoptée par un grand nombre de médias internationaux majeurs.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.