La clôture de la saison-croisée France-Israël se fera sans Regev
Rechercher

La clôture de la saison-croisée France-Israël se fera sans Regev

Après 9 mois d’événements en France et en Israël, le ministre de la culture Franck Riester clôturera cette cérémonie au Musée d'art de Tel Aviv. Mais sans son homologue Miri Regev

Le 29 novembre après 9 mois d’événements culturels en France et en Israël aura lieu la cérémonie de clôture de la saison croisée au Musée d’Art de Tel Aviv, en présence du ministre français de la culture, Franck Riester. Mais sans aucun haut responsable israélien.

La ministre de la Culture, Miri Regev, ne rencontrera pas son homologue français car, selon un membre de son cabinet « aucune heure appropriée n’a été trouvée, » rapporte le journal Haaretz. C’est le conseiller diplomatique du ministre de la Culture qui « va représenter Israël à l’événement », a déclaré le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Emmanuel Nahshon ».

Selon une source anonyme citée par le journal israélien, Emmanuel Macron était attendu à cette cérémonie de clôture, en réponse à la venue de Benjamin Netanyahu en juin dernier à Paris pour la cérémonie d’ouverture. Devant l’absence de Macron à la cérémonie, entraînant celle de son homologue israélien, Miri Regev aurait décidé de ne pas assister à la clôture de la Saison croisée.

Si le Premier ministre israélien était bien présent aux côtés d’Emmanuel Macron en France pour la cérémonie d’ouverture en juin dernier, cette saison croisée s’est émaillée d’un certain nombre de rendez-vous manqués et de visites reportées, hors du cadre même de cette période particulière d’échanges culturels.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, à droite, avec son épouse, accueillis par le président français Emmanuel Macron et son épouse Brigitte Macron à l’Elysée à Paris, à l’occasion des cérémonies du centenaire de la Première guerre mondiale., le 11 novembre 2018. (Crédit : AP Photo/Christophe Ena)

La première annonce d’une visite au Moyen Orient d’Emmanuel Macron a eu lieu en août 2017. Fraîchement élu, le président annonçait sa feuille de route diplomatique devant les ambassadeurs français réunis à Paris. Il avait évoqué devant eux une « visite au printemps » 2017 au Proche Orient, incluant le Liban, la Jordanie, Israël et les Territoires palestiniens en réitérant son soutien en faveur d’une solution à deux Etats.

Quelques mois plus tard, l’Elysée annonçait que cette visite serait reportée « à l’automne prochain ». Mais l’automne venu, cette deuxième visite a également été reportée à une date « qui reste à définir, » avait alors avancé l’Elysée.

Par ailleurs, le Premier ministre français Édouard Philippe, qui devait lui aussi se rendre en Israël fin mai 2018 pour inaugurer le lancement à Jérusalem de la Saison croisée France-Israël, avait lui aussi annulé sa visite, prétextant du contexte de politique intérieure.

Nécessité du calendrier ou chaud-froid diplomatique, la visite du président français est toujours attendue en Israël.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...