La Knesset amende la loi sur le radiodiffuseur pour accueillir l’Eurovision 2019
Rechercher

La Knesset amende la loi sur le radiodiffuseur pour accueillir l’Eurovision 2019

Les députés ont voté à l'unanimité contre la scission prévue des départements de l'information et du divertissement à Kan, afin de se conformer aux règlements du concours

Netta Barzilai après avoir remporté la finale de la 63e édition de l'Eurovision Song Contest 2018 à l'Arena Altice de Lisbonne, le 12 mai 2018. (Crédit : AFP / Francisco LEONG)
Netta Barzilai après avoir remporté la finale de la 63e édition de l'Eurovision Song Contest 2018 à l'Arena Altice de Lisbonne, le 12 mai 2018. (Crédit : AFP / Francisco LEONG)

La Knesset a adopté à l’unanimité, à la fin de la journée de lundi, un projet de loi visant à annuler la séparation du radiodiffuseur public en deux entités distinctes, garantissant qu’Israël pourra accueillir le Concours Eurovision de la chanson l’année prochaine.

Les 54 députés présents à la séance de fin de soirée ont voté en faveur d’un amendement à une loi de 2014 qui vise à séparer le département de l’information du département du divertissement du radiodiffuseur public Kan.

Le texte de l’amendement a souligné que la mesure visait à « supprimer les implications possibles » sur la capacité d’accueillir le spectacle de 2019, un droit qu’Israël a gagné après que la participante Netta Barzilai a remporté l’Eurovision de cette année avec sa chanson « Toy ».

La révision de la loi intervient quelques semaines après que les organisateurs de l’Union européenne de radio-télévision auraient averti Israël que si les départements des informations et les autres départements de Kan étaient scindés en entités distinctes, il pourrait être disqualifié pour l’organisation du concours.

Selon les règles de l’UER, le radiodiffuseur public de chaque pays participant doit être doté de son service d’information.

En 2014, la Knesset a adopté une loi qui a démantelé l’Autorité de radiodiffusion israélienne et l’a rétablie sous le nom de Kan. Le Premier ministre Benjamin Netanyahu avait fait pression pour que la loi exige que le département des informations de Kan fonctionne de manière indépendante.

Mais le service des informations de Kan n’a jamais été séparé. En mai 2017, la Cour suprême de justice a émis une injonction empêchant la scission pendant que la loi faisait l’objet d’un contrôle judiciaire, remettant temporairement le service des informations entre les mains de Kan.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu et la ministre de la Culture Miri Regev à la Knesset le 8 février 2016. (Yonatan Sindel/Flash90)

Le mois dernier, Netanyahu a déclaré que son gouvernement suivrait les directives des organisateurs de la compétition, semblant abandonner sa demande de dissocier le département des informations de Kan.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...