La nouvelle ministre de l’Éducation s’oppose au prix Israël pour Oded Goldreich
Rechercher

La nouvelle ministre de l’Éducation s’oppose au prix Israël pour Oded Goldreich

Yifat Shasha-Biton devrait annoncer au procureur-général et à la Haute cour qu'elle ne reviendra pas sur la décision de son prédécesseur de priver l'universitaire pro-BDS du prix

La nouvelle ministre de l'Éducation Yifat Shasha-Biton,  à gauche, serre la main du ministre sortant Yoav Gallant durant la cérémonie de passation du pouvoir au ministère de l'Éducation de Jérusalem, le 14 juin 2021. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)
La nouvelle ministre de l'Éducation Yifat Shasha-Biton, à gauche, serre la main du ministre sortant Yoav Gallant durant la cérémonie de passation du pouvoir au ministère de l'Éducation de Jérusalem, le 14 juin 2021. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

La nouvelle ministre de l’Éducation Yifat Shasha-Biton a décidé de soutenir la décision prise par son prédécesseur de ne pas remettre le prestigieux prix Israël à un professeur accusé de soutenir le boycott de l’État juif, a fait savoir mardi la presse israélienne.

Oded Goldreich, professeur d’informatique à l’Institut Weizmann, avait été sélectionné par un comité pour recevoir cette année le prix de mathématiques et d’informatique pour ses travaux sur la théorie de la complexité informatique. Cependant, le ministre de l’Éducation de l’époque, Yoav Gallant, avait empêché M. Goldreich de recevoir le prix, alléguant qu’il soutenait le mouvement BDS (boycott, désinvestissement et sanctions) anti-israélien. Goldreich avait nié soutenir le mouvement BDS, mais a déclaré qu’il s’opposait aux implantations de Cisjordanie.

Le comité de sélection a depuis porté plainte auprès de la Haute cour de justice, dénonçant cette décision.

Selon la station de radio publique Kan, Shasha-Biton a l’intention d’informer le procureur-général Avichai Mandelblit et la Haute cour qu’elle n’a pas l’intention de s’impliquer dans le dossier. Mandelblit devra décider s’il s’implique lui-même en défendant le positionnement du ministre dans le cadre de la requête déposée devant la Haute cour.

Citant des sources du bureau de Shasha-Biton, la station a aussi indiqué que la ministre s’était entretenue avec Mandelblit et que sa décision était définitive. La question se trouve dorénavant entre les mains de la justice.

L’avocat de Goldreich a évoqué la décision de la nouvelle ministre de l’Éducation.

« Je pensais qu’il s’agissait d’un ‘gouvernement du changement’ et que cela impliquerait un changement concernant le traitement de ceux qui critiquent les politiques gouvernementales, mais la décision prise par la ministre Shasha-Biton montre bien que le vent mauvais qui soufflait sous l’ancien gouvernement souffle encore et sanctionne les membres de la gauche de l’échiquier politique », aurait dit Michael Sfard, selon Kan.

Il aurait ajouté que « c’est vraiment malheureux. Cela indique qu’il n’y a pas de changement, que c’est toujours le même esprit digne de McCarthy qui continue à imprégner les couloirs du ministère de l’Éducation. Nous continuerons à nous battre par le biais de tous les mécanismes juridiques à notre disposition ».

Oded Goldreich. (CC BY-SA 3.0) / Wikipédia)

Peu avant d’être remplacé, le mois dernier, par Shasha-Biton, Gallant avait transmis un courrier à Mandelblit affirmant que le prix était censé refléter la contribution apportée par un éventuel lauréat à l’État d’Israël et pas seulement la reconnaissance de son excellence dans un domaine donné. Il avait également nié toute décision motivée par un rejet des opinions politiques de Goldreich.

Un avocat des membres du Comité du prix Israël avait déclaré que Gallant n’avait pas l’autorité nécessaire pour prendre une telle décision.

Goldreich devait recevoir le prix lors de la cérémonie organisée au mois d’avril pour les lauréats du prix Israël, mais une décision de la Haute cour de justice donnant à Gallant le temps de prendre une décision sur l’attribution du prix au professeur l’avait empêché de l’obtenir. La cour avait déclaré à l’époque que Goldreich pourrait recevoir le prix à une date ultérieure.

La Haute cour a déjà rejeté des pétitions contre l’attribution du prix à certains candidats, notamment l’année dernière, lorsqu’il a été décerné au rabbin Yaakov Ariel, qui a fait des commentaires désobligeants sur les personnes LGBT.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...