La police va recommander l’inculpation de David Bitan pour corruption
Rechercher

La police va recommander l’inculpation de David Bitan pour corruption

Le député Likud, soupçonné d'avoir reçu des centaines de milliers de shekels, est aussi susceptible d'être accusé de blanchiment d'argent et de fraude fiscale

Raoul Wootliff est le correspondant parlementaire du Times of Israël

David Bitan, lors d'une séance plénière à la Knesset le 13 mars 2018. (Hadas Parush/ Flash90)
David Bitan, lors d'une séance plénière à la Knesset le 13 mars 2018. (Hadas Parush/ Flash90)

La police recommandera d’inculper l’ancien chef de la coalition, le député Likud David Bitan dans les semaines à venir, pour avoir prétendument reçu des centaines de milliers de shekels sous forme de pots-de-vin, a rapporté la Dixième chaîne dimanche.

M. Bitan, qui a quitté son poste de chef de file de la coalition après qu’il a été révélé qu’il faisait l’objet d’une enquête mais demeure membre de la Knesset, est également susceptible d’être accusé de blanchiment d’argent et fraude fiscale, selon le site d’information.

Le député est soupçonné d’avoir reçu de l’argent de son associé Moshe Yosef et de l’homme d’affaires Dror Glazer, qui ont tous deux témoigné contre Bitan, alors qu’il était maire-adjoint de Rishon Lezion et, plus tard, en tant que membre du Parlement.

Selon le rapport, la police et le ministère public étaient pratiquement d’accord sur le fait que Bitan devait être inculpé.

Cependant, l’affaire contre le maire de Rishon Lezion, Dov Zur, qui est également soupçonné d’avoir reçu des pots-de-vin, est plus « problématique », selon le rapport, et il semble probable qu’il échappera à la mise en accusation.

Zur a été arrêté début décembre pour sa participation présumée dans l’affaire de corruption impliquant Bitan et d’autres personnalités de haut rang dans les municipalités de Rishon Lezion et de Tel Aviv. Il est soupçonné de corruption, de fraude et d’abus de confiance pour la promotion de certains projets de construction dans la ville en collaboration avec des entrepreneurs.

L’avocat de Bitan, Ephraim Demari, a soutenu que son client était innocent. « Les recommandations ne sont que des recommandations », a-t-il dit aux journalistes.

David Bitan, membre Likud de la Knesset et ancien président de la coalition, quitte son domicile pour se rendre à une autre série d’interrogatoires à l’unité Lahav 433 de la police israélienne, le 4 janvier 2018. (Flash90)

Les enquêteurs détiendraient des informations spécifiques sur la manière dont les pots-de-vin et les transferts d’argent suspectés ont été traités, après avoir reçu le témoignage d’un propriétaire de magasin de meubles, Yosef, un suspect clé dans cette affaire. Bitan a été confronté au témoignage de Yosef lors d’un interrogatoire le 28 janvier.

Dans un fait nouveau majeur, Yosef aurait témoigné en détail, disant aux enquêteurs que les pots-de-vin étaient fréquents, y compris au cours des cinq dernières années. Yosef a déclaré aux enquêteurs qu’il avait remis des centaines de milliers de shekels à Bitan pendant les visites du député Likud au magasin de meubles Metzada de Yosef.

On pense que Yosef a agi comme intermédiaire entre Bitan et les hommes d’affaires, remettant de l’argent et gardant un pourcentage pour lui-même, apparemment comme paiement pour des prêts importants qu’il a accordés à Bitan à une époque où le politicien était lourdement endetté. La police l’a surnommé le « banquier de Bitan ».

L’enquête, baptisée Affaire 1803, a permis l’arrestation d’un certain nombre de suspects en plus de Zur, y compris d’autres fonctionnaires de la ville, des hommes d’affaires locaux et des figures du crime organisé.

L’équipe du Times of Israel a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...