La sécurité de Benny Gantz renforcée après des menaces de mort sur Internet
Rechercher

La sécurité de Benny Gantz renforcée après des menaces de mort sur Internet

La garde de la Knesset va augmenter le niveau de sécurité du dirigeant de Kakhol lavan après des messages sur les réseaux sociaux appelant à "assassiner Gantz sur la place Rabin"

Le dirigeant du parti Kakhol lavan Benny Gantz fait campagne au Grand Canyon Mall à Haïfa, le jour des élections, le 2 mars 2020. (Crédit : Flash90)
Le dirigeant du parti Kakhol lavan Benny Gantz fait campagne au Grand Canyon Mall à Haïfa, le jour des élections, le 2 mars 2020. (Crédit : Flash90)

La Knesset a décidé samedi soir de relever le niveau de sécurité du dirigeant de Kakhol lavan, Benny Gantz, en raison de plusieurs menaces de mort proférées à l’encontre de l’ancien chef d’état-major après les élections nationales de la semaine dernière.

Le parti Kakhol lavan a déclaré avoir informé la garde de la Knesset des nombreuses menaces en ligne proférées contre Gantz, y compris des appels directs à la violence physique contre lui. La décision d’ajouter deux gardes du corps supplémentaires dans l’équipe de sécurité de Gantz est intervenue après qu’il a été agressé verbalement alors qu’il se préparait à prononcer un discours samedi soir.

Après avoir accusé le Premier ministre Benjamin Netanyahu d’encourager « la haine et la division » au sein de l’opinion, Gantz a tweeté la capture d’écran d’un statut Facebook qui appelait « à assassiner Gantz sur la place Rabin ». Il a ajouté : « Netanyahu, arrêtez l’incitation sauvage. Ne dites pas que vous ne saviez pas. »

Vendredi, après la publication sur les réseaux sociaux d’images photoshoppées de dirigeants du parti Kakhol lavan et de la Liste arabe unie portant des keffieh palestiniens à la manière de Yasser Arafat, Gantz a accusé Netanyahu d’incitation à la violence au lendemain des élections de la Knesset.

Les dirigeants de Kakhol lavan et de la Liste arabe unie portant des keffiehs sur une image phtotoshoppée. (Crédit : Capture d’écran / Douzième chaine)

« L’incitation à la violence franchit toutes les limites. Si nous ne nous réveillons pas, le prochain meurtre politique est à portée de main », a-t-il écrit sur Facebook quelques heures après l’agression d’un manifestant anti-Netanyahu lors d’un autre incident.

Le chef du parti Kakhol lavan Benny Gantz tient une conférence de presse à Kfar Maccabiah, le 7 mars 2020. (Crédit : Tomer Neuberg / Flash90)

Il a lié l’incitation présumée au prochain procès de Netanyahu pour corruption et a accusé le Premier ministre de ne pas tenir compte des résultats des élections.

« Netanyahu et les siens alimentent intentionnellement un discours violent et extrême », a déclaré Gantz. « Netanyahu ne tient pas compte des résultats des élections et est prêt à tout brûler pour éviter un procès ».

« Bibi [Netanyahu], nous avons vu ce qui s’est passé quand l’incitation s’est emballée et que personne ne l’a arrêtée en 1995 », a déclaré Gantz, en référence à l’assassinat du Premier ministre Yitzhak Rabin.

Netanyahu, qui était chef de l’opposition lorsque Rabin a été abattu par un extrémiste juif, a été accusé d’avoir contribué à un climat politique incendiaire avant le meurtre. Le Premier ministre a fermement nié ce fait, rejetant les allégations comme étant des « tentatives de déformer la vérité historique ».

Samedi, M. Gantz a déclaré qu’il avait « pris la décision de former un gouvernement fort et stable » après l’élection de lundi et que son gouvernement travaillerait à « guérir Israël de la haine et de la division et nous permettrait d’aller de l’avant ».

S’exprimant quelques minutes après que Netanyahu, dans un communiqué de presse, l’a accusé de tenter de « voler » les élections nationales, M. Gantz a déclaré « Encore et toujours, les citoyens israéliens ont décidé que l’ère de Netanyahu est terminée. »

Il a déclaré que le Premier ministre avait « perdu [les élections] ». La majorité du peuple ne veut pas qu’il continue à gouverner, et c’est ce que le peuple obtiendra ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...