Israël en guerre - Jour 193

Rechercher

Netanyahu dit qu’il faudra encore du temps avant l’offensive de Tsahal à Rafah

Halevi : L’opération à al-Shifa endommage le Hamas et met la pression pour les négociations ; Blinken ajoute un arrêt en Israël à son voyage au Moyen-Orient ; Le chef du Pentagone va accueillir Yoav Gallant à Washington

  • Un bateau d'aide transportant des fournitures de la World Central Kitchen approche de Gaza le 15 mars 2024. (Crédit : armée israélienne)
    Un bateau d'aide transportant des fournitures de la World Central Kitchen approche de Gaza le 15 mars 2024. (Crédit : armée israélienne)
  • Des soldats israéliens patrouillant dans la neige, au mont Hermon, près de la frontière israélienne avec le Liban, dans le nord d'Israël, le 20 novembre 2023. (Crédit : Ayal Margolin/Flash90)
    Des soldats israéliens patrouillant dans la neige, au mont Hermon, près de la frontière israélienne avec le Liban, dans le nord d'Israël, le 20 novembre 2023. (Crédit : Ayal Margolin/Flash90)
  • Les troupes de l’armée israélienne opérant à l'hôpital Shifa, dans la bande de Gaza, sur une image publiée le 19 mars 2024. (Crédit : Armée israélienne)
    Les troupes de l’armée israélienne opérant à l'hôpital Shifa, dans la bande de Gaza, sur une image publiée le 19 mars 2024. (Crédit : Armée israélienne)
  • De la fumée et des explosions s’élevant à l'intérieur de la bande de Gaza, vue depuis le sud d'Israël, le 17 mars 2024. (Crédit : Ariel Schalit/AP)
    De la fumée et des explosions s’élevant à l'intérieur de la bande de Gaza, vue depuis le sud d'Israël, le 17 mars 2024. (Crédit : Ariel Schalit/AP)
  • Un soldat israélien sur un char à la frontière avec la bande de Gaza, le 17 mars 2024. (Crédit : Ariel Schalit/AP)

    Un soldat israélien sur un char à la frontière avec la bande de Gaza, le 17 mars 2024. (Crédit : Ariel Schalit/AP)

  • Illustration : Des personnes devant le siège endommagé de l'Office de secours et de travaux des Nations unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNRWA), dans la ville de Gaza, le 15 février 2024. (Crédit : AFP)
    Illustration : Des personnes devant le siège endommagé de l'Office de secours et de travaux des Nations unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNRWA), dans la ville de Gaza, le 15 février 2024. (Crédit : AFP)
  • Le chef d'état-major de Tsahal, le lieutenant-général Herzi Halevi, à l'hôpital al-Shifa de la ville de Gaza, le 20 mars 2024. (Crédit : Armée israélienne)
    Le chef d'état-major de Tsahal, le lieutenant-général Herzi Halevi, à l'hôpital al-Shifa de la ville de Gaza, le 20 mars 2024. (Crédit : Armée israélienne)
  • Les troupes de Tsahal opèrent à l'hôpital al-Shifa dans la bande de Gaza, dans une image publiée par Tsahal le 19 mars 2024. Illustration (Crédit : Armée israélienne)
    Les troupes de Tsahal opèrent à l'hôpital al-Shifa dans la bande de Gaza, dans une image publiée par Tsahal le 19 mars 2024. Illustration (Crédit : Armée israélienne)

Tsahal affirme avoir frappé des bâtiments du Hezbollah dans le sud du Liban

L’armée israélienne affirme avoir frappé un bâtiment utilisé par le Hezbollah à Houla, au sud du Liban, ainsi que des postes d’observation à Kafr Kila et Yaroun.

Plus tôt dans la journée, deux autres bâtiments à Ghandouriyeh, dont un où des membres du Hezbollah avaient été repérés, ont été frappés, a indiqué l’armée israélienne.

Le Hezbollah a tiré aujourd’hui des missiles sur les régions de Yiron, du Mont Dov, de Misgav Am et de Margaliot. L’armée israélienne affirme avoir bombardé les sites de lancement de ces roquettes.

En Israël, Blinken abordera la nécessité de vaincre le Hamas, « y compris à Rafah »

Le secrétaire d'État américain Antony Blinken à son arrivée à Jeddah, en Arabie saoudite, le 20 mars 2024. (Crédit : Evelyn Hockstein/AP)
Le secrétaire d'État américain Antony Blinken à son arrivée à Jeddah, en Arabie saoudite, le 20 mars 2024. (Crédit : Evelyn Hockstein/AP)

Le secrétaire d’État américain Antony Blinken va discuter de la nécessité d’assurer une défaite du Hamas, « y compris à Rafah », a déclaré le porte-parole du département d’État Matthew Miller, confirmant la visite en Israël du chef de la diplomatie américaine vendredi.

Les États-Unis ont exprimé leur opposition au plan israélien d’incursion terrestre à Rafah cette semaine et préconisent des initiatives alternatives qui permettront d’atteindre les objectifs d’Israël sans nouvelle offensive dont le coût humanitaire serait très élevé pour les Palestiniens qui, selon les Nations unies (ONU), sont menacés d’une famine imminente après plus de cinq mois de guerre.

L’administration Biden a insisté pour une opération plus limitée à Rafah et dans d’autres parties de Gaza, qui ciblerait les chefs militaires du Hamas ; avec aussi la sécurisation de la frontière entre l’Égypte et Gaza pour arrêter la contrebande ; un renforcement de l’aide humanitaire par de nouveaux points d’accès à l’enclave ; et la promotion d’une alternative viable au régime du Hamas, comme l’ont confié mardi des responsables américains au Times of Israel.

Washington a l’intention de discuter de ces plans alternatifs lors de la visite de la délégation israélienne aux États-Unis en début de semaine prochaine, mais ils figureront clairement à l’ordre du jour de Blinken lorsqu’il arrivera à Tel Aviv vendredi.

« Blinken discutera également des négociations en cours pour obtenir la libération de tous les otages », a affirmé Miller dans un communiqué.

« Il discutera de la nécessité de vaincre le Hamas, y compris à Rafah, tout en assurant la protection de la population civile, sans entraver l’acheminement de l’aide humanitaire, et en renforçant la sécurité générale d’Israël », a-t-il ajouté.

« Le secrétaire d’État discutera des efforts déployés par les États-Unis et la communauté internationale pour augmenter de manière significative et maintenir l’acheminement de l’aide humanitaire aux civils souffrant d’un manque de nourriture adéquate. »

Halevi : L’opération à al-Shifa endommage le Hamas et met la pression pour les négociations

Le chef d'état-major de Tsahal, le lieutenant-général Herzi Halevi, à l'hôpital al-Shifa de la ville de Gaza, le 20 mars 2024. (Crédit : Armée israélienne)
Le chef d'état-major de Tsahal, le lieutenant-général Herzi Halevi, à l'hôpital al-Shifa de la ville de Gaza, le 20 mars 2024. (Crédit : Armée israélienne)

Le chef d’état-major de Tsahal, le lieutenant-général Herzi Halevi, a rendu visite aux troupes à l’hôpital al-Shifa de la ville de Gaza plus tôt dans la journée et leur a dit que l’opération avait considérablement affaibli les dirigeants du Hamas et qu’elle avait permis de faire pression sur le groupe terroriste pour qu’il libère les otages.

« Jusqu’à présent, les résultats sont bons, mais nous visons les hauts responsables », a précisé Halevi.

« Marwan Issa, la capture de hauts responsables, c’est très, très important pour exercer une pression sur le Hamas, c’est très important pour exercer une pression dans le cadre des négociations », a-t-il ajouté.

Il a affirmé que Tsahal « [inflige] de sérieux dommages au Hamas, le démantelant, tuant ses chefs militaires, en affectant le leadership civil, et en éliminant les membres du groupe ».

« Nous sommes venus ici pour appréhender de nombreux terroristes, plus particulièrement des hauts responsables, et pour tuer tous ceux qui participent aux combats. Nous préférons les prisonniers, ce sont des cartes importantes, [pour] les enquêtes », a expliqué Halevi.

Tsahal : La frappe à Jénine visait un terroriste du Jihad islamique qui a tué un Israélien

Meir Tamari, tué lors d'une fusillade terroriste le 30 mai 2023. (Autorisation)
Meir Tamari, tué lors d'une fusillade terroriste le 30 mai 2023. (Autorisation)

Tsahal et le Shin Bet ont confirmé qu’Ahmed Barakat, un terroriste palestinien à l’origine d’une fusillade meurtrière en Cisjordanie l’année dernière, avait été tué lors d’une frappe de drone effectuée plus tôt aujourd’hui à Jénine.

Barakat, un membre du groupe terroriste du Jihad islamique palestinien, est accusé d’avoir perpétré l’attentat près de l’implantation de Hermesh en mai 2023, durant laquelle Meir Tamari a été assassiné.

Muhammad Hawashin, un commandant d’une branche locale du Jihad à Jénine, et deux autres membres du groupe se trouvaient à bord du véhicule aux côtés de Barakat, selon Tsahal.

Barakat et Hawashin sont à l’origine d’une tentative d’attentat suicide en Israël le 11 mars ; ils ont dirigé un attentat à la bombe et une fusillade contre des troupes près de l’avant-poste de Homesh le 8 mars, précise Tsahal.

Tsahal a également diffusé des images de l’attaque.

Une vidéo montre une frappe de Tsahal à Jénine qui a fait 3 morts selon l’AP

Le ministère de la Santé de l’Autorité palestinienne (AP) a indiqué que trois personnes avaient été tuées lors d’une attaque de drone israélien contre un véhicule dans la ville de Jénine, dans le nord de la Cisjordanie.

Tsahal a déclaré avoir visé un groupe de terroristes.

Les trois hommes ont été identifiés dans des publications sur les réseaux sociaux comme étant Ahmed Barakat, Muhammad Fayed et Mahmoud Rahhal.

Des images les montrent équipés d’armes à feu, indiquant leur affiliation à des groupes terroristes à Jénine.

Des images de caméras de surveillance diffusées en ligne montrent le moment de l’attaque.

L’Arabie saoudite annonce 40 millions de dollars pour l’UNRWA

Des personnes passant devant le siège endommagé de l'Office de secours et de travaux des Nations unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNRWA), dans la ville de Gaza, le 15 février 2024. (Crédit : AFP)
Des personnes passant devant le siège endommagé de l'Office de secours et de travaux des Nations unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNRWA), dans la ville de Gaza, le 15 février 2024. (Crédit : AFP)

L’Arabie saoudite a annoncé mercredi un don de 40 millions de dollars (près de 37 millions d’euros) à l’agence de l’ONU pour les réfugiés palestiniens (UNRWA) avec laquelle Israël est à couteaux tirés.

Les fonds soutiendront les « efforts d’aide humanitaire de l’UNRWA dans la bande de Gaza », en proie à la guerre entre Israël et le Hamas, en fournissant « de la nourriture à plus de 250 000 personnes et des tentes à 20 000 familles », a déclaré un communiqué du Centre d’aide humanitaire et de secours du roi Salmane (KSrelief). « Il est crucial de répondre aux besoins désespérés de la population de Gaza » menacée par la famine selon l’ONU, a ajouté le chef du KSrelief, Abdallah al-Rabeeah.

Israël accuse l’UNRWA, colonne vertébrale de l’aide humanitaire à Gaza, d’employer « plus de 450 terroristes » dans l’enclave et affirme que douze de ses employés ont été directement impliqués dans l’attaque sans précédent du 7 octobre menée par le Hamas sur le sol israélien, qui a fait 1 160 morts, essentiellement des civils, selon un bilan de l’AFP établi à partir de données officielles israéliennes.

L’agence, qui emploie quelque 30 000 personnes dans les Territoires palestiniens ainsi qu’en Jordanie, en Syrie et au Liban, s’est séparée des employés mis en cause. Mais une quinzaine de pays, notamment les États-Unis, avaient suspendu fin janvier leur financement après les accusations israéliennes. Depuis, plusieurs d’entre eux ont repris leurs versements.

Selon le communiqué saoudien, Philippe Lazzarini, directeur de l’UNRWA, a estimé que le don saoudien « reflète la solidarité que le royaume a toujours manifestée à l’égard des Palestiniens ».

L’UNRWA dispose d’un « nombre important de mécanismes » pour garantir la neutralité

Des travailleurs de l'ONU dans un entrepôt/centre de distribution de l'UNRWA à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, qui aurait été partiellement touché par des tirs le 13 mars 2024. (Crédit : Mohammed Abed/AFP)
Des travailleurs de l'ONU dans un entrepôt/centre de distribution de l'UNRWA à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, qui aurait été partiellement touché par des tirs le 13 mars 2024. (Crédit : Mohammed Abed/AFP)

Un rapport intérimaire de l’examen indépendant de l’ONU sur les allégations contre l’office des Nations unies pour les réfugiés de Palestine (UNRWA) a conclu que l’agence disposait de mécanismes en place pour garantir sa neutralité, et qu’il y avait des lacunes qui devaient être corrigées.

Le groupe d’examen a soumis hier le rapport intérimaire contenant ces conclusions au secrétaire général des Nations unies (ONU), Antonio Guterres.

Par la suite, le groupe rédigera son rapport final avec des recommandations sur la manière dont l’UNRWA répondra aux problèmes de neutralité à l’avenir. Le rapport sera rendu public le 20 avril.

Le groupe d’examen a été créé à la suite d’allégations, fin janvier, selon lesquelles douze employés de l’UNRWA ont participé activement aux attaques terroristes menées par le groupe terroriste palestinien du Hamas le 7 octobre. Ces employés ont déjà été licenciés par l’agence, mais Israël affirme que l’infiltration du Hamas au sein de l’agence est bien plus importante.

Le rapport intérimaire du groupe d’experts a conclu « que l’UNRWA a mis en place un nombre important de mécanismes et de procédures pour assurer le respect du principe humanitaire de neutralité, et le groupe a également identifié des domaines critiques qui doivent encore être abordés », selon une déclaration du porte-parole de Guterres.

« Le groupe d’examen va maintenant élaborer des recommandations concrètes et réalistes sur la manière de traiter ces domaines critiques afin de renforcer et d’améliorer l’UNRWA », a poursuivi le communiqué.

Le groupe d’examen est dirigé par l’ancienne ministre des Affaires étrangères française Catherine Colonna ; et le groupe a collaboré avec trois instituts de recherche – l’Institut Raoul Wallenberg de Suède, l’Institut Chr. Michelsen de Norvège et l’Institut pour les droits de l’homme du Danemark.

Hagari : Des chefs du Jihad islamique parmi les terroristes arrêtés à al-Shifa

Le porte-parole de Tsahal, le contre-amiral Daniel Hagari, devant l'hôpital al-Shifa de la ville de Gaza, le 20 mars 2024. (Crédit : Armée israélienne)
Le porte-parole de Tsahal, le contre-amiral Daniel Hagari, devant l'hôpital al-Shifa de la ville de Gaza, le 20 mars 2024. (Crédit : Armée israélienne)

Dans un vidéocommuniqué depuis l’hôpital al-Shifa de la ville de Gaza, le porte-parole de Tsahal, le contre-amiral Daniel Hagari, a annoncé que les troupes avaient appréhendé entre 250 et 300 terroristes qui se trouvaient dans l’hôpital au cours de l’opération en cours contre le Hamas dans cette ville.

Il a ajouté que 300 autres suspects étaient également interrogés.

« Parmi eux figurent de nombreux membres du Jihad islamique palestinien, dont des commandants de bataillon, des membres du Hamas, ainsi que des dirigeants politiques », a précisé Hagari.

Il a ajouté que Tsahal « atteindra tous les terroristes de cette région. Notre objectif est d’arrêter les principaux dirigeants vivants et de les interroger. Quiconque nous résiste sera tué ».

Tsahal a distribué de la nourriture et de l’eau aux civils hébergés à l’hôpital et a fait venir des générateurs pour les urgences d’al-Shifa.

Il a ajouté que l’opération devrait durer encore plusieurs jours.

Tsahal a également publié une vidéo montrant des armes récupérées par les troupes à al-Shifa, et des vidéos de l’unité commando d’élite Duvdevan opérant dans les locaux de l’hôpital.

Nouvelle série d’alertes à la roquette dans les communautés du nord du pays

Les sirènes de roquettes ont de nouveau retenti à Kiryat Shmona et dans plusieurs autres localités israéliennes proches du Liban, alors que les affrontements transfrontaliers se poursuivent entre Israël et le groupe terroriste chiite libanais du Hezbollah.

Les médias palestiniens rapportent une frappe aérienne israélienne sur une voiture à Jénine

Les médias palestiniens ont signalé une frappe aérienne israélienne sur un véhicule dans la ville de Jénine, dans le nord de la Cisjordanie.

Des images de la scène montrent une voiture en feu après la frappe.

Aucun autre détail supplémentaire n’est disponible pour le moment.

Gaza : Tsahal capture un agent du Hamas impliqué dans le meurtre d’Israéliens en 2014

Les troupes de Tsahal opèrent à l'hôpital al-Shifa dans la bande de Gaza, dans une image publiée par Tsahal le 19 mars 2024. Illustration (Crédit : Armée israélienne)
Les troupes de Tsahal opèrent à l'hôpital al-Shifa dans la bande de Gaza, dans une image publiée par Tsahal le 19 mars 2024. Illustration (Crédit : Armée israélienne)

Mahmoud Qawasmeh, un haut responsable du groupe terroriste palestinien du Hamas impliqué dans la planification de l’enlèvement et du meurtre d’Eyal Yifrach, Gilad Shaer et Naftali Fraenkel en 2014, a été arrêté par les troupes présentes à l’hôpital al-Shifa dans la bande de Gaza, a annoncé le Shin Bet.

Dans un communiqué, l’agence de sécurité a indiqué que Qawasmeh avait été arrêté plus tôt dans la journée par les troupes de Tsahal à l’intérieur de l’hôpital et emmené en Israël pour un interrogatoire plus approfondi.

Qawasmeh était « l’un des planificateurs et des financiers de l’infrastructure qui a réalisé l’enlèvement et l’attaque meurtrière » en 2014, selon le Shin Bet.

Ce dernier a ajouté qu’il avait été exilé dans la bande de Gaza dans le cadre de l’accord Shalit conclu en 2011, d’où il continuait à planifier des attaques en Cisjordanie, notamment des fusillades perpétrées ces dernières années par des cellules du Hamas.

Les trois adolescents enlevés et assassinés près de Hébron le 12 juin 2014 : Eyal Yifrach, Gilad Shaar et Naftali Frenkel. (Crédit : autorisation)

Netanyahu dit qu’il faudra encore du temps avant l’offensive de Tsahal à Rafah

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu s’exprime dans une vidéo publiée le 20 mars 2024. (Crédit : Capture d'écran/GPO)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu s’exprime dans une vidéo publiée le 20 mars 2024. (Crédit : Capture d'écran/GPO)

Deux jours après la conversation téléphonique qu’il a eue avec le président américain Joe Biden, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a publié une vidéo dans laquelle il affirme qu’il « approuvera très bientôt le plan d’évacuation de la population civile de la zone de guerre ».

Il a indiqué également qu’il appréciait le soutien de Joe Biden et que le président avait demandé à présenter des propositions américaines en matière d’aide humanitaire et d’autres aspects de la guerre.

Netanyahu enverra dimanche des collaborateurs de haut niveau à Washington.

Le plan opérationnel, a précisé Netanyahu, a déjà été approuvé.

« Alors que nous nous préparons à entrer dans Rafah, ce qui prendra encore du temps, nous continuons à opérer avec toutes nos forces », a précisé Netanyahu. « Nous poursuivons nos opérations à Khan Younès, dans les camps du centre, pour éliminer et capturer les hauts responsables du Hamas, comme nous venons de le faire à l’hôpital al-Shifa, tout en éliminant des centaines de terroristes. »

« Comme je vous l’ai promis à maintes reprises, nous sommes déterminés à remporter une victoire absolue et nous y parviendrons. »

Un groupe appelle les Juifs à participer au jeûne de jeudi et à le dédier aux otages

À l’approche de Pourim, qui est précédé par Taanit Esther, journée de jeûne qui commémore les trois jours de jeûne entrepris par la communauté juive persane dans le Livre d’Esther pour implorer le salut divin, un réseau de centres de formation juifs israéliens, connu sous le nom de Mabua, appelle à une journée mondiale de jeûne pour tous les Juifs, au nom des 134 otages.

Dans la vidéo qui accompagne l’appel, des hommes et des femmes parlent de leur décision de jeûner pour les otages détenus à Gaza, un « jeûne empreint d’une profonde préoccupation et d’une grande inquiétude pour le sort de nos frères et sœurs », affirment-ils.

« J’ai choisi de jeûner cette année, non pas en tant qu’acte politique, ni en tant qu’acte religieux, mais en tant qu’acte juif », indiquent les participants dans la vidéo.

Ils invitent les autres à jeûner demain, de l’aube au crépuscule, pour ressentir un peu de la faim éprouvée par les captifs.

La mère d’un otage demande aux Juifs de Diaspora de presser Jérusalem pour un échange de prisonniers

Rachel Goldberg s'exprime lors d'une conférence à Jérusalem le 20 mars 2024. (Crédit : Canaan Lidor/Times of Israel)
Rachel Goldberg s'exprime lors d'une conférence à Jérusalem le 20 mars 2024. (Crédit : Canaan Lidor/Times of Israel)

Lors d’une conférence consacrée au peuple juif en temps de guerre, la mère d’un otage a exhorté les Juifs de la diaspora à faire pression sur les dirigeants israéliens pour qu’ils parviennent à un accord afin de récupérer les 134 Israéliens toujours détenus par le groupe terroriste palestinien du Hamas.

« Le temps est venu pour la diaspora de le dire aux dirigeants de ce pays, qui n’ont pas les idées claires parce qu’ils sont encore prisonniers d’un traumatisme profond, permanent, obsédant et douloureux, teinté de culpabilité », a affirmé Rachel Goldberg, mère de Hersh Goldberg-Polin, aux centaines de personnes présentes à la conférence Heschel de l’Organisation sioniste mondiale, consacrée à la notion de peuple juif.

« Le moment est venu de sauver 134 âmes innocentes, pour la seule raison que c’est un acte sacré, et c’est la réponse la plus juive que l’on puisse apporter au 7 octobre », a ajouté Goldberg, dont la famille a immigré en Israël depuis les États-Unis en 2008.

Parmi les otages enlevés par le Hamas le 7 octobre, 130 se trouvent toujours à Gaza, et tous ne sont pas en vie. Le groupe terroriste détient également, depuis près de dix ans, deux civils israéliens et les dépouilles de deux soldats israéliens.

Les représentants du Hamas et les responsables israéliens négocient actuellement les termes d’un second échange de prisonniers, mais des divergences majeures persisteraient dans les discussions indirectes qui se déroulent au Qatar.

Le thème principal de la conférence, qui se tient à la Bibliothèque nationale de Jérusalem pour la deuxième fois après sa première édition en 2022, est la relation entre la population juive d’Israël et celle d’Amérique du Nord.

L’un des intervenants, Yossi Beilin, ancien ministre de la Justice et l’un des fondateurs de Taglit-Birthright, a appelé à la création d’un forum régulier de coopération entre les délégués israéliens et les représentants du judaïsme nord-américain sur des questions telles que la définition de qui est juif.

Tournée de Blinken au Moyen-Orient – une étape en Israël ce vendredi

Le Secrétaire d'État américain Antony Blinken s'exprime lors d'une conférence de presse au Département d'État, à Washington, le 13 mars 2024. (Crédit : AP/Manuel Balce Ceneta)
Le Secrétaire d'État américain Antony Blinken s'exprime lors d'une conférence de presse au Département d'État, à Washington, le 13 mars 2024. (Crédit : AP/Manuel Balce Ceneta)

Le Secrétaire d’État américain Antony Blinken a ajouté une étape en Israël à sa sixième tournée au Moyen-Orient depuis le début de la guerre à Gaza, a déclaré au Times of Israel un responsable américain.

Antony Blinken se rendra en Israël ce vendredi après avoir passé la journée de mercredi en Arabie saoudite et celle de jeudi, en Égypte.

À chacune de ces étapes, il évoquera les pourparlers en vue d’un cessez-le-feu d’au moins six semaines et d’un accord pour la libération des otages, ainsi que les mesures pour remédier à la crise humanitaire, a déclaré le responsable américain.

Suite aux critiques du Démocrate Schumer, Netanyahu va s’adresser aux Républicains

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu prononçant un discours retransmis par vidéo lors d'une conférence de l'AIPAC, le 18 mars 2024. (Crédit : Capture d'écran GPO)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu prononçant un discours retransmis par vidéo lors d'une conférence de l'AIPAC, le 18 mars 2024. (Crédit : Capture d'écran GPO)

Selon une source bien informée, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a décidé de s’adresser aux sénateurs républicains américains par vidéoconférence lors de leur déjeuner politique hebdomadaire, quelques jours après que le chef des Démocrates du Sénat a prononcé un discours le critiquant sévèrement, et le décrivant comme un obstacle à la paix.

Dans son discours de la semaine dernière, le chef des Démocrates du Sénat, Chuck Schumer, partisan de longue date d’Israël et élu juif le plus haut placé d’Amérique, a déclaré au Sénat que le gouvernement de Netanyahu « ne répondait plus aux besoins d’Israël », plus de cinq mois après le début d’une guerre qui a éclaté à la suite de l’attaque meurtrière menée contre Israël par le groupe terroriste palestinien du Hamas, le 7 octobre dernier. Schumer avait également appelé à de nouvelles élections en Israël.

Les Républicains ont sévèrement critiqué Schumer pour ces propos.

Netanyahu a affirmé dimanche à CNN que les propos de Schumer étaient « complètement déplacés ».

La décision de Netanyahu de prendre la parole lors du déjeuner politique hebdomadaire des Républicains a été rapportée en premier lieu par le média politique Punchbowl.

Une frappe à Rafah a tué 3 officiers de la Commission d’urgence du Hamas, dit l’armée

Une image montrant les trois cadres du Hamas tués à Rafah dans la bande de Gaza, diffusée le 20 mars 2024. (Crédit : Armée israélienne)
Une image montrant les trois cadres du Hamas tués à Rafah dans la bande de Gaza, diffusée le 20 mars 2024. (Crédit : Armée israélienne)

L’armée israélienne et le Shin Bet ont indiqué qu’une frappe aérienne qui a visé Rafah, dans le sud de Gaza, au début de la semaine avait entraîné la mort de trois cadres du Hamas appartenant à sa Commission d’urgence.

Dans cette attaque qui a été lancée lundi par les avions de chasse, Sayyid Qutb Hashash, Osama Hamad Dhahir, et Hadi Abu al-Rou ont perdu la vie et Muhammad Awad al-Malalhi aurait été blessé, a précisé Tsahal.

Hashash, Dhahir, et al-Malalhi étaient les chefs de la Commission d’urgence du groupe terroriste dans les secteurs du nord et de l’est de Rafah tandis qu’al-Rous étaient le responsable des opérations de la Commission d’urgence, ont ajouté les militaires.

La Commission d’urgence est une instance du Hamas chargée du maintien de l’ordre public et du contrôle civil dans les municipalités de la bande.

L’armée a indiqué que les cadres étaient « responsables de l’organisation des activités terroristes et de la communication avec les membres du Hamas sur le terrain » et qu’ils aidaient « l’aile militaire de l’organisation terroriste à maintenir son contrôle continu ».

« Ces cadres étaient les émissaires des dirigeants du Hamas à Rafah ; ils travaillaient sur la concentration des activités du Hamas au sein des zones humanitaires et ils étaient responsables de toutes les activités du groupe et de la communication avec les membres du groupe sur le terrain », a poursuivi Tsahal dans un communiqué.

Ces attaques ont eu lieu après que les soldats ont pris pour cible Nidal al-Eid, le chef de la Commission d’urgence à Rafah, la semaine dernière, ont également noté les militaires.

La prière pour les otages au mur Occidental aura lieu jeudi

Des hommes assistant à un événement de prière de masse pour les otages israéliens à Gaza, au mur Occidental, à Jérusalem, le 10 janvier 2024. (Crédit : Chaim Goldberg/Flash90)
Des hommes assistant à un événement de prière de masse pour les otages israéliens à Gaza, au mur Occidental, à Jérusalem, le 10 janvier 2024. (Crédit : Chaim Goldberg/Flash90)

Une prière spéciale pour les otages retenus en détention dans la bande de Gaza aura lieu au mur Occidental de Jérusalem, jeudi.

L’organisation Aish HaTorah, organisatrice de l’événement, espère rassembler des Juifs du monde entier pour réciter la prière de Shema Yisrael au nom de tous les otages.

L’événement sera diffusé à 16 heures 30 heure locale.

Herzog va rendre hommage aux trois otages accidentellement tués par l’armée

De gauche à droite : Les otages Yotam Haïm, Samar Talalka et Alon Lulu Shamriz, tués par erreur par des soldats de l’armée israélienne, à Gaza, le 15 décembre 2023. (Autorisation)
De gauche à droite : Les otages Yotam Haïm, Samar Talalka et Alon Lulu Shamriz, tués par erreur par des soldats de l’armée israélienne, à Gaza, le 15 décembre 2023. (Autorisation)

Le président Isaac Herzog va organiser une cérémonie en hommage à la bravoure des trois otages qui avaient échappé à leurs ravisseurs du Hamas et qui avaient accidentellement été tués par l’armée israélienne.

Alon Shamriz, Yotam Haïm et Samar Talalka s’étaient efforcés, après leur fuite, de signaler leur présence et leurs identités à l’armée israélienne. Ils s’étaient finalement approchés d’un groupe de soldats dans le quartier Shejaiya de Gaza City, mais les militaires avaient ouvert le feu, les tuant tous les trois.

« Au vu des circonstances de ce qui s’est passé, des circonstances sortant de l’ordinaire, le président a décidé de rendre hommage à leur détermination, à leur courage et à la bravoure très particulière dont ils ont fait preuve et de remettre à leurs familles un certificat unique d’appréciation au nom de l’État d’Israël », a dit le bureau de Herzog dans une déclaration.

La cérémonie aura lieu à une date ultérieure à la résidence de Herzog, a ajouté le Bureau.

L’armée diffuse des images d’une frappe contre un dépôt d’armes du Hezbollah dans un quartier civil

L’armée a diffusé les images d’une frappe récente qui a pris pour cible, selon elle, un dépôt d’armes du Hezbollah situé « au cœur d’un quartier civil, dans les profondeurs du Liban ».

Les importantes et longues explosions secondaires qui apparaissent dans la vidéo sont « une preuve supplémentaire du mode d’opération du Hezbollah, avec le groupe terroriste qui stocke des explosifs et des produits chimiques dangereux dans les villages civils », a indiqué l’armée dans un communiqué.

Tsahal a fait savoir que le Hezbollah « place ses infrastructures de production d’armement au cœur des populations civiles du sud du Liban, dans la vallée de Beqaa et à Beyrouth, et il utilise les Libanais comme boucliers humains ».

Depuis le début des hostilités sur la frontière avec le Liban, des hostilités qui sont encore en cours et dans un contexte de guerre à Gaza, Tsahal explique œuvrer à entraver la construction des forces du Hezbollah en attaquant les livraisons d’armes qui sont faites au groupe terroriste et les infrastructures utilisées par ce dernier pour produire les armes.

Plus de 90 terroristes éliminés dans le raid sur l’hôpital Shifa

Des soldats de Tsahal opérant dans la bande de Gaza sur une photo publiée le 20 mars 2024. (Crédit : armée israélienne)
Des soldats de Tsahal opérant dans la bande de Gaza sur une photo publiée le 20 mars 2024. (Crédit : armée israélienne)

L’armée israélienne affirme que les troupes ont tué plus de 90 hommes armés du Hamas au cours de leur raid sur l’hôpital Shifa à Gaza-City.

L’opération, qui a commencé tôt lundi matin, est menée par l’unité commando Shayetet 13 de la marine, la 401e brigade blindée et d’autres forces.

« Au cours de la journée écoulée, les troupes ont éliminé des terroristes et localisé des armes dans la zone de l’hôpital, tout en évitant de blesser les civils, les patients, les équipes médicales et le matériel médical », déclare l’armée dans un communiqué.

L’armée israélienne affirme que plus de 300 personnes soupçonnées de terrorisme ont été interrogées dans le complexe hospitalier par des enquêteurs de terrain de l’unité 504 de la direction du renseignement militaire et de l’agence de sécurité Shin Bet.

Plus de 160 d’entre eux ont été emmenés en Israël pour y être interrogés, selon l’armée israélienne.

Les troupes ont effectué un raid sur l’hôpital après que des renseignements ont révélé que des membres du Hamas, y compris des commandants, étaient retournés dans le complexe pour l’utiliser comme centre de commandement afin de planifier des attaques contre Israël et les troupes à Gaza.

Par ailleurs, Tsahal dit avoir frappé une entrée de tunnel du Hamas dans le nord de Gaza qui a été identifié après qu’une roquette a été tirée vers Sderot hier. La roquette est retombée dans la bande de Gaza.

Toujours dans le nord de la bande de Gaza, les forces israéliennes affirment avoir frappé une cellule du Hamas composée de six terroristes dans la région de Jabaliya.

Dans le centre de Gaza, la brigade Nahal a continué à combattre les agents du Hamas au cours de la journée écoulée, selon Tsahal.

Dans le sud de la bande de Gaza, la 98e division combat le Hamas dans la banlieue de Khan Younès, à Al-Qarara.

L’accord du Congrès américain interdit les fonds américains à l’UNRWA jusqu’en mars 2025

Un accord conclu par les leaders du Congrès américain et la Maison Blanche sur un projet de loi massif finançant l’armée, le département d’État et une série d’autres programmes gouvernementaux maintiendra l’interdiction des fonds américains à l’UNRWA, la principale agence de l’ONU pour les Palestiniens, jusqu’en mars 2025, selon deux sources.

L’administration du président américain Joe Biden a déclaré en janvier qu’elle suspendait temporairement l’octroi de nouveaux fonds à l’Office de secours et de travaux des Nations unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNRWA) après qu’Israël a accusé plus d’une douzaine de membres du personnel de l’Office d’avoir participé directement à la vague de tueries du Hamas du 7 octobre, et a déclaré que des centaines d’autres personnes étaient liées à des terroristes.

Le Sénat américain a adopté le mois dernier une loi supprimant le financement de l’agence, dans le cadre d’un projet de loi de 95 milliards de dollars prévoyant une aide à l’Ukraine, à Israël et à Taïwan, qui est resté bloqué à la Chambre des représentants.

Les partisans de l’aide ont tenté de la rétablir, appelant Washington à soutenir l’organisme de secours alors que les groupes humanitaires s’efforcent d’éviter une crise humanitaire et une éventuelle famine à Gaza.

Les deux sources au fait de l’accord indiquent que le financement serait bloqué pendant un an et que les détails des efforts alternatifs pour fournir une assistance humanitaire aux Palestiniens de Gaza seraient discutés après que la législation ait été rendue publique.

La Maison Blanche et les chefs de file du Congrès ont refusé de commenter les détails de l’accord jusqu’à ce que les textes des projets de loi sur les dépenses soient publiés.

Les Nations unies ont lancé une enquête sur les allégations concernant le personnel de l’UNRWA, et l’agence a licencié certains membres du personnel après qu’Israël lui a fourni des informations.

Les États-Unis, principal donateur de l’UNRWA avec 300 à 400 millions de dollars par an, ont déclaré qu’ils souhaitaient voir les résultats de cette enquête et les mesures correctives prises avant d’envisager de reprendre leur financement.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.