Lancement d’un programme de tests sérologiques sur les anticorps du coronavirus
Rechercher

Lancement d’un programme de tests sérologiques sur les anticorps du coronavirus

Des échantillons de sang de 70 000 personnes seront analysés au cours de la phase initiale de l'enquête visant à déterminer l'ampleur de l'exposition de la population à la COVID-19

Un professionnel de la santé manipule un échantillon dans une station mobile de test COVID-19 dans la ville de Rehovot, le 25 juin 2020. (Yossi Zeliger/Flash90)
Un professionnel de la santé manipule un échantillon dans une station mobile de test COVID-19 dans la ville de Rehovot, le 25 juin 2020. (Yossi Zeliger/Flash90)

Un programme de réalisation de dizaines de milliers de tests sérologiques visant à déterminer l’ampleur de l’exposition de la population au coronavirus a débuté lundi.

Le ministère de la Santé, avec la coopération des organisations de maintien de la santé du pays, espère tester quelque 70 000 personnes issues de 190 localités à travers le pays.

Des dizaines de milliers d’autres seront testés ultérieurement dans le cadre de cet effort.

Des tests seront effectués sur des échantillons de sang prélevés au hasard sur les personnes qui, de toute façon, se font tester dans les cliniques de santé. Les échantillons seront d’abord prélevés sur des groupes à haut risque tels que les professionnels de la santé, les personnes âgées et les personnes souffrant de problèmes de santé sous-jacents.

Les tests permettent d’identifier les anticorps au coronavirus, qui peuvent être présents dans le sang des personnes ayant contracté le virus mais n’ayant développé aucun symptôme.

Les tests d’anticorps sont considérés comme un élément clé pour savoir qui a déjà eu la maladie afin de mieux comprendre sa propagation et d’élaborer une politique en prévision d’une éventuelle seconde épidémie.

Dimanche, le ministre de la Santé, Yuli Edelstein, a averti que le pays était au « début d’une deuxième vague ».

Le ministre de la Santé Yuli Edelstein s’exprime lors d’une conférence de presse sur le coronavirus COVID-19, au ministère de la Santé à Jérusalem, le 28 juin 2020. (Olivier Fitoussi/Flash90)

Le nombre d’infections quotidiennes n’a cessé d’augmenter depuis l’assouplissement des règles de confinement en mai, des cas ayant été diagnostiqués dans tout le pays. Lundi après-midi, le ministère de la Santé a enregistré 492 nouveaux cas de COVID-19 au cours des 24 heures précédentes.

Au début du mois, Edelstein a déclaré que les tests d’anticorps donneraient aux responsables de la santé une « meilleure image des renseignements » sur les points chauds du virus dans le pays.

« De cette façon, nous pourrons mieux faire face à une nouvelle vague de coronavirus si, Dieu nous en préserve, elle éclate », a-t-il déclaré.

Le programme de dépistage a été annoncé début mai par le directeur général sortant du ministère de la Santé, Moshe Bar Siman-Tov, bien qu’il ait été retardé depuis.

Les résultats d’une première série de tests sérologiques, qui ont été détaillés dans un rapport au début du mois, ont indiqué que quelque 200 000 Israéliens, soit 2,5 % de la population, ont eu le COVID-19 – plus de dix fois le nombre de patients confirmés.

Les résultats indiquent un taux d’infection bien plus élevé qu’on ne le pensait – les estimations du ministère de la Santé et du Conseil national de sécurité situent le taux à 1 % de la population au maximum – mais encore loin des 60 % environ qui sont nécessaires pour obtenir l’immunité collective. Elles indiquent également que les porteurs ont beaucoup plus de chances qu’on ne le pensait de ne pas ressentir de symptômes.

Les tests d’anticorps sont différents des tests par écouvillonnage nasal actuellement utilisés pour diagnostiquer les infections actives. Ces tests recherchent plutôt des protéines sanguines appelées anticorps, que l’organisme produit des jours ou des semaines après avoir combattu une infection. La plupart utilisent une piqûre de sang au doigt sur une bandelette réactive. Un test d’anticorps peut indiquer si le sujet a eu le COVID-19 dans un passé récent, ce qui, selon la plupart des experts, offre une certaine protection.

La fiabilité des tests se situerait entre 95 et 98 %. Ils ne disent pas si la personne est toujours porteuse du coronavirus ou si elle est guérie.

Le gouvernement espère qu’en effectuant des tests sérologiques à grande échelle, il sera en mesure de déterminer si Israël approche de l’immunité collective ou s’il n’est pas préparé à une résurgence du virus.

Le directeur sortant du ministère de la Santé, Moshe Bar Siman-Tov, assiste à une cérémonie d’accueil de son remplaçant, au ministère à Jérusalem, le 18 juin 2020. (Ministère de la Santé)

Bar Siman-Tov a déclaré que si seul un faible pourcentage d’Israéliens sont détectés comme ayant des anticorps COVID-19, cela pourrait indiquer que le système de santé du pays pourrait être débordé lors d’une future épidémie.

Le nombre total de cas de virus est passé à 23 989 lundi, dont 17 114 ont été guéris. Sur les 6 556 cas actifs, 46 étaient dans un état grave, dont 24 sous respirateur. 58 autres étaient dans un état modéré et les autres présentaient des symptômes légers ou n’en présentaient pas du tout.

La nouvelle vague d’infections ne montrant aucun signe de ralentissement, le gouvernement a décidé de limiter les rassemblements publics et de réimposer certaines restrictions précédemment utilisées pour endiguer l’épidémie de coronavirus.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...