L’armée israélienne déploie des renforts en Cisjordanie après un jeudi noir
Rechercher

L’armée israélienne déploie des renforts en Cisjordanie après un jeudi noir

L'armée a déclaré qu'elle avait procédé à une "évaluation de la situation" après trois attentats contre les forces de sécurité israéliennes en Cisjordanie et à Jérusalem

Judah Ari Gross est le correspondant militaire du Times of Israël.

Les troupes israéliennes prennent position lors d'affrontements avec des manifestants palestiniens alors qu'ils protestent contre le plan de paix au Moyen-Orient annoncé mardi par le président américain Donald Trump au checkpoint de Beit El, près de la ville cisjordanienne de Ramallah, mercredi 29 janvier 2020 (Crédit : AP / Majdi Mohammed)
Les troupes israéliennes prennent position lors d'affrontements avec des manifestants palestiniens alors qu'ils protestent contre le plan de paix au Moyen-Orient annoncé mardi par le président américain Donald Trump au checkpoint de Beit El, près de la ville cisjordanienne de Ramallah, mercredi 29 janvier 2020 (Crédit : AP / Majdi Mohammed)

L’armée israélienne a annoncé jeudi le déploiement de bataillons supplémentaires en renfort en Cisjordanie au vu de la recrudescence des violences dans la région.

L’armée a dit avoir pris sa décision au terme d’une « évaluation de la situation ».

Les bataillons de l’armée israélienne sont généralement composés de plusieurs centaines de soldats.

Cette décision survient après trois attentats contre les forces de sécurité israéliennes en Cisjordanie et à Jérusalem jeudi, sur fond de tensions et de violences entre Israël et les Palestiniens. Des affrontements meurtriers ont éclaté à Jénine ainsi que des émeutes ailleurs en Cisjordanie. Des projectiles et des dispositifs explosifs ont également été lancés depuis la Cisjordanie.

Il s’agit de la troisième série de renforts déployée dans la région depuis l’annonce, par le président américain Donald Trump, de son plan visant à résoudre le conflit israélo-palestinien, le 28 janvier 2020. A l’annonce du plan, l’armée a immédiatement déployé des troupes supplémentaires dans la vallée du Jourdain. Des combattants ont été dépêchés en Cisjordanie le 29 janvier pour gérer les manifestations.

L’Autorité palestinienne avait immédiatement rejeté le plan proposé par Trump, jugé trop favorable à Israël, et avait menacé de rompre ses liens sécuritaires avec Israël.

Dans la semaine et demi qui a suivi l’annonce du plan, l’armée a enregistré une haute significative de la violence en Cisjordanie.

Les Palestiniens affrontent les forces de sécurité israéliennes dans la région de Bethléem alors que ces dernières recherchent un suspect recherché pour un attentat à la voiture-bélier plus tôt à Jérusalem qui a fait 12 blessés, dont un grave, le 6 février 2020. (Crédit : Musa Al SHAER / AFP)

« Nous gérons une semaine qui a été relativement violente », a déclaré le porte-parole de l’armée israélienne Hidai Zilberman jeudi matin, évoquant des émeutes, de la résistance aux arrestations et des frictions générales en Cisjordanie.

Jeudi après-midi, un soldat a été légèrement blessé dans une fusillade sur une autoroute de Cisjordanie jeudi après-midi.

L’armée israélienne a déclaré qu’un homme armé avait ouvert le feu sur un groupe de soldats stationnés près de la jonction de Parsa, à l’extérieur de l’implantation de Dolev, au nord-ouest de Ramallah, jeudi après-midi. Les troupes ont ouvert le feu sur le suspect et ont lancé une chasse à l’homme. Ils l’ont retrouvé en fin d’après-midi jeudi.

Le soldat a été légèrement blessé à la tête, la balle l’ayant effleuré. Il était pleinement conscient, selon le service d’ambulance Magen David Adom.

Des médecins urgentistes sur la scène de l’attaque à la voiture bélier à Jérusalem le 6 février 2020 (Crédit : MDA)

Tôt jeudi matin, 12 soldats ont été blessés, dont un grièvement, dans une attaque terroriste menée à la voiture-bélier à Jérusalem.

Un officier de police a été légèrement blessé dans une attaque à l’arme à feu qui s’est aussi déroulée jeudi dans la Vieille Ville de Jérusalem.

La journée de jeudi a également été marquée par d’importants affrontements à Jénine lors de la démolition de la maison d’un terroriste, au cours desquels un officier de police palestinien et un cadet de la police palestinienne ont été tués dans des incidents distincts, dans des circonstances peu claires.

Mercredi, un Palestinien de 17 ans a également été abattu par les troupes israéliennes alors qu’il leur lançait un cocktail Molotov à Hébron, selon l’armée.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...