Israël en guerre - Jour 290

Rechercher

Le cabinet alloue 13,7 Mds de NIS pour répondre aux demandes des haredim

Le Trésor avertit que les dépenses vont à contre-courant du travail des haredim et pourraient conduire à d'énormes pertes de PIB et à une hausse des impôts

Sharon Wrobel est journaliste spécialisée dans les technologies pour le Times of Israel.

Des Juifs ultra-orthodoxes étudiant dans la yeshiva lituanienne de Slabodka, dans la ville ultra-orthodoxe de Bnei Brak, le 8 juillet 2013. (Crédit : Yaakov Naumi/Flash90)
Des Juifs ultra-orthodoxes étudiant dans la yeshiva lituanienne de Slabodka, dans la ville ultra-orthodoxe de Bnei Brak, le 8 juillet 2013. (Crédit : Yaakov Naumi/Flash90)

Le cabinet a approuvé dimanche 13,7 milliards de shekels de fonds de coalition principalement alloués au soutien des institutions et des programmes ultra-orthodoxes, alors que le Trésor a averti que les fonds promis pourraient conduire à des billions de shekels de perte de produit intérieur brut (PIB) dans les années à venir.

Les fonds de la coalition, d’une valeur de 13,7 milliards de shekels, sont plus élevés que les 12,5 milliards de shekels demandés précédemment. L’accord sur les fonds intervient alors que le gouvernement dispose d’un peu plus de deux semaines pour faire passer le budget global proposé pour 2023-2024, d’une valeur de mille milliards de shekels, par le biais du processus de commission et de votes à la Knesset avant la date limite du 29 mai, sous peine de déclencher une dissolution automatique du Parlement et des élections législatives anticipées.

Le Likud, le parti du Premier ministre Benjamin Netanyahu, a fait de généreuses promesses de milliards de shekels pour s’assurer le soutien de ses partenaires de coalition ultra-orthodoxes et d’extrême-droite, notamment en finançant largement l’éducation et les initiatives religieuses des haredim. Sur les 13,7 milliards de shekels, environ 3,7 milliards seront consacrés à l’augmentation du budget des allocations versées aux étudiants en yeshiva. Environ 1 milliard de shekels est destiné à financer un programme de bons alimentaires mis en place par le chef du Shas, Aryeh Deri.

1,2 milliard de shekels est prévu pour les établissements d’enseignement privés non supervisés, qui n’enseignent pas les matières du tronc commun telles que les mathématiques et l’anglais. Des fonds supplémentaires seront alloués à l’éducation ultra-orthodoxe, à la construction d’édifices religieux et au soutien de la culture et de l’identité juives haredi.

Ces dernières années, les fonds de la coalition ont été distribués à partir du budget de l’État à des objectifs préférentiels et sectoriels, comme le demandaient les partis, et ont évolué pour devenir une condition de leur soutien à l’adoption du budget. Fin mars, la Knesset a approuvé en première lecture le budget général de l’État pour 2023-2024. Il alloue 484,8 milliards de shekels cette année et 513,7 milliards de shekels en 2024, contre 452,5 milliards de shekels en 2022.

Le chef de l’opposition, Yaïr Lapid, a qualifié le montant et l’allocation des fonds de la coalition « d’irresponsables et corrompus » et de « vol » de l’argent public.

Le chef de la commission des Finances, le député Moshe Gafni, et le ministre des Finances, Bezalel Smotrich, lors d’une audition sur le budget de l’État à la commission des Finances de la Knesset, le 16 avril 2023. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

« Il s’agit de l’argent du public productif en Israël », a déclaré Lapid dans un message vidéo. « Au lieu de l’investir dans l’éducation de nos enfants, dans la réduction du coût insupportable de la vie, dans les moteurs de la croissance économique, dans la protection des crèches dans la Bande de Gaza, ils l’investissent dans l’achat de votes. »

« Netanyahu a vendu l’économie israélienne et l’avenir de nos enfants aux haredim et à Smotrich pour pouvoir rester au pouvoir », a-t-il ajouté.

Avant le vote de dimanche, le chef du Département des budgets du ministère des Finances, Yogev Gardos, a averti que l’allocation de fonds aux institutions et initiatives ultra-orthodoxes créait des incitations négatives à la recherche d’emploi pour les hommes haredim et nuirait au marché du travail du pays et à l’économie dans son ensemble.

« L’augmentation du budget des établissements d’enseignement privés non supervisés, tout en établissant un mécanisme de versement d’allocations par le biais de la distribution de bons alimentaires, et l’augmentation des fonds du budget des yeshivot devraient créer un système d’incitations anti-économiques qui encourage l’exode du marché du travail et réduit la capacité de gain de la société ultra-orthodoxe », a écrit Gardos dans son compte-rendu.

« Même avant la mise en œuvre de la décision du gouvernement et de ses effets négatifs attendus sur l’économie, sans changement dans le taux d’emploi des hommes ultra-orthodoxes, la perte de PIB cumulée jusqu’en 2060 devrait s’élever à 6,7 billions de shekels », prévient Gardos.

En outre, il a averti que si le taux de participation à l’emploi des hommes haredim n’est pas encouragé, d’ici 2065, le gouvernement devra augmenter les impôts directs de 16 % pour maintenir le même niveau de services qu’il fournit sans augmenter le déficit.

À LIRE : Les partis ultra-orthodoxes, des obstacles à la prospérité de leur communauté ?

La population ultra-orthodoxe d’Israël, qui représente environ 13,5 % de la population totale du pays, devrait atteindre 16 % en 2030. Le taux de croissance actuel de 4 % de la population haredi est le plus rapide de toutes les communautés en Israël, selon les données du Bureau central des statistiques (CBS).

Le cabinet votant l’approbation du budget 2023-2024, à Jérusalem, le 24 février 2023. (Autorisation)

Le ministère des Finances a désigné l’augmentation du taux de participation des hommes ultra-orthodoxes et des femmes arabes à la population active comme le principal moteur de croissance potentiel du marché du travail israélien pour les années à venir. À la fin de 2022, le taux de participation des hommes haredim sur marché du travail s’élevait à 53 %, contre 87 % pour les hommes juifs laïcs, selon le rapport du ministère des Finances.

Dans ce rapport, le ministère des Finances note que l’augmentation historique du budget des établissements d’enseignement haredim a entraîné une augmentation du nombre de diplômés qui ne possèdent pas les qualifications et les exigences requises pour s’intégrer au marché du travail.

« L’amélioration de l’éducation et de la productivité et la création d’incitations à aller travailler sont essentielles pour la poursuite de la croissance en Israël, ainsi que pour réduire l’écart de PIB par habitant entre Israël et les principaux pays du monde », a souligné Gardos dans son rapport.

Au cours du week-end, Standard & Poor’s (S&P) a décidé de maintenir intacte la note de crédit favorable AA d’Israël, mais a averti qu’elle s’attendait à ce que la performance fiscale d’Israël s’affaiblisse en 2023. Au cours des deux premiers mois de l’année, les recettes du gouvernement israélien ont diminué de 4 % en glissement annuel après avoir augmenté de près de 14 % en termes nominaux l’année dernière, stimulées par des recettes fiscales exceptionnelles, a noté S&P. L’agence de notation prévoit un ralentissement de la croissance de l’économie israélienne à 1,5 % en 2023, contre 6,5 % en 2022.

S&P prévoit que le déficit public d’Israël se creusera à 2,5 % du PIB en 2023 et se réduira à 2 % en 2024. En 2022, le gouvernement a affiché le premier excédent budgétaire en 35 ans, soit 0,6 % du PIB, car les recettes de l’État ont augmenté de 4,8 % pour atteindre 468,5 milliards de shekels et ont dépassé les dépenses totales de 458,8 milliards de shekels.

Dans son rapport annuel, le Fonds monétaire international (FMI) a qualifié la semaine dernière l’orientation budgétaire d’Israël « d’appropriée », citant une consolidation budgétaire plus forte que prévu en 2022, qui a permis de reconstituer les réserves budgétaires plus tôt que prévu.

« L’orientation budgétaire semble adéquate pour préserver les réserves, mais une marge de manœuvre budgétaire supplémentaire est nécessaire pour stimuler la croissance potentielle et réduire les inégalités », a déclaré le FMI. « Il est possible d’augmenter les recettes de l’impôt sur le revenu. »

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.