Israël en guerre - Jour 140

Rechercher

FMI : L’incertitude liée à la réforme pose des « risques » pour l’économie israélienne

L'incertitude judiciaire risque de détériorer les conditions financières et de freiner l'investissement et la consommation note le FMI ; S&P devrait confirmer la note de crédit

Sharon Wrobel est journaliste spécialisée dans les technologies pour le Times of Israel.

La mission des services du FMI en Israël dirigée par Miguel Segoviano présente le rapport initial sur le pays au gouverneur de la Banque d'Israël, Amir Yaron, et au ministre des Finances, Bezalel Smotrich, le 10 mai 2023. (Crédit : Bureau du porte-parole du ministère des finances)
La mission des services du FMI en Israël dirigée par Miguel Segoviano présente le rapport initial sur le pays au gouverneur de la Banque d'Israël, Amir Yaron, et au ministre des Finances, Bezalel Smotrich, le 10 mai 2023. (Crédit : Bureau du porte-parole du ministère des finances)

Le Fonds monétaire international (FMI) a déclaré mercredi que l’incertitude prolongée liée à la réforme du système judiciaire israélien représentait un « risque de baisse notable » pour l’économie du pays.

« En l’absence d’une solution durable et politiquement viable, l’incertitude persistante pourrait augmenter considérablement le prix du risque dans l’économie, resserrer les conditions financières et entraver l’investissement et la consommation, avec des répercussions potentielles sur la croissance, également à plus long terme », a déclaré le FMI dans son rapport initial sur l’économie israélienne. « Réduire de manière permanente l’incertitude entourant la réforme judiciaire nécessite une solution politiquement durable qui est clairement communiquée et bien comprise tant au niveau national qu’à l’étranger. »

« Comme dans n’importe quel pays, le maintien de la force de l’État de droit serait important pour le succès économique », est-il écrit dans le rapport.

Cet avertissement intervient après que Moody’s Investors Service a déclaré en avril que le principal élément déclencheur de l’abaissement de la perspective de la cote de crédit d’Israël de « positive » à « stable » était la crainte que les changements prévus dans le système juridique du pays ne menacent l’indépendance du pouvoir judiciaire, qui est cruciale en particulier en Israël. L’agence a maintenu intacte la cote de crédit réelle du pays à A1, citant « la forte croissance économique et l’amélioration de la solidité budgétaire ».

Les cadres supérieurs et les entrepreneurs de la communauté israélienne des affaires et de la technologie sont descendus dans la rue ces derniers mois pour exprimer publiquement leur inquiétude face à la refonte judiciaire et des économistes de haut niveau ont averti à plusieurs reprises que les mesures prévues par le gouvernement neutraliseraient essentiellement le système démocratique israélien de freins et contrepoids et saperaient la règle de droit.

À la suite des manifestations, le processus législatif a été suspendu en mars pour permettre des négociations entre les représentants de la coalition et de l’opposition afin de tenter de formuler un large consensus sur la réforme judiciaire.

Illustration : Pierre Olivier Gourinchas, économiste en chef du Fonds monétaire international (FMI), s’exprime lors d’une interview avec l’AFP au siège du FMI à Washington, DC, le 26 juillet 2022. (Crédit : OLIVIER DOULIERY/AFP)

Le rapport initial du FMI sur le pays a été présenté au ministre des Finances, Bezalel Smotrich, et au gouverneur de la Banque d’Israël, Amir Yaron. Le rapport annuel détaillé du FMI sera publié ultérieurement.

Tout en mettant en garde contre le risque de dégradation de l’économie israélienne que représentent les changements judiciaires proposés, le FMI a félicité Israël pour sa reprise « remarquable » après la pandémie de coronavirus de 2022, qui, selon lui, repose sur des fondamentaux solides propulsés par une industrie de haute technologie « dynamique ».

« Le rapport dette publique/PIB est tombé rapidement aux niveaux pré-COVID, les réserves internationales sont abondantes, la position extérieure est solide et le secteur bancaire dispose de réserves de capital et de liquidités adéquates », a noté le FMI.

En ce qui concerne l’avenir, « les perspectives sont celles d’un ralentissement global de la croissance conforme à son potentiel, l’inflation tombant dans la fourchette cible d’ici à la fin de 2024 », a déclaré le FMI.

Le FMI a réduit les perspectives de croissance d’Israël pour 2023 de 2,9 % à 2,5 %, après une hausse de l’économie de 6,4 % l’année dernière. Ces prévisions sont conformes à celles de la Banque d’Israël, qui prévoit une croissance de 2,5 % en 2023 et de 3,5 % en 2024.

Début avril, l’OCDE avait averti que le rythme de croissance économique du pays devrait se modérer et que « les risques sont orientés à la baisse, en raison d’une forte incertitude mondiale et nationale ». L’organisation prévoit un ralentissement du PIB à 3 % en 2023 et à 3,4 % en 2024.

Des travailleurs du secteur high tech manifestent contre la réforme judiciaire du gouvernement : « Le temps est compté pour la haute technologie israélienne », à Tel-Aviv, le 23 mars 2023. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)

Parmi les risques de baisse de la croissance pour Israël, le FMI a également cité les retombées d’une perspective économique mondiale plus faible, une nouvelle flambée des prix mondiaux de l’énergie, de nouvelles perturbations de la chaîne d’approvisionnement et l’aggravation des tensions géopolitiques.

Le FMI s’attend à ce que l’économie mondiale croisse de 2,8 % cette année et de 3 % en 2024, ce qui représente un ralentissement par rapport à la croissance du PIB de 3,4 % en 2022, en raison des turbulences du système bancaire, de l’inflation élevée et du resserrement de la politique monétaire.

Commentant le rapport du FMI, Yaron a noté que le rapport « indique les conditions économiques de base robustes de l’économie israélienne, parallèlement aux défis auxquels elle est confrontée, ainsi que la gamme de mesures politiques vitales mises en œuvre par la Banque d’Israël pour éradiquer l’inflation et maintenir la stabilité et l’avancement de l’économie israélienne ».

Le rapport du FMI fait l’éloge d’Israël pour sa gestion budgétaire « prudente » et recommande que la politique monétaire reste stricte car l’inflation oscille toujours autour de 5 % et est supérieure à la fourchette cible du gouvernement, qui se situe entre 1 % et 3 %.

« La politique budgétaire doit préserver les marges de manœuvre budgétaires tout en augmentant les dépenses propices à la croissance », a déclaré le FMI. « L’orientation budgétaire semble adéquate pour préserver les réserves, mais un espace budgétaire supplémentaire est nécessaire pour stimuler la croissance potentielle et réduire les inégalités. »

Le FMI a recommandé de nouvelles réformes de l’éducation et des investissements supplémentaires dans les infrastructures afin de réduire les embouteillages et d’améliorer l’accès à l’emploi, ce qui, selon lui, pourrait stimuler la croissance du PIB et réduire les inégalités.

Mise à jour de la notation de Standard & Poor’s

L’étude du FMI sur l’économie israélienne précède la mise à jour de la cote de crédit du pays par Standard & Poor’s, qui devrait être publiée vendredi en fin de journée. À la suite de son dernier examen en novembre, S&P a maintenu la note favorable d’Israël à AA- avec une perspective « stable », citant l’économie riche et résiliente du pays.

En janvier, Maxim Rybnikov, directeur de S&P Global Ratings, a déclaré à Reuters que les risques pesant sur la notation du pays étaient équilibrés, mais que cela pourrait changer car l’agence surveillait de près les mesures prises par le gouvernement pour faire avancer le projet de réforme du système judiciaire.

« Si les changements annoncés dans le système judiciaire créent une tendance à l’affaiblissement des dispositions institutionnelles d’Israël et des freins et contrepoids existants, cela pourrait à l’avenir présenter des risques de baisse pour les notations. Mais nous n’en sommes pas encore là », a déclaré Rybnikov.

Dans le but d’éviter au moins une dégradation de la cote de crédit d’Israël, le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le président Isaac Herzog, qui organise des négociations de compromis sur la réforme, se seraient entretenus ces derniers jours avec de hauts responsables de S&P, pour tenter de rassurer l’agence sur le fait que la législation a été mise en pause pour parvenir à des accords globaux et qu’elle ne sera pas avancée dans son format original, a rapporté Calcalist.

« Il n’y a pas de changement attendu dans les perspectives de notation d’Israël car la législation sur la réforme judiciaire est maintenant gelée depuis un mois et demi et les politiciens, y compris le Premier ministre, ont indiqué qu’ils ne prendraient pas de mesures unilatérales », a déclaré Jonathan Katz, économiste en chef chez Leader Capital Markets, au Times of Israel.

Les économistes de la Banque Hapoalim s’attendent à ce que la mise à jour de la notation souveraine du pays par S&P se concentre sur les risques macroéconomiques et la situation fiscale, et moins sur les préoccupations liées à la réforme du système judiciaire.

Hapoalim prévoit une croissance économique nulle au cours des prochains trimestres, avec la possibilité d’une contraction du PIB israélien. Les économistes ont cité une baisse des exportations de biens au premier trimestre et de l’activité dans le secteur high tech, ainsi qu’un ralentissement de la consommation privée et une baisse des mises en chantier.

Le secteur technologique israélien a longtemps été présenté comme le principal moteur de la croissance économique du pays, représentant 50 % des exportations totales et générant environ 15 % du PIB en 2022.

« Le déclin du secteur de la haute technologie n’est peut-être pas propre à Israël, mais la part élevée du PIB de l’industrie pèse désormais sur la croissance économique », ont écrit les économistes d’Hapoalim dans un rapport récent. « Contrairement à Moody’s, il est raisonnable de penser que S&P notera également les risques économiques et la détérioration de la situation budgétaire (…) elle pourrait accorder moins d’importance au risque de la réforme judiciaire, au vu des négociations en cours. »

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.