Rechercher

Le Consistoire de France réagit aux propos de Jordan Bardella sur la viande casher

Le président du Rassemblement national par intérim a annoncé que si Marine Le Pen est élue, il n'y aura plus de viande halal et casher en France pour respecter "la dignité animale"

Jordan Bardella, président du Rassemblement national par intérim, sur le plateau du Grand jury RTL-LCI-Le Figaro, le 27 mars 2022. (Crédit : capture d’écran RTL.fr / Dailymotion)
Jordan Bardella, président du Rassemblement national par intérim, sur le plateau du Grand jury RTL-LCI-Le Figaro, le 27 mars 2022. (Crédit : capture d’écran RTL.fr / Dailymotion)

Jordan Bardella, président du Rassemblement national par intérim, a annoncé dimanche au Grand jury RTL-LCI-Le Figaro que, si Marine Le Pen était élue le mois prochain, il n’y aura plus de viande halal et casher en France – cela afin de respecter « la dignité animale ».

Il a déclaré que la candidate interdirait l’abattage rituel sans étourdissement au préalable. Ainsi, on ne trouverait plus de viande halal ou casher (qu’elle soit produite en France ou importée) dans les rayons des supermarchés.

Alors qu’on lui a demandé si cela signifiait que les personnes de confession juive ou musulmane ne pourraient plus pratiquer leur religion, le responsable a répondu que « les gens exerceront leur culte dans leur intimité ».

Sa déclaration a depuis été vivement critiquée, notamment sur les réseaux sociaux, et le Consistoire central de France a émis un communiqué de réponse.

L’instance juive a ainsi « condamné avec force » ces déclarations.

« Ces propos détestables marquent un nouveau pallier dans la politique discriminatoire de ce parti dėja coutumier du fait, et ce, d’autant plus qu’aucun pays européen n’interdit l’importation de produits issus d’abattage rituel, contrairement à ce qu’affirme Jordan Bardella », a indiqué le Consistoire.

« La disparition des produits casher et halal en France ne saurait répondre en aucun cas au respect de la ‘dignité animale’, qu’avance faussement M. Bardella. »

« Le Consistoire de France rappelle que le judaïsme est particulièrement attaché au bien-être animal depuis plus de 3 500 ans. Il met en garde contre l’atteinte à la dignité de l’homme que constituerait une telle disposition, contraire à la liberté d’exercice de culte, garantie par la Constitution. Le Consistoire de France s’inquiète que la campagne présidentielle permette l’émergence d’une telle proposition aussi incongrue que dangereuse, dans la mesure où elle forcerait de facto de très nombreux concitoyens, juifs et musulmans, entravés dans la liberté de leurs pratiques religieuses, à quitter leur patrie. »

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...