Le coronavirus affecte la vie religieuse, des rabbins limitent certains rites
Rechercher

Le coronavirus affecte la vie religieuse, des rabbins limitent certains rites

Le grand rabbin dit de ne pas embrasser les mezouzot ; des rabbins européens interdisent à ceux qui ne se sentent pas bien de venir à la synagogue, même pour réciter le Kaddish

Stuart Winer est journaliste au Times of Israël

Illustration : Un juif ultra-orthodoxe embrasse la mezouzah en sortant d'une synagogue à Jérusalem, le 5 août 2008. (Olivier Fitoussi /FLASH90)
Illustration : Un juif ultra-orthodoxe embrasse la mezouzah en sortant d'une synagogue à Jérusalem, le 5 août 2008. (Olivier Fitoussi /FLASH90)

Le grand rabbin ashkénaze d’Israël, David Lau, a déclaré mercredi que les Israéliens devraient éviter de toucher et d’embrasser les mezouzot apposées sur les cadres de porte, alors que les personnalités religieuses ont pris des mesures pour éviter la propagation du nouveau coronavirus par le biais des rites juifs.

A un moment où « nous sommes témoins de la propagation d’une maladie grave, il ne fait aucun doute qu’il ne faut pas du tout embrasser ou toucher la mezouzah », a écrit Lau dans un communiqué. « Il faut simplement y penser en entrant et en sortant ».

Les mezouzot sont de minces boîtiers contenant des textes en hébreu qui sont apposés sur les montants de porte. La coutume juive veut que l’on touche la mezuzah en entrant ou en sortant d’une pièce, et beaucoup de gens embrassent ensuite leurs mains.

Le grand rabbin Lau a souligné qu’il n’y a pas de commandement direct d’embrasser la mezouzah et que dans le passé, la coutume était seulement de toucher la mezouzah plutôt que d’embrasser également ses doigts.

Il n’a émis aucune directive concernant le fait d’embrasser d’autres objets religieux, une pratique courante dans la tradition juive

Il y a eu jusqu’à présent 15 cas confirmés en Israël de COVID-19, la maladie causée par le nouveau coronavirus, et Israël a pris des mesures de grande envergure pour enrayer la propagation du virus. Des milliers d’Israéliens ont reçu l’instruction de se mettre en quarantaine chez eux pendant 14 jours après leur retour de voyages dans des pays touchés par le virus ou potentiellement en contact avec ceux qui ont été diagnostiqués. Mercredi, Israël a élargi cette liste pour y inclure une grande partie de l’Europe occidentale.

Lors d’une conférence de presse annonçant les directives, le ministre de la Santé, Yaakov Litzman, qui est ultra-orthodoxe, a déclaré que les rassemblements de plus de 5 000 personnes devaient être interdits et qu’il était déconseillé de se serrer la main. Il a déclaré que le mur Occidental, qui a accueilli des prières de masse contre le virus, resterait ouvert.

Le rabbin David Lau, grand-rabbin ashkénaze d’Israël, allume des bougies de Hanoukka au Sejm, chambre basse du Parlement polonais, le 5 décembre 2018. (Crédit : Eli Mandelbaum via JTA)

Les instructions du grand rabbin Lau sont survenues alors qu’une grande alliance de rabbins européens conseillait aux fidèles d’éviter tout contact entre eux ou avec des objets religieux, et de prendre des précautions supplémentaires pour maintenir une bonne hygiène.

Parmi les recommandations de la Conférence des rabbins européens figurait celle d’éviter de se rendre à la synagogue pour les personnes se sentant malades, même pour dire le Kaddish, la prière traditionnelle pour les morts qui ne peut être récitée que lorsqu’il y a un quorum d’hommes réunis, généralement à la synagogue.

Les membres de la communauté sont également invités à s’abstenir d’embrasser des objets religieux, tels que les rouleaux de la Torah.

« Il est conseillé de ne pas s’embrasser, de même que les siddourim, tallith, mezouzot et sifrei Torah communautaires », a écrit la CRE dans un communiqué faisant référence aux livres de prières, aux châles de prière, aux mezouzot et aux rouleaux de la Torah.

« Evitez de serrer les mains, si ce n’est pas nécessaire », conseille le communiqué, tout en vous lavant les mains « surtout après avoir touché des surfaces qui ont été en contact avec de nombreuses personnes ».

Un rabbin arrive dans une synagogue de Berlin pour assister à un événement commémorant la Nuit de Cristal, le 9 novembre 2018. (AP Photo/Markus Schreiber, file)

« Mettez des désinfectants pour les mains dans les lieux publics comme les entrées de synagogues, les écoles, les halls, etc. Veillez à ce que du savon soit disponible dans les lieux de lavage des mains ».

Certaines des lignes directrices pourraient avoir un impact plus sérieux sur certains des aspects les plus sensibles de la tradition juive.

Les rabbins européens ont encouragé une pratique religieuse accrue comme moyen de combattre la propagation du virus.

« En ces temps, nous ne pouvons pas sous-estimer l’importance du lavage des mains dans toutes les occasions prescrites par la halakha », dit le communiqué en référence à une méthode de lavage des mains avec de l’eau versée depuis un récipient qui est pratiquée avant d’effectuer certaines activités, parmi lesquelles la consommation de pain.

La Conférence des rabbins européens a également cherché à rassurer les membres de la communauté.

« Ne paniquez pas », est-il écrit. « La probabilité d’attraper le virus par voie aérienne est extrêmement faible et le port de masques est donc beaucoup moins important ».

La conférence a indiqué qu’elle avait consulté un spécialiste des maladies infectieuses en santé publique avant d’établir sa liste.

Après son apparition en Chine en décembre, le coronavirus a infecté plus de 92 000 personnes dans le monde et a fait plus de 3 100 victimes, presque toutes en Chine.

Le virus s’est répandu dans plusieurs pays européens, notamment en Italie et en Espagne.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...