Le deuxième combat d’Israël contre la Covid est un avertissement pour le monde
Rechercher

Le deuxième combat d’Israël contre la Covid est un avertissement pour le monde

Netanyahu avait salué le succès initial, mais la 2e vague, puissante, attire l'attention du monde entier, les experts tentant de comprendre ce qui a mal tourné

Des Israéliens dans un café de Tel Aviv, le 16 juin 2020. (Miriam Alster/Flash90)
Des Israéliens dans un café de Tel Aviv, le 16 juin 2020. (Miriam Alster/Flash90)

Après avoir inspiré des éloges du monde entier, la gestion par Israël de la pandémie de coronavirus est maintenant apparue comme un modèle pour ne pas rouvrir l’économie trop vite alors qu’une deuxième vague d’infections, pire que la première, balaie la nation.

Alors que de nombreux pays s’étaient inspirés de la fermeture précoce des frontières et de l’aplatissement initial de la courbe par Israël, des médias internationaux se sont récemment penchés sur l’État juif, se demandant ce qui avait mal tourné et comment cela pouvait être évité ailleurs.

« Le Premier ministre israélien [Benjamin] Netanyahu se vantait qu »Israël [était] un modèle de réussite pour de nombreux pays’ et que ‘de nombreux dirigeants nous appellent pour savoir comment agir » – et aujourd’hui Israël connaît une telle détérioration [de la situation sanitaire] », écrit le quotidien allemand Süddeutsche Zeitung.

« La Grande-Bretagne se méfie – Israël vit les conséquences de sa tentative de retour à la normale », a averti Mark Stone, le correspondant de Sky News au Moyen-Orient, dans une chronique publiée vendredi.

Il a déclaré que la réouverture de l’économie israélienne donnait des « leçons salutaires » sur ce qui peut mal tourner avec l’assouplissement des restrictions.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, portant un masque de protection, préside la réunion hebdomadaire du cabinet à Jérusalem, le 31 mai 2020. (Photo par RONEN ZVULUN / POOL / AFP)

« Je me souviens clairement de l’euphorie, et je l’ai partagée », a écrit Mark Stone. « Je me souviens aussi des émotions mitigées en descendant une promenade de Tel-Aviv bondée. C’était formidable de voir à nouveau autant de gens dehors. La normalité. Mais qu’est-ce que cela signifierait pour le virus ? Son habitat était revenu ».

« Au fil des jours, la nature humaine s’est installée », poursuit-il. « Les masques étaient généralement autour du menton, pas du visage. Deux mètres se sont rapidement transformés en un, puis en un demi. Et comme le temps devenait plus chaud, les plages devenaient encore plus fréquentées ».

« Attention, le Royaume-Uni a quelques semaines de retard sur Israël », a-t-il averti, alors que la Grande-Bretagne tente elle aussi de revenir lentement à la normale.

L’épidémiologiste américain Eric Feigl-Ding a mis l’accent sur la réouverture rapide des écoles en Israël, dans un avertissement apparent aux autorités américaines pour qu’elles soient prudentes dans leur action sur le système éducatif local.

« Il y a un mois, @NPR a mis en évidence les épidémies scolaires israéliennes », a-t-il tweeté. « C’est l’épidémie d’Israël aujourd’hui. Elle croît plus vite par habitant que celle des États-Unis. »

Atlantico a publié un article la semaine dernière, arguant qu’au niveau international, les écoles ne sont pas des vecteurs d’infection majeurs et que les enseignants sont « en fait moins susceptibles de contracter la COVID-19 », mais ajoute : « Israël fait exception ».

« Peut-être qu’Israël se porte moins bien que les pays européens parce qu’il a commencé avec moins de mesures de distanciation sociale », écrit l’économiste Emily Oster dans l’article, ajoutant : « Une différence entre Israël et des pays tels que la France et la Suède est qu’Israël a ouvert toutes ses écoles en même temps, et d’autres ont commencé avec des enfants plus jeunes. »

Elle ajoute cependant que « même en Israël, le nombre total de cas liés aux écoles depuis leur réouverture s’élève à environ 300 – une très faible proportion des étudiants, des enseignants et du personnel du pays ».

Pour Le Figaro, la deuxième vague en Israël « ressemble au début d’un tsunami ».

« Les chiffres sont alarmants », écrit son correspondant à Jérusalem, Marc Henry. Israël a été un « bon élève » au début de la pandémie, notamment en fermant très tôt ses frontières et en imposant un confinement très strict que la population a généralement respecté. Mais la phase de réouverture progressive de ces dernières semaines a rapidement tourné au désastre ».

Ces dernières semaines ont vu le renversement d’une grande partie des progrès réalisés dans la lutte contre le coronavirus au cours des derniers mois. Les nouveaux cas quotidiens, qui étaient tombés à deux chiffres pendant la majeure partie du mois de mai, sont montés en flèche pour atteindre plus d’un millier par jour, et le nombre de cas actifs a atteint un niveau record de plus de 13 600.

L’augmentation actuelle du nombre d’infections hebdomadaires en Israël est l’une des plus élevées au monde, selon un graphique publié lundi après-midi par le ministère de la Santé.

Des policiers patrouillent dans le quartier ultra-orthodoxe de Mea Shearim à Jérusalem, le 5 juillet 2020. (Yonatan Sindel/Flash90)

Mardi soir, le ministère a publié de nouveaux chiffres montrant que 1 137 infections au coronavirus ont été confirmées au cours des dernières 24 heures, ce qui représente le plus grand nombre de cas sur une seule journée depuis le début de l’épidémie en Israël. Il a également annoncé cinq nouveaux décès, portant le bilan à 342, soit une augmentation de huit depuis lundi soir.

Mardi soir, le nombre total de cas confirmés en Israël depuis le début de l’épidémie s’élevait à 32 222. Le nombre de cas graves est passé de 88 à 86, tandis que le nombre de personnes sous respirateur est tombé à 34, soit deux de moins que lundi.

Quatre-vingt-six autres personnes étaient dans un état modéré, les autres présentant des symptômes légers ou aucun.

Critiquant la manière dont les autorités ont géré l’épidémie actuelle et décrivant une approche chaotique et inefficace pour faire face à la crise, la directrice de la Santé publique du ministère de la Santé a annoncé sa démission mardi dernier.

Dans un message sur sa page Facebook, la professeure Sigal Sadetzki a averti qu' »Israël se dirige vers une situation dangereuse ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...