Rechercher

Le fils d’un rabbin inculpé de viol à son tour accusé par une victime de son père

Une femme qui a porté plainte contre Moshe Yazdi accuse également le fils du rabbin de l’avoir agressée sexuellement chez elle ; l'accusé a été placé en résidence surveillée

Illustration : Personne menottée. (Crédit : YakobchukOlena/iStock, par Getty Images)
Illustration : Personne menottée. (Crédit : YakobchukOlena/iStock, par Getty Images)

Le fils d’un rabbin de Jérusalem inculpé plus tôt ce mois-ci pour le viol de sept de ses fidèles a lui-même été arrêté pour agression sexuelle.

La Cour suprême s’est prononcée, jeudi, en faveur de l’accusation dans cette affaire, autorisant la publication du nom de Lior Yazdi, 38 ans, ainsi que des accusations portées contre lui.

L’une des plaignantes dans le procès contre son père, le rabbin Moshe Yazdi, âgé de 59 ans, a déclaré à la police que Lior Yazdi l’avait violée chez elle, en présence de ses quatre enfants, en 2017.

Le fils Yazdi a été appréhendé la semaine dernière, soupçonné de viol, d’intimidation et d’entrave à la justice. Bien que la Cour suprême ait rejeté sa requête contre la révélation de son identité, elle a statué qu’il pouvait être libéré et placé en résidence surveillée.

L’avocat Ariel Atari, qui représente la plaignante, a déclaré : « C’est un cas difficile dans lequel un fils marche sur les pas de son père en violant brutalement une femme de la communauté. »

L’avocat a ajouté que Lior Yazdi avait falsifié des preuves pour tenter de se soustraire aux poursuites.

David Halevi, qui représente Lior Yazdi, a déclaré que le procès contre son client était plein d’incertitudes, assurant que l’accusation avait tardé à l’inculper en raison de l’absence de preuves.

Le 6 juin, l’aîné Yazdi a été inculpé de viol, sodomie et attentat à la pudeur par tromperie, de viol, de perception frauduleuse d’objets et de blanchiment d’argent. Il est également accusé d’avoir escroqué à ses victimes des centaines de milliers de shekels.

Selon l’acte d’accusation, Moshe Yazdi est, depuis les années 1990, rabbin dans la communauté Amudei Hashalom, dans le quartier de Boukharim à Jérusalem. Il est également à la tête d’un organisme communautaire à but non lucratif.

À l’occasion des leçons quotidiennes données à ses fidèles, dont certaines étaient nouvellement religieuses, Yazdi les invitait à se défaire du carcan de la pensée critique ou de leurs sentiments personnels et à s’en remettre aux valeurs et principes de la Torah.

Il affirmait être l’un des 36 justes dont les mérites, selon certaines traditions juives, assurent la pérennité du monde, appelant ses fidèles à une obéissance absolue, ont expliqué les procureurs.

Il prétendait consulter Dieu et des rabbins décédés lorsqu’il prodiguait ses conseils à ses fidèles, indique l’acte d’accusation.

Yazdi a convaincu les victimes que leurs péchés avaient laissé en elles des « impuretés » qui ne pouvaient être purifiées que par des relations sexuelles avec lui, ont ajouté les procureurs. Il a assuré ses victimes qu’elles avaient une âme spéciale, leur faisant comprendre qu’elles ne devaient dire à personne ce qui s’était passé entre eux.

Les centaines de milliers de shekels qu’il a obtenus de ses fidèles ont été déposés sur plusieurs comptes bancaires au nom d’autres personnes dans le but de dissimuler les transactions, ont affirmé les procureurs.

La police a déclaré que dans certains cas, Yazdi avait agressé des femmes le jour-même de leur mariage.

Certains des crimes auraient été commis il y a plus de dix ans, et le plus récent il y a un an et demi, a indiqué la police.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...