Le frère de Merah sera jugé par un jury de sécurité nationale
Rechercher

Le frère de Merah sera jugé par un jury de sécurité nationale

Le bureau du procureur de Paris cherche à inculper Abdelkader Merah pour complicité de meurtre dans les attentats de 2012 qui ont tué 7 personnes, dont 3 enfants

Quatre semaines avant la tuerie de Toulouse, Mohamed Merah est allé skier. (Crédit : France 3/YouTube via JTA)
Quatre semaines avant la tuerie de Toulouse, Mohamed Merah est allé skier. (Crédit : France 3/YouTube via JTA)

Les procureurs français ont demandé un jury spécial de magistrats pour juger le frère et complice présumé de Mohammed Merah, qui avait tué quatre juifs à Toulouse il y a quatre ans.

Le bureau du procureur de Paris a demandé un jury spécial pour Abdelkader Merah il y a un mois, a annoncé jeudi l’AFP.
.
Le procureur doit encore l’inculper officiellement de complicité de meurtre.

Abdelkader aurait fourni à son frère les armes utilisées pendant les attaques du printemps 2012.

Mohammed Merah a tué le rabbin Jonathan Sandler et deux de ses enfants, Gabriel, 3 ans, et Aryeh, 6 ans ainsi qu’une autre petite fille de 8 ans, Myriam Monsonégo en mars 2012 à l’école Ozar HaTorah de Toulouse.

Quelques jours avant, Merah avait tué trois soldats français dans deux attaques dans la banlieue de Montauban. Il a été tué lors d’un échange de tirs avec la police dans son appartement de Toulouse où il se cachait après la tuerie de l’école, dont il a déclaré dans une vidéo qu’il l’avait perpétrée en partie pour le jihad et pour venger la souffrance des enfants palestiniens.

Plusieurs semaines après les attaques, la police avait arrêté Abdelkader et Fettah Malki, qui auraient aidé Mohammed Merah à planifier et exécuter ses attaques. Ils ont démenti tout acte répréhensible.

Trois juges anti-terroristes ont estimé que Malki devrait comparaître devant le jury spécial.

Malki, qui a aussi été accusé de complicité de meurtres, a admis avoir fourni à Merah une arme semi-automatique Uzi et un gilet pare-balles.

Des sources judiciaires ont déclaré que Malki avait également démenti avoir eu connaissance des projets de Merah.

Les accusations contre un troisième homme, Mohamed Mounir Meskine, ont été abandonnées, après qu’il a été suspecté d’avoir aidé les frères Merah à voler le scooter utilisé pendant les fusillades.

La date de début du procès n’a pas encore été précisée.

La décision de renvoyer le procès à un jury spécial est inhabituelle et prise dans des affaires impliquant la sécurité nationale.

Simon Cohen, l’avocat des familles dont des membres ont été assassinés pendant la fusillade de l’école, a appelé à ce que le procès se tienne à Toulouse ou Montauban. Le lieu du procès sera déterminé après que l’inculpation ait été remplie.

L’AFP a contribué à cet article.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...