Le Hamas aurait bloqué une inspection de l’ONU dans une école
Rechercher

Le Hamas aurait bloqué une inspection de l’ONU dans une école

Un tunnel partait de l'établissement ; l'équipe devait vérifier la sécurité des lieux pour la rentrée scolaire ; l'UNRWA avertit que les élèves ne reviendront pas sans inspection

Photo d'illustration : Une école de l'UNRWA (United Nations Relief and Works) à Gaza City, le 24 septembre 2018. (Crédit :  AP Photo/Khalil Hamra)
Photo d'illustration : Une école de l'UNRWA (United Nations Relief and Works) à Gaza City, le 24 septembre 2018. (Crédit : AP Photo/Khalil Hamra)

Le Hamas a empêché des experts des explosifs, une équipe déléguée par les Nations unies, d’accéder à une école de l’Agence chargée des réfugiés palestiniens dans la bande de Gaza. Un tunnel creusé par le groupe terroriste y avait été découvert pendant le conflit du mois de mai, a fait savoir mardi la station de radio Kan.

L’équipe avait été chargée par l’UNRWA (Office de secours et de travaux des Nations unies pour les réfugiés palestiniens) de s’assurer que l’école préparatoire pour garçons Zaitoun présentait la sécurité nécessaire pour permettre le retour des élèves, alors que la rentrée scolaire se rapproche. Les spécialistes devaient s’assurer qu’aucune munition n’ayant pas explosé se trouvait encore dans le tunnel, résultant des combats entre l’armée israélienne et le Hamas.

Des sources de la bande de Gaza ont expliqué que les experts étaient arrivés sur les lieux mais que quand le Hamas l’avait su, des agents de police avaient été envoyés pour les bloquer et pour leur demander de partir immédiatement.

L’équipe devait aussi se rendre dans une autre école de l’UNRWA à Rafah, dans le sud de l’enclave côtière, où un autre tunnel du Hamas aurait été creusé. Suite aux troubles survenus sur le premier site, l’équipe de l’ONU a préféré annuler la deuxième inspection.

L’UNRWA a fait savoir au Hamas, qui gouverne la bande de Gaza, qu’elle n’autoriserait pas les 4 000 élèves qui fréquentent les écoles à revenir dans les classes avant un contrôle approprié des lieux, a ajouté Kan.

Le Hamas a construit un large réseau de tunnels sous Gaza, qui sont utilisés pour le déplacement de ses combattants ou pour stocker des armes, notamment des roquettes et des lance-roquettes.

Suite au reportage de Kan, l’ambassadeur israélien aux Nations unies, Gilad Erdan, a demandé au directeur-général de l’ONU et au directeur-général de l’UNRWA de procéder à un réexamen minutieux de tous les sites de l’UNRWA dans la bande de Gaza.

« La communauté internationale ne peut pas ignorer les atroces violations faites aux droits de l’Homme & le terrorisme qui sont infligés aux Gazaouis. Le Hamas est une organisation terroriste qui utilise des innocents & des enfants en otage & en tant que boucliers humains », a écrit Erdan sur Twitter, mardi.

Une boule de feu s’élève d’un immeuble dans le quartier résidentiel de Rimal pendant des frappes israéliennes sur l’enclave contrôlée par le Hamas en riposte à des tirs de roquettes, le 20 mai 2021. (Crédit : MAHMUD HAMS / AFP)

Selon l’UNRWA, les attaques israéliennes contre le complexe de Zaitoun, qui se trouve dans le quartier Rimal de Gaza City, avaient eu lieu le 13 et le 15 mai quand les lieux étaient vides. A l’issue des onze jours de conflit, les enquêteurs s’étaient rendus à l’école et ils avaient découvert ce qui semblait être un tunnel passant sous l’établissement et qui avait été mis à jour par un missile.

L’UNRWA avait annoncé la découverte du tunnel au mois de juin, en condamnant les bombardements israéliens et la construction du tunnel par le Hamas.

« Une évaluation détaillée, faite le 31 mai 2021, révèle l’existence de ce qui semble être une cavité et un possible tunnel à l’endroit de la frappe au missile. La profondeur de la cavité est d’environ 7 mètres 50 en-dessous de la surface de l’école. L’UNRWA a découvert l’existence d’un possible tunnel dans le contexte de l’enquête sur les missiles envoyés », avait noté l’agence.

Selon l’UNRWA, le tunnel ne semblait pas partir de l’école ou y terminer, passant en-dessous.

Les responsables de l’UNRWA auraient délibéré sur la révélation publique du conflit qui a eu lieu à l’école, a annoncé Kan. Toutefois, l’agence de l’ONU aurait été réticente à l’idée de se quereller avec le Hamas, ayant installé récemment un nouveau directeur à Gaza après le limogeage du précédent, qui avait déclaré que les frappes aériennes israéliennes pendant le conflit du mois de mai avaient été « précises » – des paroles qui avaient entraîné son renvoi.

Les propos tenus à la télévision israélienne par Matthias Schmale avaient entraîné l’indignation du Hamas, qui avait déclaré que le directeur exonérait Israël de sa responsabilité dans la mort des civils palestiniens. Schmale s’était rapidement excusé. Un porte-parole de l’UNRWA avait ultérieurement confié à la Douzième chaîne que ce dernier avait été rappelé pour des consultations à Jérusalem et qu’il avait pris un congé à durée indéterminée.

Entre le 10 et le 21 mai, le Hamas avait lancé des milliers de roquettes vers les villes et villages israéliens. Israël avait répondu par des frappes aériennes intenses contre des cibles du Hamas avant la conclusion d’un cessez-le-feu.

Les écoles de l’UNRWA, à Gaza, ont été utilisées dans le passé pour stocker et lancer des roquettes vers l’État juif, en particulier pendant la guerre de Gaza, en 2014.

En 2017, l’agence avait également annoncé avoir trouvé un tunnel creusé sous l’une de ses écoles.

Pendant le conflit du mois de mai, l’armée avait déterminé que la cour d’au moins une école – il est difficile de dire si elle appartenait à l’UNRWA – accueillait au moins 14 lance-roquettes souterrains qui, selon Tsahal, avaient été utilisés pendant les affrontements.

Dans la mesure où les écoles de Gaza sont régulièrement utilisées comme refuges pendant les périodes de conflit, la politique officielle mise en œuvre par les militaires israéliens est d’éviter de les frapper à moins que cela ne soit vraiment nécessaire.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...