Rechercher

Le Hamas dévoilera sa nouvelle charte le 1er mai

La nouvelle charte pourrait mentionner les lignes de 1967, et ne plus citer le lien du groupe terroriste avec les Frères musulmans

Khaled Meshaal, pendant un rassemblement du Congrès national africain en l'honneur du Hamas au Cap, en Afrique du Sud, le 21 octobre 2015. (Crédit : Rodger Bosch/AFP)
Khaled Meshaal, pendant un rassemblement du Congrès national africain en l'honneur du Hamas au Cap, en Afrique du Sud, le 21 octobre 2015. (Crédit : Rodger Bosch/AFP)

Le Hamas palestinien, le mouvement terroriste islamiste qui dirige la bande de Gaza, a annoncé mercredi qu’il dévoilera le 1er mai son programme politique remanié au Qatar, où vit son chef Khaled Meshaal.

Meshaal et d’autres hauts cadres du mouvement tiendront une conférence lundi à Doha « pour annoncer officiellement la charte politique du mouvement », indique ainsi un bref communiqué publié sur le site du Hamas.

Le mouvement terroriste n’a donné aucun détail sur la teneur de ce nouveau document qui viendra remplacer le texte fondateur, rédigé en 1987.

Le Hamas est, avec le Jihad islamique, l’autre grande force terroriste palestinienne, le seul mouvement à ne pas avoir rejoint l’Organisation de libération de la Palestine (OLP), l’entité reconnue internationalement comme représentant les Palestiniens du monde entier.

La bannière du site de la Conférence pour la Palestine, soutenue par la Hamas, qui s'est tenue à Istanbul les 25 et 26 février 2017. (Crédit : capture d'écran YouTube)
La bannière du site de la Conférence pour la Palestine, soutenue par la Hamas, qui s’est tenue à Istanbul les 25 et 26 février 2017. (Crédit : capture d’écran YouTube)

Cette adhésion achoppe notamment sur la question de la reconnaissance de l’existence de l’Etat d’Israël. La nouvelle charte pourrait ainsi mentionner les lignes de 1967.

L’autre grande modification, selon les observateurs qui se basent sur des versions préliminaires qui ont parfois fuité dans la bande de Gaza, serait le fait que le lien avec les Frères musulmans, l’influente organisation égyptienne dont a émané le Hamas, ne soit plus mentionné.

Depuis que le président égyptien Mohamed Morsi, membre des Frères musulmans, a été destitué en 2013 par l’actuel président Abdel Fattah al-Sissi, les relations entre le Hamas et Le Caire se sont considérablement refroidies. Cette modification de la charte est déjà interprétée par certains comme un geste de bonne volonté du Hamas.

L’annonce de la charte correspond également à l’issue des élections internes au mouvement. Le Hamas indique qu’il annoncera prochainement les résultats de l’élection de son nouveau chef, Khaled Meshaal ayant effectué les deux mandats maximum que son parti lui autorise.

 Yahya Sinwar, à droite, nouveau chef du Hamas dans la bande de Gaza, et Ismail Haniyeh pendant l'enterrement de Mazen Foqaha, dans la bande de Gaza, le 25 avril 2017. (Crédit : Mahmud Hams/AFP)
Yahya Sinwar, à droite, nouveau chef du Hamas dans la bande de Gaza, et Ismail Haniyeh pendant l’enterrement de Mazen Foqaha, dans la bande de Gaza, le 25 avril 2017. (Crédit : Mahmud Hams/AFP)

C’est l’ancien Premier ministre Ismaïl Haniyeh, un tenant de la ligne des négociations, qui est pressenti, selon les observateurs. Récemment pourtant, le Hamas a porté à sa tête dans la bande de Gaza Yahya Sinwar, considéré comme un radical même dans le groupe terroriste, et dont l’ascension marque la montée en puissance des militaires face aux politiques au sein du Hamas.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...