Rechercher

Le Jihad islamique rejette le récent document du Hamas

Le Jihad islamique estime que la voie suivie par le Hamas “mène à l'impasse et ne peut aboutir qu'à des demi-solutions” à la question palestinienne

Le Guide suprême iranien, l'ayatollah Ali Khamenei rencontre une délégation du Jihad islamique palestinien à Téhéran, le 1er mai 2016. (Crédit : Twitter/Ali Khamenei)
Le Guide suprême iranien, l'ayatollah Ali Khamenei rencontre une délégation du Jihad islamique palestinien à Téhéran, le 1er mai 2016. (Crédit : Twitter/Ali Khamenei)

Le Jihad islamique, un mouvement terroriste islamiste palestinien, a rejeté une déclaration de principes adoptée récemment par le Hamas, un autre groupe terroriste palestinien.

Le Hamas, qui contrôle la bande de Gaza, a annoncé lundi, pour la première fois de son histoire, avoir modifié son programme politique, disant notamment accepter un état palestinien limité aux lignes de 1967.

Selon des experts, ce groupe, en amendant ses textes fondateurs, dénoncés par beaucoup comme « antisémites », tente de revenir dans le jeu des négociations internationales.

« En tant que partenaire des frères du Hamas dans la lutte pour la libération, nous sommes inquiets vis-à-vis du document [adopté par le Hamas] », a dit l’adjoint du chef du Jihad islamique, Ziyad al Nakhala, rejetant sur le site internet du groupe « une solution d’un état palestinien dans les lignes de 1967 ».

Khaled Meshaal, à droite, chef du Hamas en exil, pendant une conférence de presse à Doha, au Qatar, le 1er mai 2017. (Crédit : Karim Jaafar/AFP)
Khaled Meshaal, à droite, chef du Hamas en exil, pendant une conférence de presse à Doha, au Qatar, le 1er mai 2017. (Crédit : Karim Jaafar/AFP)

Dans sa nouvelle déclaration de principes, le Hamas estime qu’ « un état palestinien entièrement souverain et indépendant dans les lignes du 4 juin 1967, avec Jérusalem pour capitale, […] est une formule de consensus national ».

En inscrivant qu’il accepte un état limité à la Cisjordanie, la bande de Gaza et Jérusalem Est, le Hamas endosse les frontières déjà reconnues par l’Organisation de libération de la Palestine (OLP), dont il ne fait pas partie.

Le Jihad islamique, qui ne fait pas non plus partie de l’OLP, estime que la voie suivie par le Hamas « mène à l’impasse et ne peut aboutir qu’à des demi-solutions » à la question palestinienne.

« Nous sommes opposés à l’acceptation par le Hamas d’un Etat dans les lignes de 1967 et nous estimons que cela est une concession qui porte atteinte à nos constantes », a ajouté le dirigeant du Jihad.

Le Jihad islamique est la seconde force dans l’enclave palestinienne, après le Hamas.

Fondé au début des années 1980 dans la foulée de la révolution en Iran, proche allié et source d’inspiration idéologique, le groupe terroriste est entièrement dédié à l’action armée.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...