Rechercher

Le Liban saisit plus de 5 millions de pilules de captagon

Les pilules étaient dissimulées dans des panneaux destinés à la construction, et devaient être envoyées au Soudan via Abidjan

Photo d'illustration : Un comprimé de captagon. (Crédit : capture d'écran YouTube/Allo docteurs)
Photo d'illustration : Un comprimé de captagon. (Crédit : capture d'écran YouTube/Allo docteurs)

Les autorités libanaises ont annoncé mardi avoir saisi plus de cinq millions de comprimés de Captagon, une drogue de la famille des amphétamines, destinées à l’exportation vers le Soudan via la Côte d’Ivoire.

Les forces de sécurité ont saisi « une large quantité de Captagon, qui s’élève à 5,45 millions de comprimés », lors d’une perquisition dans un entrepôt à Ghazié, au Liban sud, a annoncé le ministre de l’Intérieur Bassam Mawlawi dans un communiqué.

Les pilules étaient dissimulées dans des panneaux destinés à la construction, et devaient être envoyées au Soudan via Abidjan, selon le ministère.

Il n’a pas été possible de savoir si le Soudan était la destination finale de la cargaison. En janvier dernier, les forces de sécurité libanaises avaient saisi une cargaison de captagon destinée à l’Arabie saoudite via le Togo.

La Syrie, suivie du Liban, sont considérés comme les principaux producteurs de captagon et l’Arabie saoudite en est le principal consommateur.

Le captagon est à l’origine un médicament dont le principe actif est la fénétylline, une drogue de synthèse de la famille des amphétamines.

Les forces de sécurité libanaises ont intensifié leur lutte contre le trafic du captagon après que l’Arabie saoudite a suspendu en avril 2021 l’importation de fruits et légumes du Liban, à la suite de la découverte de plus de cinq millions de pilules de captagon dissimulées dans des fruits.

De fausses oranges remplies de pilules illégales de Captagon au port de Beyrouth au Liban, le 29 décembre 2021. (Crédit : Anwar Amro/AFP)

Beyrouth est régulièrement critiqué par les pays du Golfe pour ne pas coopérer suffisamment dans la lutte contre le trafic de drogue.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...