Les ministres approuvent la réouverture de certaines classes dès jeudi
Rechercher

Les ministres approuvent la réouverture de certaines classes dès jeudi

Les écoles maternelles et les classes du CP au CM1 et de Première et Terminale des villes dites "vertes" et "jaunes" pourront rouvrir ; les commerçants menacent de se rebeller

Des étudiants israéliens à Ashdod, le 29 novembre 2020. (Crédit : Flash90)
Des étudiants israéliens à Ashdod, le 29 novembre 2020. (Crédit : Flash90)

Le cabinet Corona a approuvé mardi soir un plan visant à rouvrir certains établissements scolaires. Les écoles maternelles et les écoles dans les secteurs où les taux d’infections sont faibles à moyen pourraient rouvrir jeudi, a confirmé le bureau du Premier ministre.

Dans le cadre de la proposition du ministère de la Santé, les écoles maternelles et les classes du CP au CM1 et de Première et Terminale des villes dites « vertes » et « jaunes » – selon le code couleur du gouvernement pour définir les taux de morbidité – pourront rouvrir.

Certaines villes, où les taux d’infection sont moyens à élevés, et classées « oranges » pourront également ouvrir ces mêmes classes, en fonction de certaines statistiques et si au moins 70 % des résidents de plus de 50 ans sont vaccinés. La plupart des villes « oranges » ne répondent pas à ce critère. Les villes de Kiryat Motzkin, Tirat Carmel, Kfar Yona, Karmiel, Mevaseret Zion, Ness Ziona, Savyon, Ramat Gan, Ramat Yishai et Raanana ne sont pas concernées.

Les écoles sont fermées depuis plus d’un mois.

Le ministre de l’Education Yoav Gallant (Likud) a estimé que les écoles ne seront pas un foyer épidémique et que les enfants contractaient le virus plutôt à la maison. De plus, il a affirmé que les villes où le taux d’infection est faible devraient être autorisées à rouvrir leurs écoles immédiatement. Il a accusé le ministre de la Santé de traîner des pieds.

Lors de la réunion du cabinet de dimanche le Premier ministre Benjamin Netanyahu et des responsables du ministre de la Santé ont émis des avertissements contre les conséquences potentiellement dramatiques de la réouverture des écoles, étant donné que la morbidité reste élevée et que les enfants sont plus susceptibles de contracter les souches variantes, qui contaminent plus et plus vite.

Parallèlement, les partis ultra-orthodoxes ont fait pression sur Netanyahu pour la reprise des écoles dans les quartiers « rouges » avec un plan spécial permettant des cours en extérieur et des effectifs réduits, selon le site Walla.

Aryeh Deri (au centre), ministre de l’Intérieur du parti Shas, accompagné de Yaakov Litzman (à gauche), vice-ministre de la Santé du parti Yahadut HaTorah, et le député Moshe Gafni lors d’une réunion commune à la Knesset, à Jérusalem, le 19 juin 2017. (Yonatan Sindel/Flash90)

Le chef du parti Shas Aryeh Deri, et ses homologues de Yahadout HaTorah Moshe Gafni et Yaakov Litzman, seraient furieux face au plan de réouverture uniquement dans les zones à faible taux d’infection, parce que la plupart des quartiers ultra-orthodoxes sont classés « rouges ». De nombreux établissements ‘haredi ont continué à tourner illégalement et la police a été accusée de laxisme face à ces violations.

Le rabbin Chaim Kanievsky, a averti que les écoles ultra-orthodoxes rouvriraient à moins que le gouvernement convenait d’un plan de réouverture des écoles dans les secteurs au taux d’infection élevé, a rapporté la Douzième chaîne.

Kanievsky a accusé le gouvernement mardi d’avoir abandonné l’éducation des enfants durant la pandémie, ont déclaré ses proches aux médias israéliens.

Largement considéré comme le guide spirituel de la communauté ‘haredi, Kanievski a déclaré que ‘ »l’éducation des enfants d’Israël est tout en bas de la liste des préoccupations du gouvernement. Tout passe avant l’éducation, qui est pourtant le cœur de la nation ».

Il a ajouté que « des millions d’enfants israéliens sont à la maison depuis un ans et sont en danger spirituel et mental, et qu’il faut trouver une solution immédiate pour les faire revenir à l’école aussi vite que possible tout en maintenant les normes sanitaires ».

Le rabbin Chaim Kanievsky participe à un événement de campagne pour le parti ultra-orthodoxe Degel HaTorah dans la ville de Safed, au nord du pays, le 26 février 2020. (David Cohen/Flash90)

Kanievsky a essuyé de vives critiques pour sa gestion de la pandémie et les directives qu’il a données à ses fidèles. Il a ordonné que les écoles restent ouvertes malgré les décisions du gouvernement, à maintes reprises, ce qui a conduit à l’ouverture illégale de centaines d’institutions durant la pandémie.

Pour de nombreux ultra-orthodoxes, les instructions de Kanievsky passent au-dessus des ordres du gouvernement.

De son côté, le vice-ministre de la Santé Yoav Kisch a déclaré mardi que le ministère recommanderait la réouverture des commerces israéliens dans deux semaines seulement.

Kisch a déclaré à la Douzième chaîne que les chiffres actuels de morbidité ne permettent pas une réouverture totale.

Les centres commerciaux et les restaurants menacent depuis des jours de rouvrir jeudi, au mépris des décisions du gouvernement. Le Forum israélien du Commerce, une instance qui représente les commerçants, a déclaré à l’adresse de Kisch que la confiance dans les promesses du gouvernement avaient été érodées.

« Il y a 60 jours, vous nous avez promis que vous fermeriez l’activité commerciale pour deux semaines, et nous sommes toujours fermés. Nous sommes las de vos promesses. Nous ouvrirons jeudi », a-t-il menacé.

Un coiffeuse portant un masque dans un salon de coiffure à Tel-Aviv, le 7 février 2021. (Crédit ; Miriam Alster/Flash90)

Le Forum israélien du Commerce a annoncé qu’il a l’intention d’autoriser les Israéliens vaccinés, ceux qui ont guéri du coronavirus et ceux qui présentent un test négatif datant de 72 heures. Il prévoit également de permettre aux enfants, qui ne sont pour le moment pas éligibles à la vaccination, à entrer dans les magasins et les restaurants.

Le Forum avait été créé pour constituer une coalition nationale représentant les commerces, les centres commerciaux, les marchés, les restaurants et les organisations qui s’opposent aux politiques du gouvernement pendant la période de confinement.

Le troisième confinement national en Israël a été assoupli dimanche à 7 heures, après plus d’un mois et malgré des milliers de nouveaux cas quotidiens.

Les restrictions sur les déplacements à l’intérieur du pays et sur les entreprises qui ne reçoivent pas de public ont été levées. En outre, les entreprises ayant des interactions individuelles, comme les coiffeurs et les salons de beauté, ont été autorisées à ouvrir, entre autres. Mais de nombreux commerces et boutiques sont restés fermés, tout comme les écoles et les écoles maternelles.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...