Rechercher
FULL STREAM

Le PDG de Netflix dit aux étudiants israéliens qu’il cherche des « histoires locales »

Ted Sarandos, PDG du géant du streaming, visite l'école de cinéma et de télévision Sam Spiegel de Jérusalem, où se trouve le nouveau Series Lab de Netflix

Jessica Steinberg est responsable notre rubrique « Culture & Art de vivre »

Ted Sarandos, PDG de Netflix (à gauche), en compagnie de l'actrice Shira Haas lors d'une conversation à l'école de cinéma et de télévision Sam Spiegel de Jérusalem (Crédit : Autorisation de Sam Spiegel).
Ted Sarandos, PDG de Netflix (à gauche), en compagnie de l'actrice Shira Haas lors d'une conversation à l'école de cinéma et de télévision Sam Spiegel de Jérusalem (Crédit : Autorisation de Sam Spiegel).

Ted Sarandos, PDG de Netflix, a déclaré aux étudiants en cinématographie qu’il recherchait « des histoires locales et authentiques », lors d’une conversation avec l’actrice Shira Haas à l’école de cinéma et de télévision Sam Spiegel de Jérusalem.

Le PDG du géant du streaming était en visite à l’école de cinéma de Jérusalem, suite au premier investissement de Netflix dans les jeunes créateurs israéliens dans le cadre du Series Lab, le nouvel incubateur de séries.

Au cours de sa conversation avec Haas, la star a succès de la série « Unorthodox » sur Netflix, Sarandos a parlé de la fierté du géant du streaming pour son affiliation avec Sam Spiegel.

« Tout ce dont vous avez besoin c’est d’une communauté, et si nous avons appris quelque chose ce soir, c’est que le monde a besoin de vous », a déclaré Sarandos. « Vos projets vont changer le monde. Cela peut prendre un an, cela peut prendre 10 ans. Mais c’est ce qui va se passer. C’est pourquoi nous sommes si fiers de cette affiliation, la première du genre. »

Sarandos a parlé d’un plus grand intérêt mondial pour les nouveautés, la langue présentant moins d’obstacles qu’autrefois.

« En fin de compte, les grandes histoires peuvent venir de n’importe où et il existe des thèmes universellement pertinents de la condition humaine », a-t-il déclaré.

Sarandos et Haas ont évoqué le désir des créateurs israéliens de travailler avec Netflix pour raconter leurs histoires sur la scène mondiale. Sarandos a noté que les grandes histoires peuvent venir de partout, et « être aimées partout ».

« La langue n’est pas une barrière pour nous », a-t-il déclaré. « Certains de nos plus grands succès ne sont pas en anglais, notamment ‘Squid Game’, ‘La Casa’ et ‘Lupin’. »

Dana Blankstein Cohen, directrice exécutive de Sam Spiegel, a déclaré que c’était un honneur d’accueillir Sarandos.

« Netflix réalise que de grands talents viennent d’ici et Sarandos a exprimé un grand intérêt pour ce que nous faisons à l’école », a déclaré Mme Blankstein Cohen.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...