Le président égyptien et le chef de la CIA discutent des tensions régionales
Rechercher

Le président égyptien et le chef de la CIA discutent des tensions régionales

Au menu : "les tensions au Moyen-Orient et en Afghanistan, le barrage de la Renaissance et la crise en Libye"

Cette combinaison d'images créée le 15 août 2021 montre le directeur de la CIA, William Burns, témoignant lors d'une audition du House Intelligence Committee sur les menaces mondiales, à Capitol Hill à Washington, DC, le 15 avril 2021 et le président égyptien Abdel Fattah al -Sissi (à droite) assistant à une conférence de presse avec son homologue russe au palais présidentiel de la capitale Le Caire le 11 décembre 2017.  (Photos par Al Drago et KHALED DESOUKI / sources diverses / AFP)
Cette combinaison d'images créée le 15 août 2021 montre le directeur de la CIA, William Burns, témoignant lors d'une audition du House Intelligence Committee sur les menaces mondiales, à Capitol Hill à Washington, DC, le 15 avril 2021 et le président égyptien Abdel Fattah al -Sissi (à droite) assistant à une conférence de presse avec son homologue russe au palais présidentiel de la capitale Le Caire le 11 décembre 2017. (Photos par Al Drago et KHALED DESOUKI / sources diverses / AFP)

Le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi s’est entretenu dimanche au Caire avec le chef du renseignement américain William Burns pour évoquer certains dossiers régionaux, dont la situation dans les Territoires palestiniens et en Afghanistan.

Au programme de la rencontre « un certain nombre de dossiers régionaux où (les deux pays ont) un intérêt commun, notamment les tensions au Moyen-Orient et en Afghanistan, le barrage de la Renaissance (construit sur le Nil par l’Ethiopie, NDLR) et la crise en Libye », selon un communiqué de la présidence égyptienne qui ne fournit pas plus de détails.

L’Egypte, deuxième pays après Israël à recevoir le plus d’aides de son allié américain, a négocié un fragile cessez-le-feu en mai pour mettre fin à une guerre de 11 jours entre l’Etat hébreu et des groupes terroristes palestiniens à Gaza, dont le Hamas au pouvoir dans l’enclave.

William Burns, qui a écrit un livre sur les relations égypto-américaines, s’est rendu la semaine dernière en Israël et en Cisjordanie.

Le Caire est également soutenu par Washington dans ses revendications concernant le mégabarrage construit par l’Ethiopie sur le Nil, qui menace selon l’Egypte son approvisionnement en eau.

En Afghanistan, le président Ashraf Ghani a quitté dimanche le pays où les talibans sont sur le point de prendre le pouvoir après la décision des Etats-Unis de se retirer du sol afghan après 20 ans d’intervention.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...