Israël en guerre - Jour 258

Rechercher

Le principal désaccord avec Netanyahu concerne l’après-guerre, affirme Biden

Le président américain a déclaré que l'Arabie saoudite pourrait jouer un rôle dans la stabilisation de Gaza

Jacob Magid est le correspondant du Times of Israël aux États-Unis, basé à New York.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, au premier plan, assistant à une cérémonie de dépôt de gerbes à l'occasion de la Journée de commémoration de la Shoah dans la salle du souvenir de Yad Vashem, le Centre mondial de commémoration de la Shoah, à Jérusalem, en Israël, le 6 mai 2024. (Crédit : Amir Cohen/AP)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu, au premier plan, assistant à une cérémonie de dépôt de gerbes à l'occasion de la Journée de commémoration de la Shoah dans la salle du souvenir de Yad Vashem, le Centre mondial de commémoration de la Shoah, à Jérusalem, en Israël, le 6 mai 2024. (Crédit : Amir Cohen/AP)

Interrogé par le magazine Timefin mai, une interview publiée mardi suggère qu’il accepte l’allégation de certains selon laquelle Benjamin Netanyahu prolonge la guerre pour assurer sa survie politique, Biden a répondu : « Je ne ferai pas de commentaire à ce sujet. »

« Toutes les raisons sont là pour que les gens tirent cette conclusion », a toutefois ajouté Biden.

Ces critiques à l’égard de Netanyahu ne datent pas d’hier, mais elles se sont intensifiées ces derniers jours. Les partenaires de la coalition d’extrême droite ont encore menacé de faire tomber son gouvernement si le Premier ministre décidait de maintenir sa proposition d’accord sur les otages, qu’il a autorisée la semaine dernière et qui pourrait mettre fin à la guerre dans la bande de Gaza.

Pendant des mois, Netanyahu s’est abstenu d’organiser des réunions stratégiques sur la gestion de la bande de Gaza après la guerre, afin d’éviter tout conflit avec le ministre de la Sécurité nationale, Itamar Ben Gvir, et le ministre des Finances, Bezalel Smotrich. Ces derniers ont appelé à réoccuper la bande de Gaza de manière permanente et à y réinstaller des implantations israéliennes. Selon l’establishment sécuritaire israélien, ce serait l’absence d’alternative viable au Hamas qui a permis au groupe terroriste de combler rapidement les vides laissés par Tsahal sur les champs de bataille, prolongeant ainsi la guerre.

Netanyahu a soutenu que l’importance accordée à la planification de l’après-guerre avant la défaite du Hamas était excessive, car tant que le groupe terroriste sera au pouvoir, personne ne sera disposé à le remplacer.

Les leaders d’extrême droite Itamar Ben Gvir (à droite) et Bezalel Smotrich (à gauche) lors de la « conférence de la victoire », au Centre international des congrès, à Jérusalem, le 28 janvier 2024. (Crédit : Chaïm Goldberg/Flash90)

Cette approche a suscité une grande frustration à Washington, qui fait pression sur Israël depuis le début de la campagne pour qu’il planifie l’après-guerre dans la bande de Gaza.

Biden a également mentionné la refonte largement controversée du système judiciaire « inutile » que Netanyahu a tenté de faire avancer avant le 7 octobre. Il a fait remarquer que cette réforme avait été rejetée par les agences de sécurité israéliennes, qui avaient averti le Premier ministre qu’elle provoquait des divisions sociétales que les ennemis d’Israël chercheraient à exploiter.

Si Biden a semblé mettre en doute les motivations de Netanyahu, il a également insisté sur le fait que le Premier ministre était « prêt à faire à peu près tout pour récupérer les otages ».

Cette affirmation ne figurait pas dans le compte-rendu de l’interview, mais dans la transcription intégrale que le Time a publiée indépendamment.

Einav Zangauker tenant une pancarte de son fils Matan, 24 ans, l’un des otages capturés par le Hamas dans la bande de Gaza le 7 octobre, lors d’une manifestation, à Tel Aviv, le 3 juin 2024. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)

La transcription indique que Biden a également déclaré que Netanyahu subissait une « pression énorme » pour obtenir un accord sur les otages : « Les Israéliens veulent désespérément un cessez-le-feu afin de récupérer les otages. »

Il a ajouté que les États-Unis pensaient que certains des otages américains étaient encore en vie, « mais nous n’avons pas de preuves formelles sur qui est en vie et qui ne l’est pas ».

Le président a également réitéré sa conviction que le Hamas est responsable de l’absence d’accord à ce jour, déclarant que le groupe terroriste palestinien « pourrait y mettre fin dès demain ».

Biden a révélé que « la dernière offre d’Israël était très généreuse en termes de prisonniers palestiniens incarcérés pour atteinte à la sécurité en Israël qu’ils seraient prêts à relâcher, ce qu’ils donneraient en échange, etc. »

Le président américain Joe Biden annonçant une proposition de cessez-le-feu entre Israël et le Hamas à Gaza dans la salle à manger de la Maison Blanche, à Washington, le 31 mai 2024. (Crédit : Chip Somodevilla/Getty Images/AFP)

L’interview a été réalisée le 28 mai, soit le lendemain du jour où Israël a soumis sa dernière proposition de libération d’otages aux médiateurs américains, qataris et égyptiens.

Trois jours après l’interview, Biden a prononcé un discours aux enjeux considérables, révélant les détails de cette proposition et appelant le Hamas à l’accepter.

Le président a indiqué que le discours était déjà en préparation lorsqu’il s’est entretenu avec le Time.

Affirmant qu’Israël avait apparemment franchi la ligne rouge fixée par Biden concernant une opération militaire majeure à Rafah lors de la frappe du 26 mai qui a entraîné la mort de dizaines de civils, le Time a demandé au président quelles conséquences il imposerait à Israël.

Des manifestants tenant une grande banderole sur laquelle on peut lire « Thank you, Biden, » lors d’une marche en faveur d’un accord sur les otages, à Jérusalem, le 1er juin 2024. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

« Je ne vais pas en parler maintenant parce que vous allez le rapporter avant que je ne le fasse – je suis en train de parler avec les Israéliens en ce moment même », a répondu Biden de manière énigmatique.

Pressé à nouveau de savoir si Netanyahu avait franchi sa ligne rouge, le président a répondu : « Je ne vais pas répondre à cette question parce que je suis sur le point de faire une […] de toute façon. »

Son vrai problème avec Bibi

Le Time a rappelé que l’ancien président américain Donald Trump avait affirmé que Netanyahu devait être critiqué pour n’avoir pas réussi à déjouer l’attentat du 7 octobre et a demandé à Biden si le Premier ministre en était responsable.

« Je ne sais pas comment une personne peut avoir une telle responsabilité. Il était le dirigeant du pays, et il est arrivé ce qui est arrivé. Mais il est loin d’être le seul à ne pas avoir vu venir les choses », a répondu Biden.

« Je ne sais pas comment une seule personne peut avoir cette responsabilité. Il était le dirigeant du pays, et c’est donc ce qui s’est passé. Mais il n’est pas le seul à ne pas l’avoir fait. »

« Mon principal désaccord avec Netanyahu porte sur ce qui se passera après la fin de la guerre à Gaza. Que se passera-t-il ? Les soldats israéliens y retourneront-ils ? J’ai parlé aux Égyptiens, aux Saoudiens, aux Jordaniens et aux Émiratis. La réponse est que si c’est le cas, cela ne peut pas fonctionner », a-t-il déclaré, indiquant que les États arabes ne seront pas disposés à aider à la stabilisation de Gaza après la guerre si Israël reste dans la bande de Gaza. »

« Il existe une voie tout indiquée pour une transition dans laquelle les États arabes assureraient la sécurité et la reconstruction à Gaza en échange d’un engagement à plus long terme en faveur d’une solution à deux États », a rappelé Biden, en évoquant la proposition refusée par Netanyahu.

Le prince héritier et Premier ministre saoudien Mohammed ben Salmane rencontrant le secrétaire d’État américain Antony Blinken, hors cadre, à Jeddah, en Arabie saoudite, le 20 mars 2024. (Crédit : Evelyn Hockstein/Pool Photo via AP)

« Il faut une solution à deux États, ou tout du moins une transition vers une solution à deux États. C’est là mon principal désaccord avec Bibi Netanyahu », a déclaré Biden.

Biden a par ailleurs déclaré que l’Arabie saoudite pourrait jouer un rôle dans la stabilisation de Gaza dans l’après-guerre.

À la question de savoir si les Saoudiens partagent les mêmes valeurs que les États-Unis, Biden répond qu’il existe une différence entre les alliances « fondées sur les valeurs » et les alliances « fondées sur la pratique », et que le partenariat de Washington avec Ryad relève de cette dernière catégorie. « C’est avant tout dans notre intérêt ».

Des activités inappropriées, mais pas des crimes de guerre

Interrogé sur la question de savoir si Israël commet des crimes de guerre à Gaza, Biden a répondu que c’était « incertain », mais qu’Israël enquêtait lui-même sur de telles accusations, soulignant un argument utilisé par son administration contre l’implication de la Cour pénale internationale (CPI), qui est censée être un tribunal de dernier recours pour les États qui ne se soumettent pas eux-mêmes à des enquêtes.

« La CPI est quelque chose que nous ne reconnaissons pas », a déclaré Biden.

Interrogé sur les affirmations des détracteurs de l’État juif selon lesquelles Israël affame intentionnellement les habitants de Gaza, Biden a répondu : « Non, je ne le pense pas. »

« Je pense qu’ils se sont engagés dans des activités inappropriées », a déclaré le président. « Une chose est sûre : les habitants de Gaza, les Palestiniens, ont beaucoup souffert du manque de nourriture, d’eau, de médicaments, etc. Et beaucoup d’innocents ont été tués. »

Karim Khan, le procureur en chef de la Cour pénale internationale (au centre), annonçant qu’il demande aux juges de la CPI d’émettre des mandats d’arrêt contre le Premier ministre Benjamin Netanyahu et le ministre de la Défense Yoav Gallant, ainsi que les chef du Hamas Yahya Sinwar, Mohammed Deif et Ismaïl Haniyeh, le 20 mai 2024. (Crédit : CPI)

« Et beaucoup d’innocents ont été tués. Mais une grande partie de ces souffrances n’est pas seulement liée aux Israéliens, mais aussi à ce que le Hamas fait en Israël à l’heure où nous parlons », a précisé Biden.

Alors que ses collaborateurs étendent régulièrement cet argument à l’utilisation de boucliers humains par le Hamas à Gaza, Joe Biden a plutôt mis l’accent sur « l’intimidation » de la population israélienne par le groupe terroriste.

Il a rappelé qu’il s’était rendu en Israël après l’assaut barbare et sadique du Hamas sur le sud d’Israël le 7 octobre. « Ce qu’ils ont fait dépasse tout ce que j’ai pu voir. Et j’en ai vu beaucoup. Attacher des mères et des filles avec une corde, verser du kérosène dessus et les brûler à mort. Ce genre de choses, c’est une tentative d’intimidation. Et c’est ignoble », a déclaré Biden.

Il a rappelé qu’au cours de sa visite, il avait exhorté les dirigeants israéliens à ne pas commettre les mêmes erreurs que les États-Unis en Afghanistan et en Irak, qui ont conduit à des « guerres sans fin ».

« Ils sont en train de commettre cette erreur », a déploré Biden.

Toujours dans l’interview accordée au Time, Biden affirme qu’un accord de normalisation entre Israël et l’Arabie saoudite serait « extrêmement favorable à nos intérêts ».

Concernant les efforts déployés pour obtenir la libération des otages restants, parmi lesquels se trouvent des Américains, Biden a déclaré : « Nous pensons que certains d’entre eux sont encore en vie. »

« J’ai rencontré toutes les familles. Mais nous n’avons pas de preuves définitives quant à l’identité de ceux qui le sont encore. »

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.