Israël en guerre - Jour 199

Rechercher

Le prix Israël pour héroïsme décerné à deux civils qui ont porté secours à Beeri

Le ministre de l'Éducation a annoncé que Menachem Kalmanson et Itiel Zohar seront honorés pour leur bravoure lors des combats qui a permis de sauver des dizaines de kibboutznikim

Des maisons détruites lors de l'assaut du Hamas le 7 octobre, au kibboutz Beeri, le 20 décembre 2023. (Crédit : Ohad Zwigenberg/AP)
Des maisons détruites lors de l'assaut du Hamas le 7 octobre, au kibboutz Beeri, le 20 décembre 2023. (Crédit : Ohad Zwigenberg/AP)

Le prix Israël pour l’héroïsme civil sera décerné à Menachem Kalmanson et Itiel Zohar pour leur bravoure lors des combats au kibboutz Beeri, a annoncé mardi le ministre de l’Éducation Yoav Kisch (Likud).

Le 7 octobre, Menachem Kalmanson et son frère Elhanan Kalmanson ont quitté leur domicile de l’implantation d’Otniel, en Cisjordanie, pour se rendre au kibboutz Beeri, en compagnie de leur neveu, Itiel Zohar.

« Bien qu’on leur ait dit qu’on n’avait pas besoin d’eux, ils se sont rendus au kibboutz Beeri et sont entrés à de multiples reprises dans la localité assiégée pendant plusieurs heures, sauvant ainsi des dizaines de résidents du kibboutz », a déclaré Kisch dans un communiqué.

Dans la dernière maison où ils sont entrés, aux premières heures du 8 octobre, un terroriste a tiré sur Elhanan, le tuant sur le coup. Les trois hommes sont désormais connus sous le nom de « Team Elhanan ».

Cette année, le prix Israël est au cœur d’une controverse.

À la mi-février, le gouvernement a annoncé que les catégories du prix Israël, la plus haute distinction civile du pays, seraient annulées pour 2024 et que deux nouvelles catégories liées à la guerre en cours contre le groupe terroriste palestinien du Hamas à Gaza seraient spécialement créées pour marquer le conflit : « La responsabilité sociétale » pour les efforts civils et les initiatives de bénévolat, et « L’héroïsme citoyen » pour les actes de bravoure civils pour venir en aide à autrui en situation de crise.

Le prix sera décerné à six personnes dont les actions ont « inspiré l’unité et la bonté, fait preuve d’une bravoure extraordinaire, suscité un immense espoir en Israël et contribué à la reprise après les terribles bouleversements que nous avons connus le 7 octobre », indiquait le communiqué à l’époque.

Cependant, un article publié par le quotidien Maariv à la fin du mois de février affirmait que Kisch avait agi de la sorte pour éviter de décerner le prix de l’entrepreneuriat au principal candidat, l’entrepreneur technologique Eyal Waldman, un fervent critique du programme du gouvernement en matière de refonte du système judiciaire.

Danielle Waldman, à gauche, et son partenaire Noam Shaï, sur une photo non datée de la page Facebook de son père Eyal Waldman. (Crédit : Facebook ; utilisée conformément à l’article 27a de la loi sur le droit d’auteur)

Waldman lui-même, dont la fille Danielle a été assassinée par des terroristes du Hamas lors du massacre au Festival Supernova le 7 octobre, a affirmé lors d’une audition de la commission des Sciences et des Technologies de la Knesset au début du mois que Kisch et des proches collaborateurs du Premier ministre Benjamin Netanyahu avaient fait pression sur le comité de sélection du Prix Israël pour qu’il revienne sur sa décision de lui décerner cette distinction.

Jeudi dernier, la Haute Cour de justice a donné à Kisch et au gouvernement une semaine pour répondre aux recours demandant l’annulation de la décision de réduire de manière drastique le prix Israël pour 2024.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.