Le roi saoudien appelle à la « fermeté » face à l’Iran
Rechercher

Le roi saoudien appelle à la « fermeté » face à l’Iran

Ryad qui se dispute le leadership de la région avec Téhéran, semble craindre que le président américain élu revienne à l'accord conclu en 2015 alors qu'il était vice-président

Le monarque saoudien Salmane lors du sommet réunissant la Ligue arabe et l'Union européenne, à Charm el-cheikh, le 24 février 2019. (Crédit : AP Photo/Francisco Seco)
Le monarque saoudien Salmane lors du sommet réunissant la Ligue arabe et l'Union européenne, à Charm el-cheikh, le 24 février 2019. (Crédit : AP Photo/Francisco Seco)

Le roi Salmane d’Arabie saoudite a exhorté jeudi les puissances mondiales à être « fermes » à l’égard de l’Iran et à « l’empêcher de se doter d’armes de destruction massive », sur fond de craintes d’une relance de l’accord nucléaire sous la présidence de Joe Biden.

Sous l’administration de Donald Trump, qui accuse l’Iran malgré ses démentis de chercher à se doter de l’arme nucléaire, les Etats-Unis se sont retirés unilatéralement en 2018 de cet accord international visant à limiter drastiquement les activités sensibles de l’Iran et ont rétabli des sanctions économiques paralysantes contre ce pays.

L’Arabie saoudite, qui se dispute le leadership de la région avec l’Iran, semble craindre que le président américain élu Joe Biden revienne à l’accord conclu en 2015 alors qu’il était vice-président de Barack Obama.

« Le royaume appelle la communauté internationale à adopter une position ferme à l’égard du régime iranien », a déclaré le roi Salmane dans son discours annuel devant le Majlis al-Choura, une assemblée consultative.

« Cette position ferme doit garantir que l’Iran sera empêché d’obtenir des armes de destruction massive, de développer son programme de missiles balistiques et de menacer la paix et la sécurité », a-t-il ajouté.

La rivalité entre l’Arabie saoudite et l’Iran remonte à 1979, année du triomphe de la révolution islamique iranienne. L’Arabie saoudite sunnite a vu dans le prosélytisme de l’Iran chiite des années 1980 une tentative d’exporter son modèle « révolutionnaire ».

Les deux pays se sont livré depuis plusieurs guerres par procuration, que ce soit au Liban, au Yémen, en Irak ou en Syrie.

Le roi Salmane a par ailleurs réaffirmé le soutien de son pays à la solution de deux Etats dans le règlement du conflit israélo-palestinien.

Il n’a pas mentionné les accords de normalisation conclus par deux de ses alliés arabes du Golfe, les Emirats arabes unis et Bahreïn, avec Israël.

L’Arabie saoudite a montré des signes de rapprochement avec Israël mais affirme exclure de nouer des relations avec ce pays avant la conclusion d’un accord de paix israélo-palestinien

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...