Israël en guerre - Jour 283

Rechercher

Le système d’alerte des renseignements militaires a été négligé avant le 7 octobre – média

D'anciens responsables de l'unité 8 200 ont indiqué à la Douzième chaîne que le commandant "ne s’était pas inquiété" du modèle de signal, pourtant crucial

Des terroristes palestiniens se dirigeant vers la frontière avec Israël depuis Khan Younès, dans le sud de la bande de Gaza, le 7 octobre 2023. (Crédit : Saïd Khatib/AFP)
Des terroristes palestiniens se dirigeant vers la frontière avec Israël depuis Khan Younès, dans le sud de la bande de Gaza, le 7 octobre 2023. (Crédit : Saïd Khatib/AFP)

Un reportage télévisé accablant diffusé samedi, neuf mois après le pogrom perpétré par le groupe terroriste palestinien du Hamas le 7 octobre dans le sud d’Israël, a révélé de nouveaux détails sur les échecs du renseignement militaire israélien, notamment la négligence de l’entretien d’un système de signalisation qui aurait pu empêcher l’attaque dévastatrice.

Selon le reportage de la Douzième chaîne, le système d’alerte a été développé par l’unité d’élite 8 200 du Corps de Collecte de Renseignements à la suite de la campagne de 2014 de l’armée israélienne à Gaza, baptisée Opération « Bordure protectrice », le pire conflit dans l’enclave jusqu’à la guerre actuelle.

« Nous avons mis en place une équipe conjointe [l’agence de sécurité intérieure] du Shin Bet, de l’unité 8 200 et de la division de Gaza [de Tsahal] et construit un modèle d’alerte qui devait nous indiquer que le [groupe terroriste palestinien du] Hamas était sur le point d’envahir si plusieurs éléments d’alerte se matérialisaient », aurait déclaré un ancien haut responsable du renseignement militaire, expliquant que le système triangulait trois éléments de renseignement – les terroristes, ainsi que l’heure et l’emplacement d’une attaque potentielle.

« Nous avons déployé d’énormes efforts d’écoute dès que nous avons constaté que des choses se passaient et que nous avons levé le drapeau », a ajouté la source.

Selon le reportage, une version antérieure du système de renseignement avait aidé les agences de sécurité à lancer une alerte qui avait permis à l’armée d’empêcher une invasion du Hamas en 2014 en bombardant un tunnel à Gaza à partir duquel les terroristes prévoyaient de s’infiltrer et de prendre des Israéliens en otage.

En avril 2022, selon le reportage, l’unité d’élite 8 200 avait reproduit des dizaines de pages décrivant le plan d’invasion du Hamas, appelé « Mur de Jéricho », qui avait été présenté pour la première fois aux responsables du renseignement sous la forme d’un rapport de 40 pages plus d’un an avant le 7 octobre. Mais le général de brigade Yossi Sariel, commandant de l’unité, et un haut fonctionnaire nommé uniquement par l’initiale en hébreu « Gimel », responsable de l’effort de renseignement, n’auraient rien fait pour donner suite aux avertissements.

Illustration : Une soldate du Directorat des Renseignements militaires de l’armée israélienne travaillant sur un ordinateur. (Crédit : Armée israélienne)

Selon les responsables du renseignement cités dans le reportage, le système d’alerte était bien entretenu sous le précédent commandant de la 8 200 et ne présentait que rarement des dysfonctionnements.

« Mais sous la direction de Yossi, il a été négligé. La plupart du temps, il ne fonctionnait pas et ils s’en moquaient », aurait déclaré une ancienne source anonyme du renseignement militaire.

Le reportage indique également que Sariel a tenté de fermer le système en raison de la difficulté à le faire fonctionner et à l’entretenir, mais qu’il en a été dissuadé lorsque l’une des femmes officiers de l’unité 8 200 a déclaré que ce ne serait pas « juste pour les résidents des communautés du sud ».

Le document présenté par l’unité avant le 7 octobre détaillait une série d’exercices des forces dite « d’élite » du Hamas qui s’entraînaient à mener des raids sur les villes et les postes militaires israéliens. Les éléments du groupe terroriste auraient également étudié la manière de prendre en otage des soldats et des civils une fois de retour à Gaza, ainsi que les conditions dans lesquelles les otages pourraient être tués.

Le chef d’état-major de l’armée israélienne, le lieutenant-général Herzi Halevi, à gauche, le chef du Commandement du Sud, le général de division Yaron Finkelman, deuxième à gauche, le chef du Directorat des Renseignements militaires, le général de division Aharon Haliva, deuxième à droite, et le chef de l’agence de sécurité intérieure du Shin Bet, Ronen Bar, à droite, visitant un tunnel du Hamas, à Khan Younès, le 5 janvier 2024. (Crédit : Armée israélienne)

Un autre ancien officier supérieur des services de renseignement cité par la Douzième chaîne a fait état d’un « excès de confiance » de la part du chef du Directorat des Renseignements militaires, le général de division Aharon Haliva, qui a depuis démissionné en raison de son rôle dans les échecs qui ont conduit à l’assaut du Hamas le 7 octobre.

« Ils ont déclaré que la situation en matière de renseignement n’avait jamais été aussi bonne. Nous avons demandé à Haliva quelle note il donnait à leur performance et il a répondu ’90′ », a déclaré l’officier, incrédule, faisant référence à des commentaires faits quelques mois avant le 7 octobre.

Le reportage a noté que Sariel n’a pas assumé la responsabilité du rôle de son unité dans les échecs du renseignement – et au contraire, qu’il a même déclaré que démissionner équivaudrait à de la « lâcheté ».

Une réponse de Tsahal citée par la Douzième chaîne a déclaré que l’unité de renseignement « faisait partie intégrante de l’échec des services de renseignement, échec qui fait actuellement l’objet d’une enquête ». L’armée a toutefois défendu le professionnalisme de son commandant.

« Le général de brigade Yud est un officier hautement décoré qui a contribué toute sa vie d’adulte à la sécurité de l’État d’Israël et qui continue à diriger son unité pendant la guerre et à obtenir d’importants résultats. Les enquêtes du 7 octobre seront présentées au public de manière transparente une fois qu’elles auront été conclues, et de manière ordonnée et professionnelle », peut-on lire dans la déclaration.

La semaine dernière, la Douzième chaîne a fait état d’un courriel envoyé par un sous-officier de l’unité 8 200 qui avait tenté d’avertir ses supérieurs dans les jours précédant le 7 octobre que le Hamas avait un plan clair en place et qui avait exhorté toutes les parties à commencer à travailler pour minimiser les catastrophes que le groupe terroriste palestinien serait en mesure de causer.

Le courriel et le reportage qui l’a précédé ont vraisemblablement été ignorés par les hauts responsables des agences de renseignement de la division de Gaza, et le plan du « Mur de Jéricho » s’est concrétisé le 7 octobre, lorsque des milliers de terroristes dirigés par le Hamas ont fait irruption à la frontière de Gaza et ont mené un assaut meurtrier dans le sud d’Israël, massacrant près de 1 200 personnes et capturant 251 otages.

Les forces de défense israéliennes ont eu du mal à réagir, les bases les plus proches de la frontière ayant été envahies et la chaîne de commandement ayant manifestement été rompue dans le chaos.

Des terroristes du Hamas franchissant la barrière frontalière entre Israël et Gaza, le 7 octobre 2023. (Crédit : Capture d’écran Kann ; utilisée conformément à l’article 27a de la loi sur les droits d’auteur)

Le dernier reportage de la Douzième chaîne est l’un des nombreux décrivant l’incapacité des agences de renseignement à réaliser que le groupe terroriste palestinien du Hamas était capable d’organiser un assaut d’une telle envergure contre Israël.

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.
image
Inscrivez-vous gratuitement
et continuez votre lecture
L'inscription vous permet également de commenter les articles et nous aide à améliorer votre expérience. Cela ne prend que quelques secondes.
Déjà inscrit ? Entrez votre email pour vous connecter.
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
SE CONNECTER AVEC
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation. Une fois inscrit, vous recevrez gratuitement notre Une du Jour.
Register to continue
SE CONNECTER AVEC
Log in to continue
Connectez-vous ou inscrivez-vous
SE CONNECTER AVEC
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un e-mail à .
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.