Rechercher

Le taux R du COVID en Israël dépasse 1 pour la première fois en deux mois

Les chiffres du ministère de la Santé montrent néanmoins que le nombre de cas graves continue de diminuer, et les autorités ne seraient pas trop inquiètes

Un employé de Magen David prélève un échantillon sur écouvillon sur un site de test COVID-19 en drive-in à Jérusalem, le 22 mars 2022. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)
Un employé de Magen David prélève un échantillon sur écouvillon sur un site de test COVID-19 en drive-in à Jérusalem, le 22 mars 2022. (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

La propagation du coronavirus augmente en Israël pour la première fois depuis près de deux mois, selon les chiffres du ministère de la Santé publiés vendredi.

Selon le ministère, le chiffre dit R s’est établi à 1,03, ce qui indique que le rythme de la contagion s’accélère. Ce chiffre représente le nombre de personnes que chaque porteur de coronavirus infecte en moyenne, tout chiffre supérieur à 1 signifiant que la pandémie s’accélère.

Le taux R a été dépassé pour la dernière fois le 22 mars, après deux semaines au cours desquelles les chiffres de la morbidité ont alimenté les craintes d’une nouvelle épidémie.

Les responsables du ministère de la Santé estiment que la dernière hausse est un « regain » de la dernière grande épidémie et ne la traitent pas comme une nouvelle vague, a rapporté le site d’information Walla.

Outre l’augmentation du chiffre R, les données du ministère montrent que le nombre moyen de nouveaux cas hebdomadaires a augmenté de 9,6 % par rapport à la période de sept jours précédente, tandis que le nombre de tests effectués a augmenté de 18,6 %.

Vendredi matin, on comptait 16 090 infections actives, sur les 4 103 242 cas confirmés en Israël depuis le début de la pandémie.

Toutefois, le nombre d’infections graves a encore diminué, passant à 103, dont 48 personnes sous respirateur.

Le nombre de décès s’élève à 10 749, avec deux décès enregistrés au cours de la semaine dernière, soit une baisse de 87,5 %.

Les statistiques du ministère de la Santé montrent également que plus de 6,7 millions d’Israéliens ont reçu au moins une dose de vaccin et que plus de 6,1 millions ont reçu les deux injections. En outre, près de 4,5 millions de personnes ont reçu une injection de rappel, et 806 266 ont reçu une quatrième dose.

Une voyageuse arrive à la zone de dépistage à la COVID-19 à l’aéroport international Ben-Gurion, le 28 novembre 2021. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)

Jeudi, un reportage télévisé a indiqué qu’Israël devrait bientôt cesser d’exiger que les passagers portent des masques à bord des avions, l’Union européenne devant abandonner son obligation de porter un masque lors des voyages aériens la semaine prochaine.

Israël a levé son obligation de porter des masques à l’intérieur des lieux clos le 24 avril, ne laissant l’obligation de se couvrir le visage que dans les hôpitaux, les maisons de retraite et les avions.

La suppression du port du masque à bord des avions lèverait l’une des rares restrictions du COVID encore en vigueur en Israël. Mais les vols au départ de Tel Aviv vers certaines destinations pourraient encore nécessiter le port de masques, en fonction d’autres réglementations internationales.

À partir du 20 mai, les passagers qui atterrissent à l’aéroport Ben Gurion ne seront plus tenus de se soumettre à un test PCR avant de quitter l’aéroport. Les Israéliens qui prennent l’avion pour se rendre en Israël n’ont plus à se soumettre à aucun test avant l’embarquement depuis plusieurs mois ; les étrangers doivent toujours présenter un résultat négatif, mais il peut s’agir d’un test PCR ou d’un test antigénique.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...