L’EI oblige les habitants de Raqa à s’habiller comme les terroristes
Rechercher

L’EI oblige les habitants de Raqa à s’habiller comme les terroristes

Le groupe terroriste veut empêcher la coalition de faire la distinction entre ses combattants et les civils

Les forces irakiennes affrontent les combattants de l'Etat islamique à Mossoul, le 5 mars 2017. (Crédit : Aris Messinis/AFP)
Les forces irakiennes affrontent les combattants de l'Etat islamique à Mossoul, le 5 mars 2017. (Crédit : Aris Messinis/AFP)

Le groupe terroriste Etat islamique (EI) oblige désormais les hommes de Raqa, son fief en Syrie, à porter la même tenue que ses combattants pour les aider à se fondre dans la population, a indiqué lundi un militant.

« Depuis plus de deux semaines, le vêtement à l’afghane [une grande chemise descendant aux genoux et un pantalon en tissu léger] a été imposé par Daech », a indiqué à l’AFP Abou Mohamed, du groupe « Raqa est massacrée en silence » (RBSS), en utilisant l’acronyme arabe de l’EI.

« Quiconque n’obéit pas encourt une peine de prison et une amende », a-t-il ajouté.

Cette interdiction intervient alors qu’une coalition de combattants kurdes et arabes, les Forces démocratiques syriennes (FDS), s’approche de Raqa avec le soutien de frappes aériennes de la coalition internationale anti-EI menée par Washington.

Membres des Forces démocratiques syriennes (FDS) dans le village de Sabah al-Khayr, le 21 février 2017. (Crédit : Delil Souleiman/AFP)
Membres des Forces démocratiques syriennes (FDS) dans le village de Sabah al-Khayr, le 21 février 2017. (Crédit : Delil Souleiman/AFP)

L’idée est de « tenter de rendre plus difficile pour les avions [de la coalition] et les forces kurdes la distinction entre civils et jihadistes », selon le militant.

L’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH) a également fait part de ce nouveau code vestimentaire. « L’EI a imposé le vêtement à l’afghane aux habitants de Raqa pour que les informateurs qui donnent des coordonnées à la coalition [pour bombarder] ne soient plus à même de faire la différence entre civils et combattants », a expliqué son directeur Rami Abdel Rahmane.

Selon Abou Mohamed, qui reçoit des informations en provenance de Raqa, la ville est « en état d’alerte » et de nouveaux points de contrôle y ont été établis par l’EI. « Les prix s’envolent et il n’y a plus d’électricité ni d’eau » courante, a-t-il dit.

Selon l’OSDH, les FDS ne sont plus qu’à huit kilomètres au nord-est de Raqa.

Une combattante kurde des Forces démocratiques syriennes (FDS) dans le village de Sabah al-Khayr, le 21 février 2017. (Crédit : Delil Souleiman/AFP)
Une combattante kurde des Forces démocratiques syriennes (FDS) dans le village de Sabah al-Khayr, le 21 février 2017. (Crédit : Delil Souleiman/AFP)

Par ailleurs, des civils et des familles de combattants de l’EI tentent depuis quelques jours de fuir l’est de la province d’Alep, où le groupe terroriste recule face aux forces pro-régime d’un côté et aux FDS de l’autre, vers la province limitrophe de Raqa, d’après l’Observatoire.

« Des milliers de familles ont tenté d’atteindre les limites administratives de la province de Raqa ces derniers jours, comme environ 120 familles de combattants et commandants de l’EI », a expliqué Rami Abdel Rahmane. Selon lui, l’EI a interdit à ces gens d’entrer, à l’exception des familles de ses combattants, autorisées à se rendre dans la ville de Raqa.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...