Rechercher

L’envoyé ukrainien en Israël déçu que Jérusalem n’envoie pas d’aide militaire

Ces propos ont été tenus alors qu'un conseiller du président ukrainien avait déclaré, lundi, que Kiev comprenait la position diplomatique difficile d'Israël

L'ambassadeur d'Ukraine en Israël, Yevgen Korniychuk, lors d'une conférence de presse à Tel Aviv, le 25 février 2022. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)
L'ambassadeur d'Ukraine en Israël, Yevgen Korniychuk, lors d'une conférence de presse à Tel Aviv, le 25 février 2022. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)

L’ambassadeur ukrainien en Israël, Yevgen Korniychuk, a expliqué mardi que les discussions en cours sur la frontière biélorusse entre l’Ukraine et la Russie ne seront probablement pas fructueuses et a ajouté que l’Ukraine était déçue qu’Israël se refuse à fournir des casques et des vestes militaires à des fins de protection des soldats et des civils.

« Nous comprenons bien que les pourparlers en Biélorussie ne sont qu’une autre ruse de Poutine qui exploitera ce temps passé pour restructurer ses forces militaires », a dit Korniychuk. « Il n’y a pas de rencontres sérieuses. »

« Mais notre délégation a accepté d’y prendre part afin de ne pas être accusée de ne pas prendre ces pourparlers au sérieux », a-t-il ajouté.

Lundi, l’envoyé de Kiev en Israël avait souligné que le président ukrainien Volodymyr Zelensky avait apprécié la proposition du Premier ministre Naftali Bennett au président russe Vladimir Poutine de servir de médiateur entre les deux pays d’Europe de l’Est après l’invasion de l’Ukraine par la Russie,

Lors d’un briefing avec les journalistes, Korniychuk a affirmé que Poutine n’avait pas été très emballé par l’offre de Bennett lorsque les deux dirigeants se sont parlé au téléphone dimanche. Toutefois, Korniychuk a déclaré que l’Ukraine pensait qu’il y avait encore des chances que la Russie accepte l’initiative israélienne.

« En ce moment, [les Russes] pensent qu’ils peuvent nous conquérir », a déclaré Korniychuk, cité par la presse israélienne, « mais il est évident qu’ils n’y parviendront pas. »

Sur les cent tonnes d’aide humanitaire que l’État juif a envoyé à l’Ukraine, Korniychuk a dit être heureux d’avoir reçu des antibiotiques et des équipements médicaux spécifiques que le ministère de la Santé avait demandé et il a estimé que s’il s’agissait d’un bon geste, une grande partie des équipements transmis – avec notamment des systèmes de traitement d’eau – n’étaient pas prioritaires.

De plus, Korniychuk a évoqué les nombreux Ukrainiens sans statut qui sont actuellement à l’aéroport Ben Gurion. Selon Korniychuk et un avocat représentant ces réfugiés, ces gens sont venus en Israël pour y retrouver leurs familles mais l’État leur demande un dépôt de plusieurs milliers de shekels pour les autoriser à franchir la frontière.

« Nous avons connaissance de dizaines de cas de ce type », a dit l’avocat.

Le sénateur américain Lindsey Graham avait lui-même critiqué Israël, hier, pour son refus de vendre des armes à l’Ukraine.

« Ils ont demandé à Israël – et il n’y a pas de plus grand fan d’Israël que Lindsey Graham — des missiles Stinger, et apparemment Israël a dit non. Alors je vais téléphoner en Israël. Vous savez, nous nous battons pour Israël avec son Dôme de fer, » a dit Graham devant les caméras de Fox News, semblant suggérer que les États-Unis attendaient davantage de leur allié de longue date.

« Poutine est un voyou. C’est un criminel de guerre. Il est en train de détruire un pays souverain qui s’appelle l’Ukraine. Et si nous ne venons pas au bout de la question de l’Ukraine et de la Russie, les Chinois vont avancer sur Taïwan et les Iraniens avanceront vers la bombe atomique. Alors il est dans l’intérêt de tout le monde » que l’Ukraine soit en mesure de se défendre, a dit le sénateur républicain.

Ces propos ont été tenus alors qu’un conseiller du président ukrainien avait déclaré, lundi, que Kiev comprenait la position diplomatique difficile d’Israël en raison des considérations d’ordre sécuritaire imposées par les liens entretenus entre l’État juif et la Russie sur le territoire syrien.

« Tout le monde en Ukraine comprend que la situation d’Israël est particulière et qu’il est difficile pour le pays d’adopter un positionnement sans équivoque en raison de la situation en Syrie et au Moyen-Orient », a commenté Oleksiy Arestovych devant les caméras de la chaîne Kan.

Arestovych a noté que l’Ukraine comprenait qu’Israël « est dans l’obligation de se défendre et de défendre ses intérêts – nous le soutenons et nous l’approuvons ».

La présence des forces russes en Syrie implique qu’Israël doit se coordonner avec Moscou lors de frappes sur des cibles soutenues par l’Iran.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...