Les développements depuis les législatives de septembre
Rechercher

Les développements depuis les législatives de septembre

Rappel des principaux développements depuis les élections législatives du 17 septembre en Israël qui n'ont pas désigné de vainqueur clair

Le leader de Kakhol lavan Benny Gantz, (à gauche), et le Premier ministre Benjamin Netanyahu se rencontrent au siège de l'armée israélienne à Tel Aviv, le 27 octobre 2019. (Crédit : Elad Malka)
Le leader de Kakhol lavan Benny Gantz, (à gauche), et le Premier ministre Benjamin Netanyahu se rencontrent au siège de l'armée israélienne à Tel Aviv, le 27 octobre 2019. (Crédit : Elad Malka)

Rappel des principaux développements depuis les élections législatives du 17 septembre en Israël qui n’ont pas désigné de vainqueur clair et ont plongé le pays dans une impasse politique.

Second duel

Le 17 septembre, les Israéliens votent lors de législatives opposant notamment Benjamin Netanyahu, au pouvoir depuis une décennie, à l’ancien chef de l’armée Benny Gantz.

Le Likoud (droite) de M. Netanyahu et la formation centriste Kahol lavan de M. Gantz sont au coude-à-coude et aucun ne parvient à franchir le seuil des 61 députés pour obtenir une majorité, même avec leurs alliés respectifs.

En avril, déjà, les deux formations avaient obtenu chacune 35 sièges sur les 120 de la Knesset (Parlement). Benjamin Netanyahu avait été chargé de former un gouvernement, mais n’y était pas parvenu. Le Parlement avait alors été dissous le 29 mai, et un nouveau scrutin convoqué.

« L’ère Netanyahu s’est achevée »

Au lendemain du scrutin, Benny Gantz appelle à un gouvernement d’union. « Nous avons entamé les négociations et je parlerai avec tout le monde », dit-il.

M. Netanyahu plaide lui pour un « gouvernement sioniste fort », sans la participation de « partis arabes antisionistes ». 

« L’ère Netanyahu s’est achevée », déclare pour sa part Ahmad Tibi, l’un des ténors de la « Liste unie » des partis arabes, qui s’impose comme la troisième force politique du pays. « Si Benny Gantz appelle, nous lui communiquerons nos conditions » pour le soutenir.

Le 19, Benjamin Netanyahu appelle Benny Gantz à la formation d’un gouvernement d’union nationale. Son rival affirme vouloir être le Premier ministre d’un tel cabinet.

Netanyahu choisi

Le 22, le président Reuven Rivlin débute les consultations avec les partis politiques pour désigner celui qui sera chargé de former un gouvernement de coalition. Il plaide pour un cabinet « stable », incluant le Likoud et Kakhol lavan.

La « Liste unie » recommande officiellement Benny Gantz comme prochain Premier ministre.

Le chef de la formation nationaliste laïque Israël Beiteinou, Avigdor Lieberman, qui avait appelé à un gouvernement « d’union nationale », confirme qu’il ne recommandera personne pour le poste.

Le 23, Benjamin Netanyahu et Benny Gantz rencontrent le président Rivlin afin de tenter de sortir de l’impasse.

Le 25, la commission électorale publie les résultats définitifs. Kakhol lavan gagne 33 sièges, le Likoud 32. Mais ni Benjamin Netanyahu, qui est soutenu par 55 députés, ni Benny Gantz, qui rassemble 54 députés, ne sont en mesure de former un gouvernement. 

« La meilleure voie pour l’Etat d’Israël aujourd’hui est de construire une coalition de gouvernement la plus large possible », dit le président israélien.

Dans la soirée, il demande à M. Netanyahu de tenter de former le prochain gouvernement. Celui-ci demande à son rival Benny Gantz de le rejoindre dans un cabinet d’union.

« Le parti Kakhol lavan que je dirige n’acceptera pas de siéger dans un gouvernement dont le chef est sous le coup d’un grave acte d’accusation », réagit M. Gantz en référence à M. Netanyahu qui doit être auditionné pour des affaires de « fraudes » et « malversations ».

Netanyahu jette l’éponge

Le 29 septembre, les partis de Benjamin Netanyahu et de Benny Gantz s’accusent mutuellement de bloquer les pourparlers sur la formation d’un gouvernement d’union.

Le 21 octobre, M. Netanyahu renonce à former un gouvernement, laissant la voie à son rival Benny Gantz.

« Kakhol lavan est déterminé à former un gouvernement d’union libéral, mené par Benny Gantz », déclare le parti.

Gantz abandonne à son tour

Le 23, le président Rivlin confie à Benny Gantz la mission de former le gouvernement. Il affirme que les partis politiques doivent faire des « concessions ».

Le 27, Benjamin Netanyahu rencontre son rival, mais les deux camps indiquent que les pourparlers n’ont pas abouti à une sortie de crise.

Le 8 novembre, M. Netanyahu obtient le ralliement de trois élus qui placent le Likoud en tête à la Knesset avec 35 sièges sur 120, soit deux de plus que « Kakhol lavan ».

Le 20, Benny Gantz se dit « incapable de former un gouvernement », rapprochant ainsi Israël d’une troisième élection en moins d’un an.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...