Des ex-chefs de la police exigent une commission d’enquête sur le drame de Meron
Rechercher

Des ex-chefs de la police exigent une commission d’enquête sur le drame de Meron

Dans une lettre au Premier ministre, d'anciens commandants affirment qu'une enquête indépendante est nécessaire pour prévenir de futures catastrophes

Des forces de secours et de police sur les lieux après une catastrophe mortelle lors des célébrations de la fête juive de Lag BaOmer au mont Meron, dans le nord d'Israël, le 30 avril 2021. (David Cohen/Flash90)
Des forces de secours et de police sur les lieux après une catastrophe mortelle lors des célébrations de la fête juive de Lag BaOmer au mont Meron, dans le nord d'Israël, le 30 avril 2021. (David Cohen/Flash90)

Un groupe d’anciens chefs de la police israélienne a exhorté dimanche le Premier ministre Benjamin Netanyahu à former une commission d’enquête nationale sur la catastrophe du mont Meron, qui a fait 45 morts lors d’une fête religieuse la semaine dernière.

Dans une lettre adressée au Premier ministre, le groupe des chefs de la police à la retraite et des généraux de division a déclaré que seule une enquête approfondie examinant le rôle de tous les organismes impliqués dans l’organisation de l’événement annuel Lag BaOmer au mont Meron peut fournir des informations suffisantes pour éviter une autre catastrophe à l’avenir.

La lettre a également été envoyée au ministre de la Justice Benny Gantz, au procureur général Avichai Mandelblit, à la présidente de la Cour suprême Esther Hayut et à l’actuel chef de la police israélienne Kobi Shabtai.

Cette décision est intervenue alors que le département des enquêtes internes de la police (PIID) du ministère de la Justice a entamé sa propre enquête sur le rôle de la police dans la planification et la sécurisation de la fête à laquelle ont participé quelque 100 000 personnes, principalement issues de la communauté ultra-orthodoxe. La police israélienne a également ouvert une enquête.

Des forces de secours et la police israéliennes sur les lieux d’un accident qui a tué au moins 44 personnes lors des célébrations de la fête juive de Lag BaOmer au mont Meron, dans le nord d’Israël, le 30 avril 2021. (David Cohen/Flash90)

La lettre des anciens chefs de la police souligne le manque de contrôle général de l’événement annuel, qui a été mis en évidence à la suite de la tragédie.

« L’incident du mont Meron ne relève pas de la seule responsabilité de la police israélienne », a écrit le groupe, dirigé par Moshe Karadi, ancien chef de la police israélienne.

« Il implique d’autres agences de sécurité, des ministères et diverses autorités, tant dans le travail administratif que dans le processus décisionnel, la répartition des responsabilités entre les organes de planification, de gestion et d’exécution étant effectuée de manière totalement aveugle. »

« Aux fins d’une enquête approfondie et minutieuse sur tous les organes impliqués dans cet incident et d’autres semblables, et surtout pour prévenir une catastrophe similaire à l’avenir, il n’y a pas d’autre solution que la création d’une commission d’enquête d’État », demande instamment la lettre.

Le commandant du district nord Shimon Lavi (gauche) et le chef de la police Kobi Shabtai (droite) au Mont Meron avant la tragédie, le 29 avril 2021. (Police israélienne)

Netanyahu devrait s’opposer à une commission d’enquête de l’État, craignant ses conséquences politiques, a rapporté samedi la Douzième chaîne de télévision.

Plus tôt dans la journée de dimanche, le chef de la police, M. Shabtai, a envoyé un message à tous les agents des forces de l’ordre, indiquant que la police s’efforçait d’enquêter sur les causes de la tragédie. Il a également exprimé son soutien total aux personnes présentes lors de l’événement.

« Nous nous efforçons de découvrir la vérité et de tirer des enseignements éclairés et équilibrés de toutes les parties impliquées dans cet événement complexe », a-t-il écrit.

« Les policiers et les policières qui étaient à Meron ont travaillé pendant de longues heures, aux côtés des équipes médicales, d’urgence et de secours, avec des larmes dans les yeux, de la débrouillardise et de la détermination pour sauver des vies. Je me tourne vers chacun d’entre vous, les policiers et les commandants, et je félicite ceux qui travaillent jour et nuit, pour accomplir leurs tâches avec le sens de la mission, du sacrifice et du risque personnel. »

Un jeune homme allume des bougies pour les 45 victimes qui ont été tuées dans une bousculade, sur les lieux de la catastrophe fatale au mont Meron, le 1er mai 2021. (David Cohen/Flash90)

Dimanche matin, les enquêteurs du PIID sont arrivés au mont Meron pour commencer à enquêter sur les causes de la catastrophe, notamment en rassemblant divers documents relatifs aux préparatifs et aux autorisations des événements sur le site, a rapporté le site Ynet. L’équipe du PIID chargée d’enquêter sur l’incident sera dirigée par Salman Ibrahim, chef de la division des enquêtes du département.

Le commissaire aux incendies et aux sauvetages, Dedi Simchi, a également déclaré dans un communiqué que l’incident ferait l’objet d’une enquête approfondie.

« Le service de secours et d’incendie, comme il convient à une organisation opérationnelle professionnelle, enquêtera et étudiera l’action au mont Meron et s’efforcera de s’améliorer continuellement », indique le communiqué.

Le commissaire du département des incendies et des secours d’Israël, Dedi Simchi, lors d’une cérémonie de remise de prix du ministère de la Sécurité publique, à la résidence du président à Jérusalem, le 22 janvier 2019. (Yonatan Sindel/Flash90)
En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...