Tragédie de Meron : à qui la faute ?
Rechercher

Tragédie de Meron : à qui la faute ?

Pris dans un bras de fer entre autorités, communautés religieuses et groupes d'intérêt, le 2e lieu saint juif le plus visité d'Israël n'est pas soumis à une surveillance de l'État

Des hommes ultra-orthodoxes participent aux célébrations de Lag BaOmer au Mont Meron, sur la tombe de Rabbi Shimon Bar Yochai, le 17 mai 2014. (Flash90)
Des hommes ultra-orthodoxes participent aux célébrations de Lag BaOmer au Mont Meron, sur la tombe de Rabbi Shimon Bar Yochai, le 17 mai 2014. (Flash90)

Bien que l’enquête sur la catastrophe mortelle survenue jeudi soir au mont Meron n’en soit qu’à ses débuts à la fin du week-end, les récriminations d’anciens et d’actuels responsables gouvernementaux ont mis en évidence une défaillance majeure : Personne n’a pu dire qui était responsable de la gestion et de la sécurité du deuxième lieu saint juif le plus populaire d’Israël.

À la suite de la bousculade qui a coûté la vie à 45 personnes pendant les célébrations de Lag BaOmer, et alors que le public, les politiques et les médias examinent de plus en plus attentivement la chaîne des événements qui a conduit à la catastrophe sur la tombe de Rabbi Shimon bar Yohai, l’image d’une installation prise dans une lutte acharnée depuis des années entre diverses autorités, communautés religieuses et groupes d’intérêt, qui l’a privée d’une surveillance adéquate et unifiée de l’État, alors même que des signaux d’alarme étaient constamment émis quant à son potentiel de catastrophe, s’est imposée.

Depuis la catastrophe, plusieurs anciens chefs de la police ont décrit Meron comme une sorte d’installation extra-territoriale. Il était administré par plusieurs groupes ultra-orthodoxes, tandis que le Centre national pour la protection des lieux saints, qui fait partie du ministère des Affaires religieuses, avait apparemment aussi une certaine responsabilité à son égard, tout comme les autorités locales et la police.

Mais en fin de compte, aucun organisme d’État n’a l’entière responsabilité, a déclaré Liora Shimoni, une haute fonctionnaire du bureau du contrôleur de l’État, à la Treizième chaîne vendredi, quelques heures après la catastrophe. Une initiative de 2013 visant à placer l’ensemble du site sous l’égide d’un organisme gouvernemental a échoué lorsque la coalition s’est effondrée cette année-là. Shimoni a déclaré que le bureau du contrôleur, dans ses rapports – y compris deux présentations d’avertissement très spécifiques en 2008 et 2011 – avait soulevé en vain la préoccupation aiguë qu’“aucune autorité étatique unique n’est responsable du lieu.”

Après la catastrophe, l’attention s’est immédiatement tournée vers la police, qui a assuré la sécurité des festivités qui se sont terminées en tragédie après minuit dans la nuit de jeudi à vendredi, mais des responsables actuels et anciens des forces de l’ordre ont rejeté l’idée qu’ils devaient être les seuls ou même les principaux responsables. Ces responsables ont indiqué qu’en raison de la grande pression politique exercée pour ne pas limiter l’événement annuel de Meron, les policiers n’avaient guère de prise sur la participation. Ils ne pouvaient que se préparer du mieux qu’ils pouvaient chaque année à ce que les foules de fidèles envahissent le site, et croiser les doigts.

Des Haredim prient sur la tombe de Rabbi Shimon Bar Yohai, à la veille du nouveau mois juif de Tamouz, le 23 juin 2017. (David Cohen/FLASH90)

La tragédie s’est produite alors que des milliers de personnes s’engouffraient dans une étroite passerelle recouverte d’un plancher métallique et humide, ce qui a provoqué la chute de certaines personnes dans la ruée vers la sortie. Certaines personnes sont tombées sur la passerelle et ont dévalé une volée d’escaliers à son extrémité, tombant sur ceux qui se trouvaient en dessous et précipitant un effet domino mortel.

Le ministre de la Sécurité publique, Amir Ohana, qui supervise la police, a déclaré samedi soir que s’il portait la responsabilité globale de l’incident, « responsabilité ne signifie pas blâme ».

« La catastrophe qui s’est produite cette année aurait pu se produire n’importe quelle autre année », a déclaré Ohana, notant qu’en fait, le nombre de participants sur le lieu saint, environ 100 000, était beaucoup plus faible cette année que les années précédentes. (L’événement a été annulé en 2020 à cause de COVID-19, mais il a attiré des centaines de milliers de participants dans le passé). Il a déclaré que l’ampleur de la tragédie allait « bien au-delà de la police ».

Le commandant du district nord Shimon Lavi (gauche) et le chef de la police Kobi Shabtai (droite) au Mont Meron avant la tragédie, le 29 avril 2021. (Police israélienne)

Le commandant du district nord, Shimon Lavi, a déclaré vendredi qu’il portait « la responsabilité globale » de la catastrophe en tant que commandant de la police locale. Cependant, un haut responsable de la police, sous couvert d’anonymat, a déclaré samedi à Haaretz qu’“il y a une grande différence entre assumer la responsabilité et blâmer.”

L’un des prédécesseurs de Lavi, Yaakov Borovsky, a déclaré samedi soir que la police avait « tiré toutes les sonnettes d’alarme possibles, sur le plan politique et opérationnel » – concernant le nombre total de participants, la sécurité des stands extérieurs, la nécessité d’élargir les voies de sortie et les voies d’évacuation d’urgence, l’impératif de nommer un directeur pour prendre en charge spécifiquement l’événement annuel, et bien d’autres choses encore – mais personne ne voulait rien entendre.

S’exprimant samedi sur la Douzième chaîne de télévision, Shlomo Aharonishki, qui a dirigé la force en 2001 et 2004, a renforcé les descriptions du site du mont Meron comme un trou noir de responsabilité, et a déclaré que les Haredim avaient le contrôle ultime.

« La police n’est pas chargée de la sécurité » à Meron, a-t-il déclaré sans ambages.

Des hommes revêtus de châles de prière sur la tombe de Rabbi Shimon Bar Yochai à Meron, le 11 octobre 2017. (David Cohen/Flash90)

M. Aharonishki a déclaré que chaque année, à son époque, il y avait des « soupirs de soulagement » lorsque les festivités annuelles de Lag BaOmer se déroulaient sans incident mortel. Lui et l’ancien commandant du district nord de la police, Dan Ronen, ont déclaré que l’on s’inquiétait depuis de nombreuses années de l’insuffisance criante de ces infrastructures, notamment des immenses gradins extérieurs où se rassemblent un grand nombre de participants.

Moshe Nussbaum, journaliste spécialiste de la police sur la Douzième chaîne, a déclaré que, d’après ce qu’il a pu déterminer, la responsabilité de la sécurité du site incombe au Centre national pour la protection des lieux saints, au ministère des Affaires religieuses. Un ingénieur du ministère a approuvé les dispositions de sécurité sur le site en début de semaine. Jusqu’à présent, ni le ministère ni le centre n’ont revendiqué cette responsabilité.

Des rapports non pris en compte

Le contrôleur de l’État a averti à au moins deux reprises que le site était dangereusement mal équipé pour les centaines de milliers de personnes qui y assistent régulièrement aux célébrations de Lag BaOmer, tandis qu’un rapport interne de la police en 2016 prédisait que le chaos dans la gestion du site pourrait conduire à une catastrophe. Il y a également eu d’innombrables avertissements de journalistes ultra-orthodoxes au fil des ans.

Le rapport du contrôleur de l’État de 2008 mettait en garde contre une « défaillance systémique de l’enceinte de Rashbi [Rabbi Shimon bar Yohai] » à Meron, due au fait que « de nombreuses autorités différentes sont impliquées dans sa gestion », notant qu’il s’agissait d’une situation chaotique susceptible de causer des dommages au lieu saint et de mettre en danger les fidèles.

Dans un rapport supplémentaire datant de 2011, il était à nouveau souligné que le site n’était pas suffisamment préparé pour accueillir des centaines de milliers de personnes.

Des Haredim participent aux célébrations de Lag BaOmer sur le mont Meron, dans le nord d’Israël, le 22 mai 2013. (Yaakov Naumi/Flash90)

« La situation actuelle ne devrait pas être autorisée à se poursuivre – y compris la structure non entretenue où [certains] groupes font ce qu’ils veulent, jusqu’à l’abandon d’un site de grande importance, tant sur le plan national que religieux », a déclaré le contrôleur de l’État.

Néanmoins, les dirigeants haredi ont continué à faire pression pour obtenir un accès sans entrave au site au fil des ans.

Aryeh Deri, le ministre de l’Intérieur et chef du parti ultra-orthodoxe Shas, a indiqué lors d’une interview radiophonique jeudi soir, quelques heures avant la tragédie de Meron, qu’il avait bloqué les efforts du ministère de la Santé pour imposer des restrictions à l’événement de cette année, a rapporté la Treizième chaîne samedi. Ces restrictions étaient apparemment plus liées aux préoccupations de la COVID qu’à la terrifiante surpopulation annuelle.

La chaîne de télévision a diffusé un extrait de l’entretien avec Radio Kol Hai, dans lequel M. Deri a déclaré qu’il « n’autoriserait évidemment pas » l’introduction d’une réglementation en raison de la pandémie de coronavirus. Ses commentaires semblaient se rapporter à un accord-cadre élaboré par des fonctionnaires du ministère de la Santé, la police et d’autres organismes, qui, entre autres dispositions, aurait limité la participation aux festivités de Lag BaOmer jeudi soir à 9 000 personnes, et exigé que celles-ci fournissent une preuve de vaccination ou un test COVID négatif.

Des agents de sécurité israéliens et des secouristes sur le site d’une bousculade mortelle lors des festivités de Lag BaOmer au Mont Meron, dans le nord d’Israël, le 30 avril 2021. (Crédit : David Cohen/Flash90)

Dans l’extrait de l’interview de Deri, le ministre du Shas a déclaré que « tous les responsables » ne comprennent pas l’importance de permettre aux rassemblements de masse d’aller de l’avant, et que les responsables de la santé ont essayé pendant des semaines d’imposer des restrictions – pour empêcher la propagation du COVID-19 – mais il a ajouté que « Louons le Seigneur, nous avons dépassé cela aussi. »

Liberté de rassemblement religieux

Sigal Bar Tzvi, responsable de la police communautaire de la police israélienne, a déclaré vendredi à la Treizième chaîne que la police n’a pas le pouvoir de limiter le nombre de participants au rassemblement sur le mont. « Nous faisons ce qu’on nous dit de faire, dans le cadre de nos capacités ; il existe une liberté de rassemblement religieux ».

Sigal Bar Tzvi, officier supérieur de la police israélienne. (capture d’écran de la Treizième chaîne)

Même s’il s’agissait d’un « événement religieux » qui ne nécessitait pas d’autorisation ou d’autres vérifications, le commandant du district, M. Lavi, a veillé à ce que deux ingénieurs en sécurité – celui du ministère des Affaires religieuses et un second expert indépendant – approuvent les dispositions prises et à ce que d’autres autorisations soient obtenues.

Néanmoins, elle a déclaré que la police avait averti au cours des deux dernières semaines « que l’événement était dangereux », citant le commandant de district – une référence apparente à Lavi – qui « a parlé avec qui il devait parler. » Elle a ensuite déclaré que les plans de l’événement, « y compris tous les dangers… ont été présentés au ministre. » A la question de savoir comment le ministre Ohana a réagi, elle a répondu : « Je ne sais pas. Je n’étais pas présente. »

L’absence d’un directeur de projet bien défini était également évidente dans les commentaires faits par la Dr Sharon Alroy-Preis, responsable de la santé publique au ministère de la Santé, avant l’événement.

« Nous avons travaillé pendant des semaines sur un cadre », a fulminé Alroy-Preis dans une interview télévisée mercredi, un jour avant la fête de Lag BaOmer. « Il a été approuvé par tous les partis, par la police, par le ministère des Affaires religieuses, par le ministère de l’Intérieur – tout le monde. Mais en fin de compte, le projet est tombé à l’eau parce que personne ne voulait prendre la responsabilité de le faire respecter », a-t-elle déclaré, accusant les autorités gouvernementales de se renvoyer la balle. « C’est une honte », a-t-elle déclaré. « Le ministère des Affaires religieuses essaie de faire en sorte que la police prenne la responsabilité, et ils la renvoient au ministère des Affaires religieuses. »

Depuis la tragédie, divers rapports concernant les dispositions prises sur le site ont révélé que, selon les règles de sécurité standard de la police pour les rassemblements publics, le site n’aurait pas dû être autorisé à accueillir plus de 15 000 personnes environ.

Les secouristes et la police israélienne après un incident qui a tué et blessé des dizaines de personnes, lors des célébrations de la fête juive de Lag BaOmer, au mont Meron, dans le nord d’Israël, le 30 avril 2021. (Crédit : David Cohen / Flash90)

Un document interne de la police avertissait également du risque de chaos et de catastrophe sur le site de Meron. Le commandant Ilan Mor, chef de la branche opérationnelle de la police nationale de la circulation, a produit en 2016 un rapport intitulé « Célébrations de Meron : Eviter la catastrophe annoncée ». Le document analyse les tragédies passées causées par la surpopulation lors d’événements publics, y compris les catastrophes et quasi-catastrophes à Meron même, et conclut que l’infrastructure du lieu saint ne peut pas accueillir en toute sécurité le nombre de fidèles présents chaque année à Lag BaOmer. En 1911, près de 40 ans avant la fondation de l’État, la balustrade d’un balcon bondé du lieu de sépulture s’est effondrée, faisant chuter des dizaines de fidèles de quelque 7 mètres, faisant 11 victimes.

Dans le rapport, Mor demande de limiter le nombre de personnes présentes et de nommer un organisateur unique pour gérer le site, au lieu de permettre à chaque branche hassidique de gérer sa propre zone.

Les différentes communautés ultra-orthodoxes, qui organisent leurs propres festivités au sein de l’installation, construisent également leurs propres voies d’accès. Sigal Bar Tzvi a déclaré que l’ingénieur de sécurité indépendant qui a contrôlé le site cette année a trouvé toutes sortes de problèmes de sécurité qui ont été résolus, y compris un tunnel souterrain qui, s’il n’avait pas été découvert, aurait pu causer une catastrophe encore plus grave.

« Le mont est contrôlé par toutes sortes de groupes étranges de rabbins et autres », a déclaré à la Douzième chaîne Shlomo Levi, l’ancien chef du conseil régional local Merom HaGalil. « L’échelon politique est tellement terrifié par eux qu’il est impossible d’imposer un contrôle approprié ».

Des Juifs ultra-orthodoxes contemplent le site d’une bousculade mortelle lors des festivités de Lag BaOmer au Mont Meron, dans le nord d’Israël, le 30 avril 2021. (Crédit : AP Photo/Sebastian Scheiner)

Le procureur général a annoncé vendredi que le département des enquêtes internes de la police [PIID] du ministère de la Justice ouvrait immédiatement une enquête sur une éventuelle négligence de la police dans ce drame. Le procureur général Avichai Mandelblit a déclaré dans un communiqué : « Il a été décidé que le PIID examinerait immédiatement s’il existe des soupçons de responsabilité de la part de la police dans la tragédie de Meron. »

Cependant, de plus en plus de voix s’élèvent pour réclamer la création d’une commission d’enquête nationale qui examinerait tous les aspects de l’affaire, y compris l’implication des politiciens et les manquements du gouvernement dans le contrôle du site du tombeau et des autres installations.

Des juifs ultra-orthodoxes assistent aux funérailles d’une victime de la cohue lors des célébrations de Lag BaOmer sur au mont Meron dans laquelle 45 personnes sont mortes écrasées, à Meron, dans le nord d’Israël, le 1er mai 2021. (Yonatan Sindel/Flash90)

M. Aharonishki et son collègue Moshe Karadi, ancien chef de la police, ont tous deux demandé une telle enquête, et d’autres anciens officiers supérieurs de la police se préparent à publier un plaidoyer unifié en faveur d’une telle enquête. Le ministre de la Défense et de la Justice, Benny Gantz, aurait également déclaré à ses collaborateurs qu’une sorte de commission d’enquête publique était nécessaire.

Les anciens chefs de la police Moshe Karadi (à droite) et Shlomo Aharonishki. (Yossi Zamir / Flash90)

Une première enquête de police a déjà révélé des manquements « de la part de toutes les parties » qui sont censées être responsables de l’événement annuel, selon un reportage de la Douzième chaîne de télévision.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a promis, lors d’une visite sur les lieux de la pire catastrophe en temps de paix qu’ait connue Israël, que les enquêtes seraient « complètes, sérieuses et détaillées ».

L’ancien chef de la police, M. Aharonishki, a prévenu qu’en l’absence d’une commission d’enquête publique complète et d’une révision fondamentale de l’installation, « la prochaine catastrophe [à Meron] est déjà en route ».

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...