Israël en guerre - Jour 195

Rechercher

Les familles prennent la parole au début de la marche reliant la frontière de Gaza à Jérusalem

La marche est partie du champ où le festival de musique Supernova avait été organisé, nettoyé de tous les décombres susceptibles de rappeler l'horreur

Jessica Steinberg est responsable notre rubrique « Culture & Art de vivre »

Sharon Alony Cunio s'exprime au début d'une marche reliant le kibboutz Reim à Jérusalem, le 28 février 2024. (Autorisation : Forum des Otages et des portés-disparus)
Sharon Alony Cunio s'exprime au début d'une marche reliant le kibboutz Reim à Jérusalem, le 28 février 2024. (Autorisation : Forum des Otages et des portés-disparus)

C’est dans un champ du kibboutz Reïm entouré d’eucalyptus, où se tenaient les familles des otages avec, à la main, des affiches à l’effigie de leurs êtres chers, qu’a commencé la marche de quatre jours organisée par le Forum des Familles d’otages et des portés-disparus – à l’endroit même où des centaines de jeunes festivaliers avaient été tués et/ou kidnappés par les hommes armés du Hamas et leurs complices alors qu’ils prenaient part au festival de musique électronique Supernova, le 7 octobre.

Le porte-parole du Forum, Haïm Rubinstein, a présenté ses condoléances après la mort de deux réservistes à Gaza, des morts qui ont été annoncées ce mercredi matin et il a rappelé à l’assistance présente ce qui était arrivé dans ce champ dorénavant nettoyé « lorsque des jeunes venus faire la fête, venus aimer ont été plongés dans un cauchemar qui est impossible à imaginer ».

La marche de quatre jours sera l’occasion de traverser « de nombreuses villes » jusqu’à Jérusalem, a noté Rubinstein, qui a appelé les Israéliens à rejoindre les familles lors du parcours pour les soutenir où à venir à leurs côtés pour le voyage – un voyage d’unité dont l’objectif, a-t-il rappelé, est la libération des otages.

Alony Cunio avait été prise en otage par le Hamas et emmenée de force à Gaza avec ses filles de trois ans, deux jumelles. Elle a été libérée fin novembre mais son mari, David Cunio, se trouve encore dans les geôles du groupe terroriste. Elle a évoqué une marche précédente des familles qui avait été organisée au mois de novembre, avant que 105 otages ne soient libérés au cours d’une trêve d’une semaine.

« Je n’ai pas pu marcher la dernière fois », a-t-elle dit. « Je marche cette fois-ci pour mon mari et pour tous les otages dans ce combat déterminant ».

Oded et Yocheved Lifshitz. (Autorisation)

Il n’y a pas d’autre moyen de souligner l’importance du rapatriement des otages, a déclaré Dekel Lifschitz dont le grand-père, Oded Lifschitz, est encore à Gaza et dont la grand-mère, Yocheved Lifschitz, a été relâchée au mois de novembre.

« Nous sommes une grande famille en Israël et nous sommes impatients de voir les 134 autres membres de cette famille », a dit Lifschitz. « C’est le cas pour nous tous ici et nous voulons tous ce qui est le plus évident : nous voulons que le pays nous soutienne. Grand-père, sois fort, ta nation vient pour toi ».

Niv Cohen est un survivant du festival Supernova. Il se trouvait là-bas avec un groupe d’amis de quatre personnes. Evyatar David et Guy Gilboa Dallal ont été pris en otage le 7 octobre ; Ron Tzarfati et Idan Haramati ont été tués. Il a indiqué qu’il ne parvenait pas vraiment à commencer à guérir des atrocités en l’absence de ses camarades.

« Je suis encore là, debout », a noté Cohen. « Mais mon esprit est resté derrière, quelque part derrière ces arbres où je suis resté caché pendant plusieurs heures ».

Niv Cohen au début de la marche reliant le kibboutz Reim à Jérusalem, le 28 février 2024. (Crédit : Forum des Familles des Otages et des portés-disparus)

Cohen a fait remarquer qu’il était combattant et qu’il était très reconnaissant à l’égard de ceux qui se battent sur le front depuis quatre mois et demi. Mais le temps est venu de rapatrier les otages, a-t-il ajouté.

Les parents d’Omer Neutra, Ronen et Orna Neutra, ont dit ne pas parvenir à croire qu’ils ont échoué à faire revenir leur fils.

Orna Neutra, sa mère, a dit que « nous n’avons plus les mots, nous n’avons plus de force et je voudrais disparaître jusqu’à ce que les choses avancent, jusqu’à ce qu’on nous appelle pour nous dire : ‘Votre diamant, Omer Neutra, est entre nos mains’. Et je réalise qu’il n’y a aucun moyen d’échapper à ce cauchemar et que nous ne pouvons même pas le comparer au tien, que je ne réussis pas seulement à imaginer. Je me relèverai encore et encore, je voyagerai jusqu’au bout du monde, je parlerai en ton nom, mon beau garçon, mon beau garçon qui a été réduit au silence ».

Les familles des otages se sont ensuite arrêtées au carrefour Saad, sur le chemin de Sderot.

Raz Matalon, marié à Osnat Sharabi, sœur de l’otage Eli Sharabi et de Yossi Sharabi qui a été tué en captivité, probablement à la suite d’une frappe de l’armée israélienne, a raconté la douleur d’être si près du kibboutz Beeri, où vivaient les deux frères et leurs familles.

Le 7 octobre, l’épouse et les deux filles d’Eli Sharabi ont été tuées et il a été pris en otage, tandis que son frère, Yossi, a été aussi pris en otage mais séparément.

« Au bout de la route, nous ne rencontrons ni Eli, ni Yossi, ni la famille d’Eli, qui ont tous été assassinés, et nous regardons le paysage qui nous est si familier », a déclaré Matalon. « Les eucalyptus, le printemps qui commence à fleurir et les anémones, et nous nous souvenons des jours que toute la famille passait ici, des jours de pique-nique, des jours de joie, des jours d’amour pour la nature et pour les autres (…) des jours où nous ne nous réveillions pas tristes tous les matins. »

Yuli Ben Ami, fille de l’otage libéré Raz Ben Ami et d’Ohad Ben Ami, toujours retenu en otage, a remercié les marcheurs, les forces de sécurité et le personnel du Forum des familles des otages et disparus qui ont organisé l’événement.

Sa mère est revenue après 54 jours, dit Ben Ami, « endolorie et épuisée (…) Mon père est fort et nous nous battrons jusqu’à ce qu’il nous revienne, jusqu’à ce que tout le monde revienne, les vivants et les assassinés ».

En savoir plus sur :
S'inscrire ou se connecter
Veuillez utiliser le format suivant : example@domain.com
Se connecter avec
En vous inscrivant, vous acceptez les conditions d'utilisation
S'inscrire pour continuer
Se connecter avec
Se connecter pour continuer
S'inscrire ou se connecter
Se connecter avec
check your email
Consultez vos mails
Nous vous avons envoyé un email à gal@rgbmedia.org.
Il contient un lien qui vous permettra de vous connecter.