Les hôtels israéliens « empêchent les offices mixtes » (média)
Rechercher

Les hôtels israéliens « empêchent les offices mixtes » (média)

Selon une enquête de la Dixième chaîne, la plupart des hôtels israéliens interdisent les prières égalitaires de peur que le rabbinat orthodoxe ne retire leur certification de casheroute

Le rabbin chargé de la casheroute au Sheraton Crown Plaza utilise un chalumeau pour eliminer toute trace de levain dans les cuisines de l'hôtels, avant Pessah, le  2 avril 2006. (le Sheraton n'a pas été incus dans le reportage de la Dixième chaîne). (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)
Le rabbin chargé de la casheroute au Sheraton Crown Plaza utilise un chalumeau pour eliminer toute trace de levain dans les cuisines de l'hôtels, avant Pessah, le 2 avril 2006. (le Sheraton n'a pas été incus dans le reportage de la Dixième chaîne). (Crédit : Olivier Fitoussi/Flash90)

La plupart des hôtels israéliens empêchent les visiteurs juifs non-orthodoxes d’organiser des offices mixtes, de peur que le rabbinat orthodoxe ne retire sa certification de casheroute, selon une enquête menée par la Dixième chaîne.

Le reportage a été diffusé lundi et risque de créer un nouveau front pour les mouvements réformés et conservateurs, qui ne représente que 5 à 8 % de la population juive israélienne, mais plus de 3 millions de juifs aux États-Unis.

Contrairement aux orthodoxes, les juifs réformés et conservateurs autorisent les hommes et femmes juifs à s’asseoir ensemble durant les offices, et autorisent les femmes à porter des châles de prière et des calottes, et à participer activement aux rituels de la synagogue, comme la lecture dans les rouleaux de la Torah, par exemple.

« La plupart des directeurs d’hôtels en Israël refusent d’autoriser des offices mixtes, pas parce qu’ils s’y opposent, mais parce qu’ils craignent que cela ne leur coûte leur certificat de casheroute de la part du rabbinat, ce qui reviendrait, de leur point de vue, à une condamnation à mort », analyse le reportage.

Les surveillants en casheroute sont employés pas les hôtels pour vérifier que les cuisines sont conformes à la loi juive.

Mais durant le reportage, on pouvait clairement entendre les employés de trois hôtels, Ramat Rahel et Inbal à Jérusalem, et l’hôtel Shefayim sur la plaine littorale, déclarer en caméra cachée, que les décisions concernant les offices non-orthodoxes étaient également du ressort des surveillants en casheroute.

La façade de l'hôtel Inbal, à Jérusalem. (Crédit : Pinybal/Wikimedia Commons)
La façade de l’hôtel Inbal, à Jérusalem. (Crédit : Pinybal/Wikimedia Commons)

Durant une conversation enregistrée, un employé de l’hôtel haut de gamme Inbal a répondu à une demande concernant un espace de prière mixte, en indiquant que les surveillants de casheroute étaient les décideurs.

L’employé a insisté sur le fait que les surveillants étaient responsables de « plusieurs domaines », et pas exclusivement les cuisines. « Je ne pense pas qu’ils nous autoriseront à fournir un rouleau de Torah pour un office mixte », dit-il.

Jonathan, dont le patronyme n’a pas été dévoilé, dirige un hôtel au nord d’Israël, plébiscité par les touristes juifs américains. Il a déclaré que « [les surveillants de casheroute] nous demandent de ne pas autoriser les offices mixtes ».

Ils ont insinué cela pour « effrayer et [nous] dissuader de prendre de tels risques », a-t-il ajouté.

Les mouvements reformés et conservateurs sont déjà très remontés contre le gouvernement israélien, qui n’a pas résisté à l’opposition orthodoxe quant à la création d’un espace de prière égalitaire au mur Occidental.

Des rabbins réformés hommes et femmes prient ensemble à l'arche de Robinson, le site du mur Occidental qui devrait accueillir les futurs offices égalitaires, à Jérusalem, le 25 février 2016. (Crédit : Y.R/Reform Movement)
Des rabbins réformés hommes et femmes prient ensemble à l’arche de Robinson, le site du mur Occidental qui devrait accueillir les futurs offices égalitaires, à Jérusalem, le 25 février 2016. (Crédit : Y.R/Reform Movement)

La Cour suprême a laissé au gouvernement le soin de prendre une décision. Cette décision devra être prise avant le 4 juin.

Le mois dernier, le Jewish People’s Policy Insitute a demandé à 1 000 juifs israéliens de choisir parmi une liste de courants laïcs et religieux, et de s’identifier à l’un d’eux. Le judaïsme réformé et conservateur ne figurait pas dans la liste.

En réaction à l’enquête menée par la Dixième chaîne, le mouvement conservateur israélien a indiqué qu’il intenterait un procès contre les hôtels pour discrimination illégale.

Yitzhar Hess, directeur du mouvement conservateur israélien a déclaré que le rabbinat profitait de son monopole sur la pratique religieuse dans le pays pour « appliquer de force les normes orthodoxes de la halakha [loi juive] à l’espace public dans les hôtels, dans des domaines qui n’ont pas trait à la façon dont les aliments sont cuisinés ».

Il a ajouté que les résultats de l’enquête de la Dixième chaîne représentent un « véritable sabotage » du tourisme et de l’image positive du pays.

L'entrée de l'immeuble du grand rabbinat d'Israël à Jérusalem, en juillet 2013. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)
L’entrée de l’immeuble du grand rabbinat d’Israël à Jérusalem, en juillet 2013. (Crédit : Yonatan Sindel/Flash90)

« Nous voulons du tourisme juif, nous voulons que les juifs envisagent l’alyah [immigration en Israël]. Ils viennent dans les hôtels et sont considérés comme des juifs de seconde zone. »

Le rabbinat a refusé de s’exprimer sur le reportage.

Le ministère des Affaires religieuses a déclaré dans un communiqué qu’il n’était pas au courant des directives mentionnées dans l’émission et a demandé à ce que des « plaintes spécifiques » soit déposées devant les autorités compétentes.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...