Les Israéliens critiquent Netanyahu mais veulent qu’il règle le problème de Gaza
Rechercher
Analyse

Les Israéliens critiquent Netanyahu mais veulent qu’il règle le problème de Gaza

Ce qui importe, après les démissions et les controverses, c'est de savoir si le Premier ministre avait des raisons impérieuses de mettre fin d'urgence au conflit avec le Hamas

David Horovitz

David est le fondateur et le rédacteur en chef du Times of Israel. Il était auparavant rédacteur en chef du Jerusalem Post et du Jerusalem Report. Il est l’auteur de « Un peu trop près de Dieu : les frissons et la panique d’une vie en Israël » (2000) et « Nature morte avec les poseurs de bombes : Israël à l’ère du terrorisme » (2004).

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu effectue une visite à la frontière de la bande de Gaza le 20 octobre 2015. (Haim Zach / GPO)
Le Premier ministre Benjamin Netanyahu effectue une visite à la frontière de la bande de Gaza le 20 octobre 2015. (Haim Zach / GPO)

Avec la démission du ministre de la Défense Avigdor Liberman, Benjamin Netanyahu occupe désormais les trois postes les plus élevés du gouvernement israélien : Premier ministre, ministre des Affaires étrangères et ministre de la Défense.

La façon dont Liberman aurait décrit la gouvernance d’Israël à ses collègues au cours des dernières 24 heures, cependant, est que les décisions les plus cruciales d’Israël sont depuis longtemps celles de Netanyahu et Netanyahu seul, le Premier ministre garantissant automatiquement une majorité dans ce qui est censé être le principal organe décisionnel, le conseil des 12 membres du gouvernement chargé de la sécurité du pays.

« Tout n’est qu’un tour de passe-passe », se serait plaint Liberman à des collègues non cités, selon Hadashot TV dans la nuit de mercredi. « Nous siégeons au cabinet, ou nous menons des consultations de sécurité, et les décisions sont prises ». Mais il n’y a pas de véritable débat, et il est impossible que des propositions qui diffèrent de celles de Netanyahu puissent être approuvées », a-t-il indiqué.

Lors de la réunion du cabinet de sécurité de mardi, qui a duré 7 heures, M. Liberman aurait dit qu’une chose remarquable s’était produite : Naftali Bennett, qui cherche maintenant à succéder à Liberman en tant que ministre de la Défense, a « soutenu ma proposition » – qui était apparemment qu’Israël n’accepte pas un cessez-le-feu, mais continue plutôt à viser les groupes terroristes à Gaza. « Mais nous n’avons pas demandé de vote parce qu’il n’y avait pas de majorité pour nous… Toute la bande, Kahlon, Gallant, Erdan et Katz, tous alignés avec Bibi. »

En se défendant, les collaborateurs de Netanyahu ont été cités dans la même émission comme affirmant que la décision du Premier ministre de mettre fin à l’escalade des combats qui durait depuis 48 heures était convaincante car il avançait des arguments « extrêmement concrets » en faveur « de la nécessité d’un calme immédiat à ce stade ». Alors que l’“irresponsable” Liberman « se comportait comme un politicien » en quittant son poste super sensible, pour mieux se positionner en vue des prochaines élections. Netanyahu et la majorité ministérielle, ces collaborateurs non identifiés, ont dit avoir « fait un choix politique ».

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu (à gauche) et le ministre de la Défense Avigdor Liberman à la Knesset, le 24 octobre 2017. (Yonatan Sindel / Flash90)

Quel que soit le narratif que vous choisissez de croire, ils soulignent tous deux la position incontestée de Netanyahu aux commandes de l’Etat d’Israël. Et un sondage instantané réalisé par Hadashot, immédiatement après l’annonce de la démission de M. Liberman, indique à peu près la même chose.

Mercredi a été l’un des jours politiques les plus sombres pour Netanyahu – le Premier ministre de droite, abandonné par son ministre de la Défense Liberman, plus à droite, défié par Bennett, son partenaire encore plus à droite, pour ne pas avoir assez longtemps ou durement frappé le Hamas. Le Hamas se réjouit de sa prétendue victoire. Et des centaines d’Israéliens dans le sud manifestent dans les rues, certains scandant « Bibi, rentre chez toi » et déclarent qu’ils ont définitivement perdu confiance en lui.

Pourtant, l’enquête télévisée, pour laquelle aucune marge d’erreur ne fut au départ disponible, a montré que le Likud de Netanyahu, qui détient 30 sièges à la Knesset actuelle, a perdu un seul de ses sièges, passant à 29. Il lui resterait donc encore 11 sièges de plus que son plus proche rival, Yair Lapid du parti Yesh Atid avec ses 18 sièges, et toujours le mieux placé pour former la prochaine coalition.

Liberman, dont Yisrael Beytenu détient actuellement cinq sièges, n’a augmenté que de deux sièges pour passer à sept, alors que le ministre sortant de la Défense aurait dû être tout en haut de l’affiche. Le parti HaBayit HaYehudi de Bennett est en hausse, mais de seulement trois sièges, passant de huit actuellement à 11.

Avec le départ de Liberman, Netanyahu fait face à un dilemme aigu : capituler devant l’ultimatum de Bennett et le nommer ministre de la Défense, ou encore convoquer des élections.

Il est beaucoup trop habile et expérimenté en politique pour se reposer sur ses lauriers, même en ce qui concerne les chiffres peu fiables des sondages instantanés ou les protestations de centaines d’Israéliens en colère. La même enquête a révélé que 74 % des Israéliens étaient insatisfaits (contre 17 % satisfaits) de la manière dont il avait géré la dernière crise à Gaza. Mais il sait que sa position reste extrêmement forte et qu’il n’y a actuellement aucun politicien qui représente une menace crédible pour lui.

Benny Gantz, ancien chef d’état-major de l’armée de défense israélienne, prend la parole lors de la Conférence annuelle sioniste mondiale, à Jérusalem, le 2 novembre 2017. (Miriam Alster / FLASH90)

Il est peut-être un peu plus préoccupé par une deuxième question posée par les sondeurs, qui portait sur la façon dont les Israéliens voteraient si l’ancien chef de cabinet Benny Gantz entrait en politique à la tête d’un nouveau parti, comme on le suppose de plus en plus.

Le parti inexistant de Gantz remporterait 15 sièges, selon l’enquête, et ramènerait le Likud à 24, une chute très inquiétante. Mais les anciens chefs d’état-major sont régulièrement très populaires avant d’entrer en politique, et invariablement beaucoup moins dès qu’ils commencent à faire des discours politiques.

Ce qui compte vraiment pour Israël et pour les Israéliens, alors que deux jours de quasi-guerre ont fait place mercredi à des démissions politiques, des revendications et des controverses, est de déterminer si Netanyahu a réellement de bonnes et concrètes raisons pour avoir statué tard mardi après-midi que nous avions plus à perdre qu’à gagner en poursuivant ce conflit.

Dans ce contexte, il convient de noter que, de l’avis général, l’appareil de sécurité n’a pas fait pression énergiquement en faveur d’une opération plus vaste à Gaza.

Les forces de sécurité et les pompiers israéliens se rassemblent près d’un bâtiment incendié après avoir été touché par une roquette tirée depuis la bande de Gaza, dans la ville de Sderot, dans le sud du pays, le 12 novembre 2018. (Crédit : Menahem KAHANA / AFP)

La réalité quotidienne est de plus en plus difficile pour le sud d’Israël, le Hamas étant non seulement prêt et capable, mais aussi manifestement disposé à faire pleuvoir des roquettes et à forcer un grand nombre d’Israéliens à s’abriter dans des abris anti-aériens au moment de leur choix. Et de ponctuer ses attaques par de plus petits tirs de roquettes, d’importantes émeutes sur la frontière et des incendies criminels dans les villes, les villages et les champs du sud.

Si le Premier ministre, ministre des Affaires étrangères et ministre de la Défense trouve un moyen de changer cette sinistre réalité, il n’aura rien à craindre sur le plan politique.

Ils ne sont peut-être pas très contents de Netanyahu en ce moment, mais c’est toujours vers lui que les Israéliens se tournent pour trouver une solution pour Gaza. La nature de cette solution, après une nouvelle série de violences douloureuses et infructueuses avec les terroristes de Gaza, reste cependant aussi difficile à discerner que jamais.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...