De récents manuels de l’UNRWA glorifient à nouveau le terrorisme – ONG
Rechercher

De récents manuels de l’UNRWA glorifient à nouveau le terrorisme – ONG

L’organe de vigilance IMPACT-se dénonce le matériel “remplis de haine” utilisé pour l’enseignement à distance pendant la pandémie ; l’UNWRA affirme l’avoir distribué par erreur

À titre d’illustration : sur cette photo du 26 mai 2019, un enseignant supervise des écoliers palestiniens pendant un examen final le dernier jour de l'année scolaire, à l'école des garçons de l'UNRWA, dans la ville cisjordanienne d'Hébron. (Photo AP / Nasser Nasser)
À titre d’illustration : sur cette photo du 26 mai 2019, un enseignant supervise des écoliers palestiniens pendant un examen final le dernier jour de l'année scolaire, à l'école des garçons de l'UNRWA, dans la ville cisjordanienne d'Hébron. (Photo AP / Nasser Nasser)

Un organisme de vigilance israélien a découvert qu’une nouvelle série de manuels éducatifs, produits par l’agence d’assistance aux réfugiés palestiniens des Nations unies, contenait de l’incitation à la violence et à la haine et glorifiait le terrorisme.

Les nouveaux manuels ont été produits par l’Office de secours et de travaux des Nations unies (UNRWA), une branche de l’organisme international qui gère des écoles, des dispensaires médicaux et d’autres services sociaux pour des millions de réfugiés palestiniens à travers le Moyen-Orient.

Les livres font partie d’un nouveau programme publié par l’agence pendant la pandémie de coronavirus pour faciliter l’apprentissage à distance.

L’étude menée par l’Institut for Monitoring Peace and Cultural Tolerance in School Education [l’Institut pour la surveillance de la paix et de la tolérance culturelle dans l’éducation scolaire] (IMPACT-se), un organisme de vigilance israélien qui analyse les manuels palestiniens, a révélé que le matériel produit par l’UNRWA « regorge de contenus problématiques qui contredisent les valeurs déclarées de l’ONU ».

Des étudiants palestiniens affiliés à l’UNRWA des Nations unies portent des masques pour lutter contre la pandémie de coronavirus, à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, le 25 novembre 2020. (Abed Rahim Khatib / Flash90)

Dans son rapport, l’observatoire a expliqué que les manuels demandaient aux enfants de résoudre des problèmes de mathématiques en utilisant des martyrs de la Première Intifada pour calculer des équations, exhortaient les étudiants à « défendre la patrie par le sang » et soutenaient l’allégation qu’Israël déverse délibérément des déchets radioactifs et toxiques en Cisjordanie.

« L’UNRWA est complice de la radicalisation des écoliers par la glorification des terroristes, l’encouragement à la violence et l’accusation calomnieuse de crimes rituels, enseignés aux écoliers palestiniens », a déclaré Marcus Sheff, directeur d’IMPACT-se.

Les manuels de l’Autorité palestinienne ont été critiqués par le passé pour leur contenu haineux et antisémite, selon les analystes. IMPACT-se a même déclaré que « le matériel produit par l’UNRWA est, par endroits, plus extrémiste que le matériel de l’AP qu’il complète ».

IMPACT-se a également observé qu’Israël n’apparaît pas sur les cartes des documents produits par l’UNRWA, l’ensemble du territoire étant étiqueté comme une Palestine moderne sans lignes de démarcation. Lorsque Israël est cité, le pays est généralement qualifié par les termes « l’ennemi » ou « l’occupation sioniste ».

Images du rapport IMPACT-se de janvier 2021 sur les manuels scolaires palestiniens de l’UNRWA. (Capture d’écran)

Les conclusions de l’observatoire ont également montré que le matériel présentait Dalal Mughrabi, qui a participé au Massacre de la route côtière de 1978, comme une héroïne à imiter, contrairement à la position de l’ONU selon laquelle c’était une terroriste. Mughrabi et plusieurs autres terroristes du Fatah ont détourné un bus et assassiné 38 civils, dont 13 enfants, et blessé plus de 70 personnes.

L’année dernière, le Parlement européen a adopté une résolution qui condamnait l’Autorité palestinienne pour son inclusion continuelle de discours de haine et d’éléments violents dans le matériel scolaire, déclarant « craindre que les éléments problématiques » n’aient pas été supprimés des manuels scolaires palestiniens.

« L’UNRWA a refusé catégoriquement pendant des années de rendre public son ‘programme pédagogique’ qui, selon l’agence, combat l’incitation à la haine dans les manuels palestiniens. Nous savons désormais pourquoi : une partie de son propre contenu est encore pire que celui de l’Autorité palestinienne », a déclaré Sheff, le directeur d’IMPACT-se.

Dans un communiqué publié après la parution du rapport, l’UNWRA a de nouveau promis de prendre des mesures sévères contre l’incitation à la haine.

« L’UNRWA applique la tolérance zéro pour la discrimination et l’incitation à la haine et à la violence dans ses écoles et dans toutes ses opérations. Toute violation signalée est traitée avec fermeté. L’agence adhère, dans son programme d’éducation, aux normes les plus élevées de neutralité, d’humanité et de tolérance », a déclaré l’organe de l’ONU dans un communiqué.

En réponse aux critiques, le chef de l’UNWRA Phillipe Lazzarini a tweeté qu’« il n’y avait pas de place [pour] l’incitation à la haine / à la violence dans les écoles de l’UNWRA ». Il a affirmé que le matériel en question avait été publié par accident.

Le Commissaire général de l’UNRWA, Philippe Lazzarini, prend la parole lors d’une conférence de presse au siège de l’UNRWA à Gaza, le 26 novembre 2020. (AP Photo / Adel Hana)

« Les pages référencées comme inappropriées de certains manuels, qui ont été distribués par erreur pendant le confinement de la COVID-19, ont été rapidement remplacées par un contenu conforme aux valeurs de l’ONU », a déclaré Lazzarini jeudi.

Israël a longtemps fait pression pour la fermeture de l’UNRWA, arguant que l’agence contribuait à perpétuer le conflit avec les Palestiniens, car il confère le statut de réfugié aux descendants de ceux qui avaient été initialement déplacés à l’époque de la guerre d’indépendance d’Israël.

L’administration du président américain Donald Trump a soutenu la position d’Israël en réduisant son aide à l’UNWRA en 2018. Washington lui fournissait 300 millions de dollars par an, soit environ un tiers de son budget annuel de base.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...