Les petites entreprises se rebellent contre les nouvelles mesures sanitaires
Rechercher

Les petites entreprises se rebellent contre les nouvelles mesures sanitaires

Alors que le pays entame son deuxième confinement en raison du coronavirus, les restaurateurs affirment que les restrictions nuisent à leurs revenus

Des gens sont assis dans un café à Tel-Aviv, le 16 septembre 2020. (Miriam Alster/FLASH90)
Des gens sont assis dans un café à Tel-Aviv, le 16 septembre 2020. (Miriam Alster/FLASH90)

Alors que le deuxième confinement national imposé par le coronavirus est entré en vigueur vendredi, de nombreux propriétaires d’entreprises ont choisi d’ouvrir leurs portes aux clients, malgré les menaces de fermeture et de lourdes amendes.

En vertu des nouvelles dispositions sanitaires, les lieux de travail du secteur privé qui ne servent pas les clients en personne peuvent maintenir 100 % de leur personnel dans leurs bureaux. Toutefois, les restaurants ne peuvent proposer que la livraison, une restriction qui, selon de nombreux propriétaires, nuit à leurs moyens de subsistance.

Un café de Jaffa qui avait ouvert au mépris des restrictions et qui accueillait une cinquantaine de clients a été fermé par la police au cours du week-end, et son propriétaire s’est vu infliger une amende de 5 000 shekels.

Dans une interview accordée à la Douzième chaîne, le propriétaire du restaurant a exprimé son raisonnement derrière son non-respect du deuxième confinement.

« J’ai annoncé à l’avance que je ne prévoyais pas de fermer avant d’avoir reçu une compensation sur mon compte bancaire, et j’ai tenu ma promesse », a-t-il déclaré.

Un propriétaire d’entreprise de la ville centrale de Ramle a ouvert son magasin et a décrit son travail créatif pour contourner les mesures de confinement dans une interview avec Kan.

Après avoir vu des groupes de personnes se rassembler pour protester contre les mesures de confinement sur la plage de Tel-Aviv (les protestations sont toujours autorisées), « J’ai compris aux informations que dès qu’il y a une protestation, vous pouvez être où vous voulez. J’ai donc mis une pancarte qui dit ‘protestation’, donc je suis autorisé à être ici [au travail] ».

Dimanche, les membres de l’organisation Restaurateurs Stronger Together ont juré d’ouvrir leur établissement en signe de protestation contre ce qu’ils considèrent comme un manque de soutien financier de la part du gouvernement pendant la première période de confinement et le fait que la fermeture actuelle nuit inutilement à leurs moyens de subsistance.

La police a annoncé lundi que la majorité des amendes infligées pendant le week-end de fêtes – 4 822 – ont été distribuées à des personnes qui s’aventuraient à plus d’un kilomètre de leur domicile sans motif valable. Par ailleurs, 1 798 contraventions ont été infligées pour non-port de masque et 121 personnes ont été verbalisées pour rupture de leur quarantaine.

La déclaration mentionne également quatre entreprises à Jadeidi-Makr, dans le nord, qui ont ouvert malgré les nouvelles restrictions et ont été fermées par la police. Chacune a écopé d’une amende de 5 000 shekels.

La police a également indiqué avoir dispersé deux raves illégales en plein air et placé leurs organisateurs en détention pour les interroger.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...