Rechercher

Les poubelles de recyclage orange arriveront bientôt à Jérusalem

La mairie a signé un accord, qui doit encore être approuvé par le conseil municipal, pour déployer 2 000 bacs, ce qui la mettra en conformité avec 93 autres localités

Capture d'écran d'une vidéo d'un homme utilisant un bac de recyclage orange. (Twitter)
Capture d'écran d'une vidéo d'un homme utilisant un bac de recyclage orange. (Twitter)

La municipalité de Jérusalem a signé un contrat pour déployer 2 000 conteneurs de recyclage orange dans la capitale, ce qui la mettra en conformité avec 93 autres localités desservant quelque 4,5 millions d’Israéliens.

Les poubelles oranges sont destinées aux déchets d’emballage, notamment les bouteilles de shampoing, les cartons, les boîtes de conserve et les sacs en plastique.

La ville a longtemps résisté aux conteneurs oranges car contrairement à d’autres communes, elle a mis en place il y a quelques années un centre de tri des déchets. L’accord commercial signé avec cette installation, Greenet, à Atarot dans le nord de Jérusalem, permet à Greenet de trier les articles potentiellement recyclables des ordures générales et de les vendre.

On ne sait toujours pas si la municipalité devra indemniser Greenet pour les déchets d’emballage qui iront dans les bacs orange et ne parviendront donc pas à Greenet. Les bacs orange sont sous la responsabilité d’une autre entreprise, à but non lucratif Tamir Corporation.

L’accord de la mairie avec la société Tamir et le ministère de la Protection de l’environnement a été signé la semaine dernière et sera soumis à l’approbation du conseil le mois prochain, selon la chaîne publique Kan. L’accord précise qu’au moins 90 % des ménages auront facilement accès à une poubelle orange d’ici cinq ans.

Le déploiement des poubelles contribuera à mettre fin à une longue période de confusion pour les habitants de Jérusalem.

A bottle recycling cage, not unlike the type employed by SodaStream for its ads. (photo credit: Nati Shohat/Flash90)
Une poubelle destinée au recyclage des bouteilles en plastique, en Israël. (Crédit: Nati Shohat/Flash90)

Jusqu’à très récemment, les résidents jetaient toutes les bouteilles en plastique, à l’exception des bouteilles consignées, dans des cages disponibles dans toute la ville.

Avec l’extension de la loi sur la consigne à tous les contenants de boissons jusqu’à 5 litres, entrée en vigueur en décembre, les autorités locales ont supprimé les cages. La quasi-totalité des bouteilles de boisson étant désormais acceptées, les clients doivent les retourner dans les points de vente pour obtenir un remboursement sur la caution qu’ils ont versée lors de l’achat.

Un homme recycle des bouteilles en plastique dans une machine automatique d’un magasin Yochananof à Tel Aviv, le 1er décembre 2021. (Crédit : Avshalom Sassoni/Flash90)

Le ministère de la Protection de l’environnement avait ordonné à toutes les municipalités de veiller à ce que les cages de recyclage des bouteilles soient immédiatement remplacées par des bacs de recyclage de contenants orange afin que d’autres types de bouteilles, pour shampoing ou détergent, par exemple, puissent être recyclées.

Jérusalem, cependant, a laissé ses habitants sans solution, s’attendant à ce qu’ils jettent tout ce dont ils n’étaient pas sûrs dans les poubelles vertes, pour finir au centre de tri d’Atarot.

Pour rendre les choses encore plus confuses, la ville a supprimé les bacs de recyclage pour les équipements électroniques et le métal, les remplaçant finalement par des conteneurs uniquement réservés aux équipements électroniques.

Interrogé sur le sort des boîtes métalliques, un porte-parole a déclaré au Times of Israël qu’elles devraient désormais être jetées dans les poubelles vertes, destinées aux déchets ménagers.

Trois hommes poussent des poubelles vertes à Jérusalem, le 27 octobre 2009 (Crédit : Nati Shohat/FLASH90)

Cela changera à nouveau lorsque les poubelles oranges seront déployées.

La ville a promis qu’une campagne d’information accompagnera la mise en place des poubelles oranges, à destination des citoyens en général et des étudiants en particulier.

Jérusalem a promis des poubelles oranges dans le passé et n’a pas tenu ses promesses.

Cette fois, le maire Moshe Lion a déclaré à Kan que les poubelles oranges, qui devaient être équipées de capteurs pour signaler quand elles sont pleines, constitueraient un outil supplémentaire pour protéger l’environnement en recyclant les déchets.

Le maire de Jérusalem, Moshe Lion, à la 17e Conférence annuelle de Jérusalem du groupe « Besheva », le 25 février 2020. (Yonatan Sindel / Flash90)

La ministre de la Protection de l’environnement, Tamar Zandberg, a déclaré dans un communiqué qu’elle se félicitait de ce développement et que Jérusalem rejoignait la « révolution du recyclage ».

La Ministre de l’Environnement Tamar Zandberg lors d’une réunion du Comité des Finances à la Knesset, Jérusalem, le 15 novembre 2021 (Yonatan Sindel/ Flash90)

Les autorités locales en Israël doivent fournir des poubelles colorées différentes pour les déchets d’emballage, le verre, le papier, le carton et les déchets électroniques. Une logistique pour le ramassage du bois (type palettes) doit être mise en place pour les entreprises. Les bacs verts sont prévus pour les articles qui ne peuvent pas être jetés dans les bacs de recyclage, tels que les lingettes humides, le plastique jetable, les couches sales et les articles souillés tels que les boîtes de pizza graisseuses.

Les collectivités locales doivent acheminer ces déchets vers des centres de tri et/ou de recyclage et sensibiliser le public à l’utilisation des différents réceptacles.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...