Rechercher

Le prix des logements en hausse de 15 % par rapport à l’an dernier

Les coûts des biens immobiliers atteignent de nouveaux sommets alors que le gouvernement espère que la flambée des prix du logement en Israël sera "modérée"

Nouveaux immeubles résidentiels modernes sous un ciel bleu dans la ville d'Ashdod, en Israël, en Juillet 2021. (Crédit: rglinsky via iStock par Getty Images)
Nouveaux immeubles résidentiels modernes sous un ciel bleu dans la ville d'Ashdod, en Israël, en Juillet 2021. (Crédit: rglinsky via iStock par Getty Images)

Le coût des biens immobiliers en Israël a augmenté de 15,2 % entre janvier et février 2021 par rapport à la même période l’année dernière, marquant une forte hausse sur le marché du logement due à une demande en hausse et une offre inadéquate, selon le dernier rapport du Bureau Central des statistiques (CBS) publié vendredi dernier.

Dans l’ensemble, les prix ont augmenté de 1,2 % en moyenne chaque mois depuis février 2021, atteignant des augmentations annuelles de 17,7 % dans le centre d’Israël, 16,4 % à Jérusalem, 14,5 % à Tel Aviv et 13,2 % à Haïfa. Le gouvernement avait espéré limiter les hausses à 6 % pour 2022, mais une nouvelle enquête de la Banque Leumi a indiqué que les prix pourraient encore augmenter de 9 à 13 %, selon Globes.

Le ministre des Finances Avigdor Liberman a déclaré en décembre que la flambée des prix du logement en Israël sera « modérée » d’ici la fin de l’année prochaine et qu’Israël pourrait même voir les prix baisser l’année suivante, selon ses estimations.

L’indignation suscitée par la hausse du coût de la vie n’a cessé de croître, une décennie après qu’Israël a connu pour la dernière fois d’importantes manifestations à ce sujet.

Les économistes et les experts ont déclaré que les nouveaux plans du gouvernement israélien, visant à augmenter l’offre d’appartements pour aider à réduire la flambée des prix, n’était qu’une simple « attraction » et une « goutte d’eau dans l’océan » face à la crise du logement qui monte en flèche dans le pays ; ils ne résolvent pas les problèmes sous-jacents tels que la croissance démographique rapide, l’approvisionnement contrôlé par le gouvernement, le manque d’infrastructures et la montée des inégalités.

Selon le rapport du CBS, les prix des appartements neufs ont augmenté de 17,8 % en janvier et février 2022 par rapport à la même période l’année dernière, augmentant d’un peu plus de 5 % par rapport à décembre 2021 seulement. La demande était la plus élevée à Tel Aviv-Jaffa, Bat Yam, Jérusalem, Ashkelon, Netanya et Rishon Lezion.

Dans le même temps, il y a eu plus de construction de logements. Le CBS a estimé dans un rapport distinct plus tôt ce mois-ci qu’en 2021, la construction de 63 300 nouveaux appartements avait commencé, dont près d’un quart dans la région de Tel Aviv et environ un quart dans le centre d’Israël.

Toujours en 2021, des permis de construire ont été délivrés pour plus de 76 000 logements, toujours selon le CBS.

Le gouvernement a présenté un plan de logement ambitieux pour 2022-2025 visant à augmenter rapidement l’offre d’appartements dans l’espoir de réduire les prix et de lutter contre la spirale de la crise du logement en Israël. Le plan fixait l’objectif de commencer la construction de 280 000 logements au cours des quatre prochaines années – beaucoup plus que ces dernières années –, de faire avancer les plans pour 500 000 unités de logement supplémentaires, de publier des appels d’offres pour 300 000 logements sur des terrains appartenant à l’État et d’en faire 180 000.

Le gouvernement s’est également engagé à commercialiser quelque 30 000 logements bon marché dans le cadre de systèmes de loterie aux primo-accédants en 2022, les 10 000 premiers étant en cours dans le cadre du nouveau programme « Prix cible » (« Mehir Matara »).

Par ailleurs, malgré la hausse des coûts, les données hypothécaires publiées ce mois-ci par la Banque d’Israël montrent que les ménages israéliens ont contracté de nouveaux prêts hypothécaires pour 5,6 milliards de shekels (1,6 milliard d’euros) en mars, en hausse de 21 % par rapport à février.

Un autre rapport du Bureau de l’économiste en chef du ministère des Finances a montré que l’activité des investisseurs sur le marché immobilier israélien continuait de ralentir, suite au rétablissement d’une taxe d’achat pour les investisseurs (définis comme les ménages qui possèdent un ou plusieurs logements) de 8 % contre 5 %. La hausse des taxes a été réintroduite fin novembre 2021 dans le but de dissuader les ménages qui possédaient déjà une maison d’acheter plus et de contribuer à la hausse rapide des prix des logements.

Avant la hausse des taxes, près de 40 % de tous les logements achetés en octobre et novembre 2021 étaient achetés par des investisseurs. En février 2022, les investisseurs représentaient 14 % des acheteurs les plus actifs à Tel Aviv, selon le rapport du ministère des Finances.

Une enquête récente sur les prix de l’immobilier dans 38 pays par une organisation immobilière australienne a révélé qu’Israël était le deuxième marché du logement le moins abordable, avec un taux d’abordabilité de 30,6 % (mesuré en examinant le revenu disponible moyen des ménages et les prix moyens de l’immobilier). La Corée du Sud s’est classée première.

La Turquie a été jugée la plus abordable pour l’immobilier, selon la même enquête ; les États-Unis se placent en deuxième position.

Le prix moyen d’un appartement de quatre pièces (trois chambres) en Israël a atteint près de 2 300 000 shekels (654 640 €) au quatrième trimestre 2021, selon des recherches trimestrielles et annuelles de l’Institut Alrov de recherche immobilière de la Coller School of Management de l’Université de Tel Aviv. Ce chiffre est en augmentation depuis mars 2022.

L’institut étudie les prix moyens des appartements de quatre pièces dans douze villes d’Israël, en calculant les écarts d’abordabilité et les ratios prêt-valeur (un calcul dans les prêts hypothécaires pour déterminer le montant nécessaire pour verser un acompte). Les villes étudiées sont Bat Yam, Rehovot, Ramat Gan, Petah Tikva, Rishon Lezion, Haïfa et Beer Sheva, ainsi que Tel Aviv et Jérusalem.

La même étude a montré que les acheteurs avaient besoin d’environ 983 566 shekels (280 000 €) en capital personnel pour acheter des appartements, en hausse de 12,4 % par rapport au quart précédent ; cela couvre un acompte, les frais de dossier, les taxes, les honoraires d’avocat et les autres frais environnants.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...