Rechercher

Demande élevée pour le tirage au sort du plan de logement gouvernemental

119 207 foyers ont déposé un million d'offres pour participer au tirage au sort qui concerne 10 000 biens immobiliers qui seront construits dans 31 villes

Vue aérienne de la ville israélienne de Rishon le Tzion, le 17 décembre 2019. (Crédit : Moshe Shai/FLASH90)
Vue aérienne de la ville israélienne de Rishon le Tzion, le 17 décembre 2019. (Crédit : Moshe Shai/FLASH90)

Les inscriptions pour le tout premier tirage au sort qui sera organisé dans le cadre du nouveau plan de logement à prix réduit du gouvernement se sont terminées la semaine dernière. 119 207 foyers ont soumis un million d’offres concernant 10 000 biens immobiliers qui vont être construits dans tout le pays. Les foyers peuvent présenter des offres dans trois localités différentes, et se mettre en concurrence sur tous les logements proposés par la loterie dans ces villes et villages.

Ces biens immobiliers sont proposés dans le cadre de 150 projets qui couvrent 31 villes en Israël. Les foyers, de leur côté, doivent être primo-accédants et ils doivent traverser un processus de validation pour déterminer leur éligibilité au programme. Les dispositions du nouveau plan « Prix cible » (Mehir Matara) prévoient que les foyers retenus par le système de la loterie auront une chance d’acheter des appartements neufs à un prix en-dessous du marché.

Les localités les plus populaires – les personnes s’inscrivant au tirage au sort ont pu préciser quelles étaient les parties du pays qui les intéressaient le plus – ont été Or Yehuda, Ashdod, Ber Yaakov, Rishon Lezion, et Tel Aviv-Jaffa, selon une annonce faite lundi par le ministère. Beit Shean, Dimona, Turan, Karmiel, Nazareth et Kiryat Shmona ont, pour leur part, été boudés.

La loterie a été prolongée d’une semaine dans la mesure où elle a entraîné un intérêt très vif, ce qui a permis à un plus grand nombre de foyers de se qualifier pour y participer. Le processus de loterie lui-même a des règles strictes et il se base sur un système informatique qui n’implique aucun contact humain. Les résultats seront donnés à huis-clos, en présence seulement des membres de la Commission de la loterie et dans une pièce fermée.

La plan Mehir Matara est venu remplacer le programme Mehir Lamishtaken (Prix d’achat) qui était en place depuis 2015. Ce programme aussi visait les primo-accédants, mais il tentait d’encourager la construction de biens immobiliers moins chers en mettant en avant des terrains également moins chers – favorisant le développement hors de la région centrale d’Israël.

Le tirage au sort offre une réduction de 20 %, jusqu’à un maximum de 300 000 shekels, sur le prix d’achat de l’appartement, en plus de subventions allant jusqu’à 40 000 shekels dans certaines régions. Les rabais peuvent représenter des centaines de milliers de shekels et sont destinés à réduire le montant que les acquéreurs doivent réunir pour financer un apport et contracter un crédit immobilier.

Le ministre de la Construction et du Logement, Zeev Elkin, a dit être très heureux de la réponse des Israéliens à ce nouveau programme. Le nombre de participants « prouve le besoin, pour les jeunes couples en Israël, d’une aide de l’État dans l’achat d’un appartement à un prix réduit à hauteur de centaines ou de milliers de shekels par rapport à son prix initial », a déclaré Elkin.

Aviad Friedman, directeur-général du ministère, a promis que de nouvelles loteries proposeraient, dans l’année, au moins 20 000 logements de plus par le biais du plan Mehir Matara. « Nous travaillons 24 heures sur 24 et sept jours sur sept à augmenter ce nombre et en même temps, nous œuvrons par le biais de canaux supplémentaires à augmenter aussi le nombre de logements destinés à la location à long-terme ».

Les résultats du tirage au sort seront annoncés au mois de mai, et les gagnants seront contactés à ce moment-là. Les inscriptions en vue de la prochaine loterie seront ouvertes au mois de juin.

Le programme Mehir Matara, comme les programmes qui l’ont précédé, vise à faciliter l’accession à la propriété dans un contexte d’un marché du logement dont les prix grimpent en flèche, en raison d’une demande accrue et du manque d’offre.

Selon le Bureau central des statistiques, le prix des appartements a augmenté de 13 % en 2021 par rapport à 2020, avec une hausse de 2,1% pour le seul mois de janvier 2022. Le total des prêts hypothécaires contractés en février s’élevait à 11 milliards de shekels, selon les chiffres disponibles.

Les gouvernements israéliens promettent depuis longtemps de baisser les prix de l’immobilier, qui ont connu une très forte hausse ces dix dernières années. Les prix exorbitants ont rendu l’accession à la propriété hors de portée de nombreux Israéliens, affaiblissant par là même la classe moyenne.

Au mois d’octobre, le gouvernement avait dévoilé un ambitieux programme de logement pour 2022-2025, visant à augmenter rapidement l’offre d’appartements dans l’espoir de réduire les prix.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...