Les réseaux sociaux devraient être réglementés comme le tabac
Rechercher

Les réseaux sociaux devraient être réglementés comme le tabac

Pour Marc Benioff, "la technologie a des qualités addictives auxquelles nous devons nous attaquer, que nous devons freiner autant que possible"

Le PDG de Salesforce, Marc Benioff, sur CNBC, le 23 janvier 2018. (Capture d'écran de CNBC)
Le PDG de Salesforce, Marc Benioff, sur CNBC, le 23 janvier 2018. (Capture d'écran de CNBC)

Un cadre de la Silicon Valley a comparé les réseaux sociaux à l’addiction au tabac et a appelé à une réglementation similaire de l’industrie.

Marc Benioff, PDG de la société de cloud computing Salesforce, a déclaré à CNBC que Facebook et d’autres plate-formes devraient être réglementées « exactement de la même manière que vous avez réglementé l’industrie de la cigarette ».

S’exprimant lors du Forum économique mondial de Davos, Benioff a déclaré : « Voici un produit, des cigarettes. Elles sont addictives, elles ne sont pas bonnes pour vous, peut-être qu’il y a toutes sortes de forces différentes qui essaient de vous faire faire certaines choses. Il y a beaucoup de similitudes. »

Il a ajouté que la technologie était « la même chose que n’importe quelle autre industrie. Les services financiers, les biens de consommation, l’alimentation – en matière de technologie, le gouvernement devra être impliqué. Il existe une certaine réglementation, mais il faudra probablement en faire plus. »

Lors d’une conférence intitulée « In Tech We Trust », Benioff a exposé sa position, disant que « Dans l’industrie de la technologie, nous avons été informés sur ces règlements pour toute la durée de vie de l’industrie. »

Mais, a-t-il dit, « nous voyons des signes, surtout cette année, surtout avec les élections, surtout avec les réseaux sociaux, et surtout quand vous voyez des PDG qui déclinent leur responsabilité et disent ‘je ne savais pas’. »

Illustration : Le logo du média social en ligne américain et service de réseautage Facebook. (Crédit : AFP Photo/Loic Venance)

Benioff, qui est juif, a déclaré à CNBC qu’il était particulièrement important que les parents éduquent leurs enfants sur l’utilisation positive des nouvelles technologies, mais a souligné qu’il y avait une place pour une certaine surveillance du gouvernement de l’industrie.

« Je pense que, bien sûr, la technologie a des qualités addictives auxquelles nous devons faire face, et que les concepteurs de produits travaillent à rendre ces produits plus addictifs, et nous devons freiner autant que possible », a-t-il déclaré.

Facebook, une source majeure d’information pour les utilisateurs, a lutté pour faire face à un tollé sur les fausses nouvelles et les messages liés à la Russie, censés avoir influencé les élections américaines de 2016, sur sa plate-forme. L’entreprise a lentement reconnu son rôle dans cette interférence étrangère.

Lundi, l’entreprise a reconnu que l’explosion des réseaux sociaux constituait une menace potentielle pour la démocratie, promettant de s’attaquer de front au problème et de transformer sa puissante plate-forme en une force du « bien ».

Le fondateur et PDG de Facebook, Mark Zuckerberg, annonçant de nouveaux essais pour un bouton « je n’aime pas », le 15 septembre 2015 (Crédit : capture d’écran/Facebook/Vimeo)

Le PDG Mark Zuckerberg a déclaré que son objectif pour cette année est de réparer Facebook, que ce soit en protégeant contre les interférences et les abus étrangers ou en faisant en sorte que les utilisateurs se sentent mieux sur Facebook.

En décembre, Facebook a reconnu que l’utilisation des réseaux sociaux peut nuire à la santé des utilisateurs.

Dans un blog, le géant des réseaux sociaux a cité des recherches montrant une augmentation de la dépression chez les adolescents avec l’utilisation de la technologie. Mais il a également souligné sa propre recherche qui montre des améliorations dans le bien-être à interagir avec des amis proches en ligne.

En savoir plus sur :
C’est vous qui le dites...